MAHORA LIVE!?


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Patchwork~ [FREE TO GO, HELL YEAH.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tout-puissant


avatar
Satsuki Yotsuba

▬ INSCRIPTION : 11/07/2006
▬ ÂGE : 24

▬ MESSAGES : 55144
▬ LOCALISATION : Dans un endroit que j'aime.


Feuille de Perso
▬ NOM : Satsuki Yotsuba
▬ CLASSE: 2A
▬ AMOUREUX(SE) DE : Watashi wa koko ga harimasu kara...^^


MessageSujet: Patchwork~ [FREE TO GO, HELL YEAH.]   Dim 17 Mai - 15:40

Alors, que se passe-t-il au Chao Bao Zi? Rien de plus que ce qu'il se passe d'habitude. Un peu de monde devant le stand en plein air, bonjour Sacchan, ça va bien Sacchan?, merci beaucoup Sacchan, de rien ça fait plaisir. Il fait beau, il fait bon. Bah... C'est un bon début, non?

Tamao était assis seul à une table, vous savez, une de ces plus petites tables pour ceux qui ne sont pas nombreux à s'asseoir ensemble. Pas un de ces longs machins sur lesquels s'étalent on-ne-sait combien de personnes à la fois, qui trinquent, qui rigolent et parlent fort, et qui font plaisir à voir à Satsuki dans le fond, du moment qu'ils ne font pas de bêtises...


Pff...

Bon, dire que Tamao était seul aurait été mentir, un peu. Évidemment, il aurait souhaité une meilleure compagnie en face de lui, Misaki par exemple. Une jolie petite Misaki aux cheveux de feu, rayonnante comme le soleil dans ce chanceux ciel de mai. Une Misaki qui donnait la joie de vivre et qui lui manquait bien, au petit Tamao qui étrangement depuis un certain temps ressentait qu'il avait besoin d'une autre personne pour avoir la joie de vivre un jour pareil... Étrange, non? Avant il s'arrangeait bien tout seul... Ah, les tourments d'un petit garçon qui grandit...

...Bon. Mais pas de Misaki. Non, pas de jolie petite muse qui vous transforme en "ce garçon ébloui par l'amour". Juste deux chieurs qui entouraient Tamao comme des gardes du corps et des pingouins à la fois. Changeons donc de point de vue un instant, afin de rester fidèle à ce bon vieux principe du patchwork... Bonne chance et attention, la camera va encore changer d'objectif.

Donc... On l'a deviné, non? Calpis et Ramune se tenaient chacun d'un côté du jeune garçon à lunette et à casquette à antennes, debout. OH MY, comme si la présence de Tamao en train de siroter son diabolo ou un truc qui ressemblait à un diabolo en tout cas était un honneur. Un honneur qu'il ne fallait pas briser d'impolitesses, en s'asseyant par exemple. Donc, Calpis et Ramune étaient debout. L'un bien plus baraqué, l'autre bien plus grand que Tamao, c'était bien vrai qu'ils faisaient très adultes à côté d'un enfant. Bon, mais à part leurs carrures respectives, pourtant étonnamment opposées et rendant cependant le même effet, ils n'avaient pas spécialement l'air d'armoire à glaces dures et glacées. En fait, tous deux souriaient comme deux bons bougres, d'un air bienveillant, en direction de celui qu'ils appelaient parfois leur "jeune maître", par excès d'un respect qui devait sans doute énerver Tamao. Le but de ces têtes souriantes et joviales-là était probablement d'arracher un sourire à Tamao lui-même, puisque celui-ci, être supérieur hiérarchiquement face aux deux pingouins lèche-cul, n'avait pas vraiment l'air enchanté pour sa part.


Dites... C'est vous qui avez tenu à m'inviter, vous pourriez au moins prendre quelque chose et vous asseoir histoire d'avoir l'air un peu plus... Normaux, non?

Cela nous convient très bien de vous payer à boire, Koho-sama.

C'est tout à fait suffisant. Et si vous ne voulez plus de nous vous pouvez nous congédier quand vous voulez! Nous ne sommes là que pour vous faire un peu de compagnie.

...Et à l'occasion plus ample connaissance!

Et de répondre tout sourires comme c'était à prévoir. Typiquement... Égaux à eux-même? Comment peut-on expliquer ça..? La paille au bec, Tamao, ne daignant même pas se retourner ou bouger la tête d'une quelconque manière dans la direction de ses deux larbins d'un instant, leva simplement les yeux vers le haut et en biais, vers le torse de l'un deux, au hasard, seule considération qu'il leur autorisait, les sourcils froncés et l'air de s'embêter ferme, le regard un peu perplexe aussi peut-être. Tamao ne se ressemblait pas vraiment, à vrai dire, à ce moment précis. Mais peut-être était-ce dû au fait que les personnes qui se trouvaient autour de lui avaient un comportement inhabituel par rapport à toutes les personnes que Tamao, l'éternelle victime, était accoutumé à croiser.

Les gars... Vous savez, je ne veux pas vous offenser en une quelconque manière mais... Vous avez toujours tout de même l'air pas mal suspect, quand même.


A-t-on besoin de rappeler la situation? Après tout, ces deux gars qui avaient depuis quelques temps débarqué à Mahora en tant que profs avaient aussi vite fait de débarquer dans la vie de Tamao, la cause même, quand on y réfléchit, de leur changement de job et de leur déménagement au Japon et de tout le reste. Oui, ils étaient tombés sur Tamao, avec des informations sur le passé de ce dernier qu'il n'avait pas vraiment l'air de croire, et dont, tant qu'on le laisserait à peu près tranquille, il se tapait pas mal, en fait. Tamao ