MAHORA LIVE!?


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Collégien


avatar
Misaki Mizuki

▬ INSCRIPTION : 19/03/2007
▬ ÂGE : 23

▬ MESSAGES : 3190
▬ LOCALISATION : ...


Feuille de Perso
▬ NOM : Misaki Mizuki.
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Tamao ! ♥


MessageSujet: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   Mer 30 Juil - 11:50

+..+ Programme +..+
Mizuki Misaki
Ayase Yue
Aoi Miharu
Asahina Yuki
Synae' Salomé



" Amaku Kaoru, ochawa ikaga ? "
Sa' no Hime-sama !

Physique : Shana [Shakugan No Shana I & II]; Louise Françoise Le Blanc De La Vallière [Zero No Tsukaïma] & Rika Furude [Higurashi No Naku Koro Ni -Kaï-]
Voice : Rie Kugimiya.


Prénom : Misaki, Yukiho, Iori.
Nom : Mizuki.
Age : 14 ans.

Magicien ou non ? Oui, Misaki a un faible pouvoir de Feu. Elle ne sait pas vraiment le maitriser car elle n'en a pas vraiment besoin. Suite a son passé, Misaki a aussi dévellopper dans son dos quatre bras transparent visible par les magiciens. Ils sont aussi coupant que des couteaux. Ses parents avaient pour coutûme d'appeller cela des Vecteurs. Misaki emploie donc ce terme tout en sachant qu'elle peut utiliser ses bras sur une distance de trois mètres. Et encore, elle a du mal a les maitriser. Chose n'ayant aucun rapport, Misaki a une arme appellée Kanaka. C'est un long baton lui donnant la posibilitée de voler et bien d'autres choses. Evidemment, Kanaka est 'magique' elle peut donc parler. [Matsuoka Yuki's voice.]

Fonction : Elève.

Traits Physique : Misaki est, au départ, vraiment petite. Je ne peux pas dire qu'elle fasse la même taille que Médusa ou encore Iris. Elle doit faire quelques centimètres de plus. Pour être précise, elle mesure un mètre cinquante-neuf. Son poids est de quarante-trois kilogrammes ce qui est vraiment normal. Elle ne complexe pas sur son poids elle en est même assez fière. Bien que sa taille est un problème pour elle. Aux côtés, de certaines personnes on dirait une naine. Heureuse pour elle, c'est rassurant de savoir qu'il y a plus petit qu'elle ... [Oh j'suis méchante. xD] Elle possède de grand yeux rouge et de longs cheveux rouge feu. Ils lui arrivent en bas du dos. Elles les attachent parfois. Que ce soit en deux couettes basses ou hautes et j'en passe ... Elle porte autour du cou un petit collier composer d'une pierre noir/violette avec, autour de la pierre, une sorte d'élastique jaune pale entourant la pierre en formant un "X". Elle ne le quitte jamais. N'ayant pas de forme vraiment précise, Misaki change souvent de physique. Du moment qu'elle se trouve kawaï. Sa voix par contre, ne change pas allez donc savoir pourquoi ! Surement parce que sa voix lui va parfaitement peut importe son physique. Car elle ne prend jamais vraiment de physique d'adulte. Elle préfére les physiques de Lolis ... Les Lolis, y'a que ça de vrai moi j'dis !

Grande fan des cosplays, Mi-chan ne s'habille que de ça sauf pour les bals de Mahora ou autres. La plupart de ses cosplays sont composés principalement des Maids de He is my master, les deux uniformes de Shakugan No Shana et j'en passe ! Portant l'uniforme de Mahora en cours, Misaki ne met jamais la veste donnée avec. Parce qu'elle n'a jamais froid et qu'elle ne l'aime pas. Elle trouve que la veste gache toute la beauté de l'uniforme donc raison de plus pour ne pas la porter ! Son armoir à vêtements étant assez large, il est assez rare de voir Misaki avec des vêtements normaux. Quand je dis vêtements normaux je parle de jeans, chemises, robes et tout ce qui s'en suit. Enfin, je suis sûre que vous vous en doutiez car vous n'êtes pas des boulets ou des Transexuels Menstrués. Oh, j'allais oubliée. C'est une planche a pain ... avec des bosses qui sont entrain de pousser. x3

Caractère : Une fois violente, une fois gentille. Peut-on dire que Misaki est schizo' ? Non, je ne crois pas. Lorsque tout va bien, Misaki est gentille, douce, souriante et pleine de vie ! Mais lorsque la jalousie ou la haine s'installe chez elle, Misaki devient violente, vulgaire et égoiste. Elle péte facilement des plombs et tue pour le plaisir. Changement de personnalité en un clin d'oeil. Mignon, n'est-ce pas ? Très protéctrice, lorsque Misaki aime des gens elle fait tout pour les défendres. Elle est même sur-protectrice ? Boarf, c'est surement pas un défaut mais une belle qualité ! Quoique tout compte fait ... c'est peut-être bien une schizo' ! O_o Ses défauts sont assez facile a nommer ... jalouse, colèrique, flemmarde sur les bords et un peu trop amoureuse ce qui fait qu'elle devient très très vite paranoiaque ... Et en qualités je dirais ... aucune. *SBAF* OK OK ! MAGGLE ! Elle est ... gentille, attentionné et elle aime les enfants. Après j'en voie pas d'autre ... Ah si, elle est cute et j'aime son sourire mais en même temps j'suis sa créatrice donc bon, c'est normal que je l'aime ! J'ai dis égoiste, quand je dis ce mot je pense que Misaki se fout complétement des autres et qu'elle pense qu'a sa gueule sans prendre vraiment la grosse tête. Quoiqu'il en soit, lorsque l'égoisme l'envahit Misaki tue pour un oui ou un non. Prétextant qu'elle a faim alors que c'est pour pur plaisir. En même temps, pour elle, presque tous les humains sont pourris donc bon ...

Ah oui, en qualité y'a le sadisme aussi. Question arme c'est simple. Machette, agraffeuse et aussi ses vecteurs quand elle arrive a bien les maîtriser ... J'ai beau me répéter, chose essentiel. Elle n'est pas du tout au niveau d'I-Boss, MèD et Atios ainsi que Satsuki & co, of course ! Elle est plutôt lente pour comprendre certaine chose, les mots trop compliquer sont à bannir de son vocabulaire. Elle dit les choses telles qu'elles sont bien que la franchise peut parfois être un défaut. C'est bel et bien une qualité. Elle pleure aussi très souvent mais elle déteste le montrer aux autres. Pleurer est pour elle, la plus grande des faiblesses. Les causes de ses pleurs ne sont pas très nombreuses, soit elle s'est fait mal soit c'est Tamao. Y'a que deux choix possible. Mais passons, 'kay ? Pendant que j'y suis, autant parler de ses ambitions. Misaki rêve d'avoir des enfants et un mari aimant. Ses ambitions pour l'avenir sont asser ... simple. Elle voudrait devenir psychologue. Pourquoi ? Elle n'en sait rien. Elle aime écouter les gens parler et elle aime les aider quand elle est pas psycho'. Elle a peur de l'indifference qui l'effraie plus que tout et l'idée de perdre Tamao ou sa soeur, Miori, la terrifie. Si jamais cela devait arriver, Misaki deviendrait ... vide. Son corps serait présent mais pas son âme. En gros, une coquille vide sans rien dedans, boom ! Disparue. Que dire d'autre, elle est très gourmande et adore les glaces et la nourriture française. Que j'appelle Malbouffe, allez donc savoir pourquoi. Je pense que c'est a peu près tout. Au pire, le bouton éditer est mon ami.


Dernière édition par Misaki Mizuki le Dim 28 Sep - 2:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégien


avatar
Misaki Mizuki

▬ INSCRIPTION : 19/03/2007
▬ ÂGE : 23

▬ MESSAGES : 3190
▬ LOCALISATION : ...


Feuille de Perso
▬ NOM : Misaki Mizuki.
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Tamao ! ♥


MessageSujet: Re: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   Mer 30 Juil - 11:52

Histoire : Je ne suis pas normal ... Et ça, je le sais depuis le début. Contrairement aux humains, je ne suis pas née dans le ventre d'une maman. Je ne suis pas née d'un amour pur et simple entre un homme et une femme, moi, je suis une poupée. Un jouet qui était censé être parfait. Vous trouvez cela bizarre ? Eh bien lorsque j'étais enfant. Je pensais que cela était tout a fait normal. Pour moi, tous les enfants étaient née comme moi. Comme nous, car j'ai une soeur. De deux ans mon ainée, son nom ... Vous le saurais plus tard. Pour moi, c'est Oneechan. Ma Oneechan, ma grande-soeur. Le seul être qui m'est aimé lorsque j'étais enfant. J'ai des parents. Docteur Mizuki masculin. Docteur Mizuki féminin. Je ne sais pas leurs prénoms. Et je m'en moque puisqu'ils sont morts à l'heure où je vous écrit cela. Revenons en arrière, dans ce passé que je souhaite gravé en moi et qui fait partie intégrante de moi ...

A cette époque, nous étions en 1994 et j'avais déjà l'apparence d'une petite fille de trois ans. Je savais parler et je marchais en titubant. Incroyable ? Oui. La science est ... incroyablement ...terrifiante. Je suis née dans un vieux laboratoire complétement délabré, sur une table en métal vraiment très froide. Je me souviens que la première chose que j'ai sentie à était comme un pincement puis ensuite un bruit sourd. J'avais l'impression qu'on me touchait légérement ... Comme une carresse qu'on ose a peine vous donner. En gros, j'était entouré d'une fumée dont je n'avais jamais vue la couleur. Quand j'ai ouvert pour la première fois mes yeux, la première chose que j'ai vue ... à était Otosan et Okasan. Je levait faiblement l'une de mes petites mains pour finir par m'appuyer dessus pour m'assoir sur ce qui me servait de lit de naissance. Sur mon visage, un sourire était apparu et tout en tremblant un peu je m'exclamait :

" Otosan ! Okasan ! "

J'étais heureuse, mes parents affichaient un énorme sourire en me voyant. Et ils avaient l'air vraiment fière de moi et de leurs résultats. Ils parlaient entre eux tout en projetant de montrer au monde ce qu'ils avaient réussis a faire. Mon père disait être un génie et que personne ne l'égalait. Ma mère disait que Papa était parfait qu'aucunes femmes n'avaient un mari aussi parfait. Mais moi je n'écoutait pas, j'étais toute petite et j'observais cette salle, mon lieu de naissance. Ma tête se tourna un peu et mes yeux fixèrent le fond de la salle. Au fond de cette salle, il y avait une petite fille aux yeux et aux cheveux rouge qui me fixait. Elle serrait contre elle un magnifique ours en peluche brun ... Je me souviens m'être lever brusquement restant debout, la bouche légérement entre-ouverte. Puis, sans hésitation, je crias :

" Oneechan !! "

Je l'avais sentie, cette petite-fille était comme moi, c'était ma grande-soeur. Je courais vers elle, un énorme sourire aux lèvres tout en me jetant affectueusement dans ses bras. La petite fille aussi affichait un grand sourire, elle me serrait doucement dans ses bras. Je m'y sentait bien, je pensais être en sécurité dans les bras de ma grande-soeur. Mon notre bonheur fut de courte durée, après quelques secondes d'hébétement, nos deux parents s'avancèrent vers nous l'air extrémement en colère. Je ne comprenais pas pourquoi ils étaient si fachés. Est-ce que j'avais fait quelque chose de mal en allant vers ma grande-soeur ? Je n'eu pas le temps de me poser cette question, Papa venait de prendre la parole en nous regardans ... L'air dégouté.

" Une poupée parfaite... ça? Elle était censée adorer plus que tout au monde ses parents et la
voilà qui tombe dans les bras d'une poupée ratée! "

Je ne l'avais pas vue venir. Notre père ne nous considérés non pas comme ses filles mais comme des poupées. Qui plus est, des poupées imparfaites. Comment réagir à cette phrase lorsque vous venez de naitre ? Je ne savais pas quoi penser. Devais-je pleurer ? M'excuser ? Ou bien rester dans les bras de ma grande-soeur ? Mon père venait de me donner la réponse en me giflant moi et ma soeur. J'avais mal, je tremblais et j'avais envie de pleurer. Pour moi, ma joue droite était en feu ... c'était vraiment, vraiment douloureux ... Miori et moi nous retournâmes alors vers notre maman. Notre mère nous comprenait-elle ? Certainement, elle ne nous considérés pas comme des poupées ! Mais comme ses filles ... n'est-ce pas, maman ? Non, je me tromper. Maman serrait son poing et sa blouse blanche, non ... Maman, pas toi. Protéges-nous ! Nous sommes tes enfants ! Je ne pleurais pas, ces deux êtres immondes me dégoutait et je voulais m'enfuir. Partir loin, très loin avec Miori. Papa était toujours aussi en colère, les deux gifles qu'il venait de donner ne l'avait pas du tout calmer. Il criait si fort que mes oreilles me faisait mal :

" Enfin ... nous avons surement oublié quelque chose ! Ce n'est pas possible qu'elles soient toutes les deux aussi imparfaites ! Misaki-chan ! Regarde-moi ! C'est ton père adorée, c'est moi qui t'es cré avec ta mère ! Tu dois nous chérir ! Qu'est-ce que Miori a fait pour toi ?

- Misaki-chan est comme moi ...

- Toi je ne t'ai pas parlé !

- Elle a tout de suite... remarqué ma présence et... a deviner que j'étais sa grande-soeur ...

- Tu vas te taire oui ?!

Je ne savais pas comment réagir. J'avais envie d'hurler, de supplier mon père d'arrêter ses questions si compliquées pour moi. Je voulais que Miori arrête de répondre comme ça à Papa, je ne voulais pas qu'il la frappe. Je n'en avais pas du tout envie ! Maman rester à côté de Papa, regardant Miori avec mépris. Pourquoi est-ce qu'elle ne nous défendais pas ?! Je vous hais, tous les deux, je vous déteste ! Pourquoi vous-n'êtes pas comme les autres ?! C'est à mon tour de m'exprimer et de crier, je me mets devant Miori, mes deux bras tendues pour empecher Papa de faire quoique ce soit.

" Otosan ! Miori wa watashi no Oneechan ! Dakara iiamette ! "

J'ignore si j'avais calmer Papa mais bizzarement il c'était tu. J'avais réussis ? Papa avait compris que j'aimais Miori comme je l'aimais, lui et Maman ? Non, je me trompe comme d'habitude. Mais je ne suis qu'une enfant ... Enfin, une 'nouvelle poupée' ... Quoiqu'il en soit, Papa venait de me saisir le bras avec une telle force que j'avais l'impression que si il serrait, ne serait-ce qu'un petit peu, sa main sur mon bras, il aurait pu me casser les os. Puis, violamment, il m'allongea sur la table froide après avoir enlever tous ce qui se trouver dessus d'un revers de main, me tenant les poignets pour que je cesse de me débattre inutilement. Je paniquais, qu'est-ce qu'ils allaient me faire, tous les deux ? Maman était entrain de remplir une seringue d'un mélange verdatre vraiment effrayant. J'avais la peur au ventre ... mais je ne me débattais pas. C'était inutile de toute façon. Maman s'approcha dangereusement de moi puis, sans crier gare, elle planta la seringue dans mon bras, m'injectant le liquide verdatre en affichant un sourire de satisfaction. Je me mordait la lèvre inférieur pour m'empecher de crier, mes larmes coulaient toute seule je n'avais pas la force de les retenirs. Enlevant enfin la seringue de mon bras, Papa me tenait toujours les poignets alors qu'une petite goute de sang coulait de l'endroit où avait eu lieu l'injection. Maman venait de reculer, du moins c'est ce que j'avais crue. Papa quand à lui, avait tout vue, Maman n'avait pas du tout reculer car c'était Miori qui l'avait poussé. Elle n'avait pas du tout l'air contente que nos parents m'ais injecter cela dans le bras. Elle avait certainement vue mes larmes ... De rage, Papa prit la même seringue que Maman qu'il remplissat du même liquide. Et en saisissant Miori, il lui injecta la seringue dans le cou. J'avais mal pour ma soeur qui criait de douleur. Je voulais tuer ces deux humains qui faisaient tant crier Miori ... Poussant un hurlement beaucoup plus fort, Miori s'agenouilla devant Père, lui suppliant d'arrêter ça. Ses larmes couler sur le béton froid de la salle ... Papa affichait un sourire sadique et Maman aussi, ils nous prirent chacun la main en nous emmenant de force dans une pièce toute noir ... J'avais peur, dès que Maman et Papa nous avais lachés je m'étais réfugié dans les bras de ma grande-soeur. Pleurant silencieusement tout en écoutant Père qui nous parlait avec mépris.

" Pff! Créatures ratées! Chérie, vient m'aider, il doit bien y avoir un mélange réalisable qui les rendraient parfaites... "

Comme j'aurais aimer que le mot "chérie" sortie de la bouche de Papa me soit adresser ... Je ressentais un immense manque d'affection. Miori me serrait doucement dans ses bras en me murmurant doucement que je devais me calmer. Papa et Maman venaient de partir ... et notre cauchemar ne faisait que commencer. Régulièrement, Maman et Papa venaient nous chercher a tour de rôle pour nous injecter des liquides suspects. Nous ne nous débattions plus car nous savions parfaitement que face à eux nous n'avions aucune chance. Nous leurs étions totalement soumise. Après tout, a leurs yeux nous n'étions que deux jouets cassés qu'on essayait de réparer sans jamais y arriver. Mais c'est le 02 Janvier 2007 que tout changeat. Comme d'habitude, Miori et moi allions nous faire injecter un produit. Nous y étions habituer. J'avais douze ans et Miori en avait quinze. Mais pour une fois, Papa et Maman venait nous chercher en même temps ...

" Aujourd'hui, c'est le test ultime ! Nous allons enfin savoir si toutes nos recherches sont fondées ! Et si notre théorie s'avére exacte, nos deux poupées seront les deux petites filles les plus parfaites au monde ! "

Après tant d'années, aux yeux de Père et de Mère nous restons de simples poupées. Dans ma mémoire, je n'ai aucun souvenir de mon père et de ma mère entrain de nous exprimer leurs tendresses. J'avoue avoir beaucoup pleurer à cause de ça. Si Miori n'aurait pas était avec moi, j'aurais certainement terminer en malade mentalement. Je ressentais souvent une pression énorme a cause d'eux. Voilà pourquoi j'ai peur de l'inperfection, j'ai toujours essayée de paraitre parfaite a leurs yeux. Mais je n'y arrivais jamais. Car pour moi, être un être parfait ne me correspond pas. Miori m'a souvent dit que la perf
ection n'existait pas et que tous le monde avait ses défauts alors pourquoi est-ce que j'en ai aussi peur ? C'est une question que je n'arriverais jamais à résoudre ! Mais tant pis. Passons à la suite ... Père et Mère pointaient deux chaises sur lesquelles nous nous sommes assises. Elles étaient froides ... tout était froid ici. Sauf les bras de Miori. Comme d'habitude, ils tenaient deux seringues. Et comme d'habitude nous allions avoir un produit en nous. Un produit qui ne nous faisait rien sauf nous donner mal à la tête m'enfin, nous en avions l'habitude. Maman et Papa nous injectèrent le produit. J'avais mal, affreusement mal mais je retener, comme toujours, mes larmes. Ils ne chercher jamais notre veine pour piquer, ils piquer n'importe où sans se soucier de notre douleur. Je devais être forte. Très forte car Miori ne pleurait jamais ou du moins jamais devant moi ! La seule fois où je l'ai vue pleurer, c'était lors de notre première fois [Sa peut prêter confusion. o_ô] ... Notre première injection sous la colère de Papa. Etrangement, je me sentais bizarre. Je voyais trouble et j'avais l'impression d'entendre des voix dans ma tête. Quelqu'un m'ordonnait de tuer Maman et Papa, je tenais ma tête dans mes deux mains, tombant à genoux par terre pour résister a une douleur qui venait de m'envahir l'esprit. Je voulais voir du sang couler. Je voulais y gouter. Goûter a la chair de mes parents. Et pour tout vous dire, je ne vois pas pourquoi m'en priver ? Je me suis relever, un énorme sadique aux lèvres. Apparament, Miori avait les mêmes idées que moi et c'était bien. Je me suis approcher de Maman, elle reculait alors que Papa me regarder avec mépris tout en s'adressant à Miori. Je n'ai pas écouté ce qu'il lui a dit. Je m'en fichais. Maman regardait mes yeux, ils étaient rouges sang. Ils brillaient ... Maman venait de prononcer les mots suivant :

" Ma fille ... ces yeux ... c'est ... magnifique ! "

Ma fille ... Ces mots auraient du me faire plaisir. Seulement, je déteste le foutage de gueule. C'était trop tard. Elle aurait du me considérait comme sa fille depuis l'instant où je suis née. Comme Miori. Je ne sais pas si Maman a sentie que j'allais la tuer, mais elle ne reculer plus. J'étais beaucoup plus petite qu'elle, elle ne devais pas avoir très peur. Je n'en pouvais plus de leurs regards méprisant. Tous cela devait cesser. Tous !

" Maman, je vais te tuer ... "

Ma voix était devenue plus grave, et Maman me regardait bizarrement. Une expression que je n'avais jamais vue chez elle et Papa. De la ... peur ? Elle en avait les jambes coupées, mes mots l'avaient cidérait. Elle était à terre, assise et l'air absente. Je fus prise d'une émotion étrange lorsque je vis dans les yeux de ma mère, de l'eau ... Elle pleurait. Elle était triste, a cause de moi. Maman ... Pourquoi fallait-elle qu'elle pleure alors que je voulais tant la tuer ? Pourquoi suis-je si sensible aux autres ? Je ne dois pas me laisser influencer ... Sinon, nous allons nous refaires manipuler comme de vulgaires poupées. Nous sommes bien plus que ça ! Je ne peux pas nous qualifier d'êtres humains, mais nous vivons ! Les poupées ne vivent pas. Et lorsqu'elles ne fonctionnes plus et qu'elles sont cassées on les jetes. Je ne veux pas finir comme elles ... Moi, jamais, ô grand jamais on ne me jeteras ! J'affiche un sourire triste tout en demandant d'une voix tout aussi grave qu'avant :

" Tu as peur, maman ? "




Dernière édition par Misaki Alejo le Jeu 31 Juil - 7:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégien


avatar
Misaki Mizuki

▬ INSCRIPTION : 19/03/2007
▬ ÂGE : 23

▬ MESSAGES : 3190
▬ LOCALISATION : ...


Feuille de Perso
▬ NOM : Misaki Mizuki.
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Tamao ! ♥


MessageSujet: Re: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   Mer 30 Juil - 12:04

Dis-le que tu as peur ... C'est ce que je veux entendre. Si jamais tu le dis, je t'épargnerais qui sait ? Son regard change, elle me regarde tout en souriant. J'ai l'impression qu'elle se fout de ma gueule, comme d'habitude. Elle m'a toujours pris de haut moi et Miori. Et pour ça, elle mérite de crever. Comme Papa. Tout en faisant non de la tête, elle recommencat à parler tout en me regardant avec le même regard méprisant que Papa :

- Non je n'ai pas peur. Tu ne pourras jamais me tuer car je suis ta mère. De plus, tu n'es qu'une vulgaire poupée qu'on essaye de réparé alors comment pourrais-tu me tuer ? Espèce de poupée ... défécteuse.

- Sale pétasse ...
JE NE SUIS PAS DEFECTEUSE ! CREVE !

Ai-je oublier de préciser que je détester le mot déféctueux ? Maman et Papa le disait très souvent et ça m'énervait. A ce moment précis je ne sais pas ce qu'il sait passer, mais Maman a ... exploser. Le bruit était beau. Le coin de la salle où nous étions était couvert de sang et d'organes en tout genre. Je ne sais pas comment j'ai fait ça mais dans mon dos j'avais l'impression que quatre bras venait de pousser. Tout d'un coup comme par 'magie' ... Seulement, moi la magie, je n'y crois pas. C'est comme les conneries de père-noël, petite souris et tout et tout. Tout un ramassis de conneries qui nous fons sois-disant rêver. Le sang continue de couler, c'est beau ... Papa est-il déjà mort ? Je ne regarde pas. J'ai toujours les yeux fixer sur ceux qu'il reste de Maman. Et j'éclate de rire, mon rire n'est pas un rire joyeux. C'est un rire sadique. C'est a partir de ce jour là, que l'envie de tuer est survenue en moi. J'ai rigolée comme ça pendant quelques instants tout en réflechissant. Maintenant qu'ils étaient tous les deux morts, nous ne pouvions plus rester dans le laboratoire. Nous devions tous faire pour être normal. A commencer par le fait d'aller étudier. Maman et Papa nous faisons étudier. Car toutes poupées 'parfaites' doit savoir lire, écrire, formuler des phrases correctes etc ... Reprenant ma voix normal, je fixais Miori avec un sourire froid.

" Oneechan ... On s'en va. Nous n'avons plus rien à faire, ici. "

Je venais de tendre ma petite main vers Miori, mon sourire s'était adoucie. Je venais de tuer quelqu'un mais je ne le regrettais pas. Ma mère l'avait mérité. Elle n'était pas gentille. Ce n'était pas une Maman. C'était une étrangère qui nous observait tous les jours. Papa était pareil. Un étranger qui nous injecter dans l'organisme des produits dont nous ne connaissions même pas le nom. C'était pourtant très clair, tous les deux, ils étaient fous ...
Après toutes ces années où nous ne connaissions que le laboratoire. Sortir était vraiment bizarre. La lumière du jour m'avait éblouie les yeux, je les couvrais d'une main tout en serrant celle de ma soeur. Miori quand à elle n'avait pas eu la même réaction que moi. Enfin je crois. Je ne lui parlais pas, je n'osais pas vraiment. Nous venions de tuer nos créateurs et peut-être qu'Oneechan était sous le choc. Moi je ne savais pas vraiment, j'étais contente et malheureuse. Car je ne savais pas ce que nous allions devenir. Ces enfoirés qui étaient morts nous nourrissait et nous loger. Maintenant qu'ils n'étaient plus de ce monde nous n'avions nul part où aller. Je ne savais pas comment réagir face à de tels problèmes, j'avais envie de pleurer. Ma main tremblait dans celle de Miori, où allons-nous dormir ce soir ? Cette question me brulait les lèvres. Je ne savais pas si je devais la le lui poser ou non. Oneechan ne devait pas le savoir non plus ... J'avais vraiment peur. Je me souviens que mes vêtements étaient tachés de sang. A l'époque, je portais simplement une robe blanche non fantasiste. Les taches rouges dessus rendant la robe plus 'vivante' j'aimais bien ... Mais les autres personnes ... reculer quand nous avancions. Pourquoi ? Ils avaient peur du sang ? Pourtant, le sang faisait partie intégrante de notre organisme. Quelle bande de peureux. Miori me serrait la main, ça me faisait du bien. Ca me calmer. Je souriais aux autres personnes l'air apaiser. C'était marrant de les voirs aussi effrayés. Miori avait était astucieuse, elle avait pris tout l'argent que Papa avait caché dans un coffre d'une des salles du laboratoire. Je n'ai pas vue la mort de Papa ... Il faudrait que je lui demande un jour comment Papa est mort ... Comment ma soeur à tuer notre père. J'avais faim et visiblement je n'étais pas la seule. Miori me regardat avec un regard amusé et ensemble, nous entrèrent dans une patisserie.

- Boooooonjour mesdemoiselles. Que puis-je faire pour vouuuuuus ?

La voix de cette femme était vraiment douce ... Je l'aimais beaucoup. Mes yeux parcouraient les nombreuses vitrines de la patisserie alors que mon ventre manifestait ma faim. Mes joues viraient au rouge alors que la patissière riait affectueusement. Tirant un peu sur le tee-shirt de Miori je lui montrait, honteuse, une part de gateau au chocolat. Miori avait déjà choisit la sienne, du moins je pense. Miori payat pendant que la patissière me donnait les gateaux. Je sortis, tout en m'inclinant devant la patissière en signe d'au revoir. Elle fit de même et Miori et moi nous remettions en route. Le soir, nous avons dormis dans un hotel. Je m'étais vite endormie exténuait par la journée que nous venions de passer. J'esperais que demain serait meilleur ...
Le lendemain, mes yeux s'ouvrirent difficilement, j'avais encore sommeil mais dormir était une chose plutôt dificile pour moi. J'enfilais la robe que j'avais mis la veille tout en dévalant les escaliers du petit hôtel, je n'avais pas faim mais j'avais un besoin urgent de sortir. Je ne supportais plus de rester enfermer. C'est sans doute pour ça qu'aujourd'hui je reste souvent dans l'allée des cerisiers ... Je courais tout en bousculant les gens qui était sur ma route. J'avais l'impression que si je m'arrêtais, ma poitrine allait exploser. Ne me demander par pourquoi c'était juste une simple impression. Lorsque je me suis -enfin- arrêter de courrir. J'halétais, je ne sais plus combien de temps j'ai courrus. Assez longtemps car je ne voyais plus le village dans lequel j'avais dormis. Assise dans l'herbe, je laissais mon corps s'allongeait tout en regardant le ciel ... bleu ... Cette couleur était belle et apaisante. Mes yeux se fermaient peu à peu, j'allais m'endormir. Du moins c'est ce que je pensais.

" Hey ... Oh ... HEY HEY OH ! "

Cette voix ... Elle était belle, a qui appartenait-elle ?

" - Tu m'écrases, bordel !

- A-Ah ! P-Pardon ... Je ne t'avais pas ... vue ... "

J'en tombais des nues. Devant moi ce tenait un long baton couleur or. Le pire ... c'est qu'il parlait. Il avait une voix terriblement féminine. Etait-ce une femme ? Quoiqu'il en soit, elle était étrange ! Pourquoi parlait-elle ? Les objets ne parle pas ! Et n'allait pas me faire croire que c'est la science ! Le progrès à ses limites !

- Quoi ? Pourquoi tu me regardes comme ça ? J'ai une tache ou quoi ? o_ô

- Non mais ... pourquoi tu parles ? o_ô T'es qu'un objet et les objets ne parlent pas !

- Hey Hey Oh ! C'est quoi ce manque de politesse ?! Tes parents ne t'ont jamais dit qu'il fallait respecter ses aînées ?! Et puis je ne suis pas un objet ! Du moins pas a l'origine ! D'origine, je suis comme toi, une humaine !

- TAIS-TOI ! Tu n'es pas comme moi ! Je ne suis pas humaine ! Je ne suis pas comme vous !

Ce fut ma première rencontre avec Kanaka. Aujourd'hui je l'adore mais il y a un ans j'ai bien crue que j'allais la tuer. Je ne supporte pas d'être comparé aux humains. Je déteste ça car je sais parfaitement que je ne suis pas comme eux. La plupart des humains ont une famille qu'ils aiment. Ils vont a l'école avec leurs ami(e)s et tout le tralala. Moi j'aurais aimer avoir tout ça. Je les détestes car le pire c'est qu'ils trouvent le moyen de s'en plaindre sans en avoir honte ! Pour eux, sa parait carrément normal ! Ils sont tous pourris. TOUS ! Je ne pense pas avoir un jour a changer mon opinion sur eux. Car je les hais depuis le jours où je suis venue au monde. Mes parents étaient humains. Voilà pourquoi je les détestes. Je pense que tous les humains sont pareils. Ils sont tous sans scrupules. Je pense que la première pensée de Kanaka à mon égard fut "Elle est colérique" et très honnêtement elle n'a pas du tout tort. Après tout, encore maintenant je suis colérique et je pense que je suis plus violente maintenant que lorsque j'étais enfant.

Kanaka, ayant remarquée que je ne supportais pas qu'on me compare à des humains, toussa légérement. N'ayant pas de visage je ne pouvais pas voir si c'était par gêne ou naturellement. Je m'inclinais pour excuser mon comportement colérique. Elle lachat un soupire peu audible avant de se laisser tomber à terre. La pauvre, si c'était vraiment une humaine, être dans un objet ne devait pas être flatteur. Elle finit par dire d'une voix plus douce :

- Aloooors ? Qu'est-ce-qu'une gamine fait ici, toute seule ? C'est dangereux tu sais. Beaucoup de gens malsains rodent dans les environs et vue que tu es mignonne, ils pourraient bien essayer de t'enlever pour te faire des choses peu avouable.

- Si jamais cela devait arriver, je les éclaterais au vrai sens du terme.

- Oulah, t'as pas l'air d'aimer les humains, toi.

- Les adultes en général.

- Ah oué ... Mais sérieux, tu peux vraiment éclater les gens, comme ça ? o_ô

- Oui, c'est si surprenant ? Je suis sûre qu'il y a des personnes beaucoup plus forte et folle que moi.

- Ca fait peur. o_ô En gros, faut pas te mettre en colère quoi.

Sur ces mots, Kanaka éclata de rire tout en se 'relevant' ...

- Nee, c'quoi ton nom ?

- Kanaka ! =D Toi ?

- Misaki.
- Misaki comment ?

- Mizuki, Misaki Mizuki.

Je ne sais plus exactement, combien de temps nous avons discuter. Kanaka m'expliquat qu'elle n'appréçiais pas les magisters car, de la faute de l'un d'entre eux, elle fut transformer en baton. Le magister lui avait dit qu'un autre magister pouvait lui rendre sa forme humaine mais que cela n'arriverait peut-être jamais. La voix de Kanaka était étouffé par des sanglots et pourtant, rien ne couler. Ca faisait pitié, vraiment pitié. Evidemment, je dus moi aussi raconter mon histoire. Kanaka ne me coupa pas, elle attendit que j'eu finis pour enfin prendre la parole et me dire que j'avais eu raison et que je n'étais pas seule puisque Miori était là. Il se faisait tard, je devais rentrer mais je n'avais pas envie que Kanaka reste toute seule ... Je l'aimais bien.

- Nee Kanaka, je dois partir mais tu viens avec moi.

- Hein ?

- T'as pas le choix. Après tout, c'est dangereux pour une jeune fille de rester seule la nuit. =P

- Mais ... et ta soeur ?

- T'inquiète pas, Miori est compréhensive elle comprendra. Moi je te promet que je fairais tout pour essayer de te redonner forme humaine ! =D

- ... Okay ... Thanks you, Mi-chawn.

Je souriais tout en saisissant Kanaka dans ma petite main frèle. Sur le chemin du retour, nous restiâmes silencieuses. Je portais les mêmes vêtements qu'hier, ceux tachés de sang ... Quand nous arrivâmes enfin a l'hotel de la nuit dernière, Miori sauta dans mes bras tout en me traitant d'idiote. Elle s'était inquiètée toute la sainte journée. A croire que visiblement, elle tenait vraiment à moi. Ce n'est qu'après quelques représailles qu'elle remarqua enfin Kanaka qui avait roulé à terre lorsque je l'avais maladroitement laché quand Miori sauta dans mes bras. Je dus tout expliquer à Miori qui me souriat en signe d'accord. Les jours passèrent et nous dûmes quitter l'hotel. Miori avait travailler quelques temps et maintenant qu'elle avait un peu d'argent, elle décréta qu'il était temps pour nous trois de partirent. Obeissantes, nous la suivirent sans piper mots. La ville quitter, le soleil coucher, Miori ainsi que moi et Kanaka nous allongèrent dans l'herbe humide. Nous étions toutes les trois silencieuses, allait donc savoir pourquoi ? C'est un drôle d'homme qui coupa ce silence si paisible.

- Alooooooooooors, mes jolies. Qu'est-ce que deux ravissantes jeunes filles font iciiiiiiii ? Vous ne voulez pas venir avec Tonton Hikaruuuu ? Il s'occupera très bien de vouuuuuus !

- Trois.

- Pardonnnnnnnn ?

- Nous ne sommes pas deux mais trois et nous ne vous suivrons pas. Plutôt mourrir que de suivre un homme puant l'alcool.

- Obeis, sale gamine. T'es folle, vous êtes deux pas trois donc arrête de contredir les grandes personnes.

- Les grandes personnes sont tous cons et sans cervelle. Dis au revoir à Kanaka.

- Qu'est-ce-que tu raconte ?

- Euh ... Mi-chan, calme-toi. ^^"

- Trop tard.

J'étais agacer, je suis une ... meurtrière. Sans aucun état d'âme cet homme est mort, les membres arrachés et la tête propulser plus loin, dans l'herbe. Une fois de plus, j'étais couverte de sang. Ce n'est pas grave, ce liquide ne me déplait pas le moins du monde ... Les années passèrent ...



Dernière édition par Misaki Mizuki le Dim 28 Sep - 2:39, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégien


avatar
Misaki Mizuki

▬ INSCRIPTION : 19/03/2007
▬ ÂGE : 23

▬ MESSAGES : 3190
▬ LOCALISATION : ...


Feuille de Perso
▬ NOM : Misaki Mizuki.
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Tamao ! ♥


MessageSujet: Re: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   Mer 30 Juil - 12:04

[For Ayase Yue]


Dernière édition par Misaki Alejo le Jeu 31 Juil - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégien


avatar
Misaki Mizuki

▬ INSCRIPTION : 19/03/2007
▬ ÂGE : 23

▬ MESSAGES : 3190
▬ LOCALISATION : ...


Feuille de Perso
▬ NOM : Misaki Mizuki.
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Tamao ! ♥


MessageSujet: Re: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   Mer 30 Juil - 12:05

[For Synae' Salomé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégien


avatar
Misaki Mizuki

▬ INSCRIPTION : 19/03/2007
▬ ÂGE : 23

▬ MESSAGES : 3190
▬ LOCALISATION : ...


Feuille de Perso
▬ NOM : Misaki Mizuki.
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Tamao ! ♥


MessageSujet: Re: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   Jeu 31 Juil - 10:14

[For Aoi Miharu]
Postez pas ~ J'suis pas sûre que ce soit suffisant ... Faut deux posts pour l'histoire de Misaki. J'y croie pas. o_ô

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégien


avatar
Misaki Mizuki

▬ INSCRIPTION : 19/03/2007
▬ ÂGE : 23

▬ MESSAGES : 3190
▬ LOCALISATION : ...


Feuille de Perso
▬ NOM : Misaki Mizuki.
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Tamao ! ♥


MessageSujet: Re: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   Dim 28 Sep - 2:40

[For Asahina Yuki]

Je pense que c'est bon mais postez pas ... j'ai pas du tout finis donc on sait jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: + .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]   

Revenir en haut Aller en bas
 

+ .. + My world + .. + [Ne pas poster, please]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAHORA LIVE!? :: Administration :: Présentations-
Sauter vers: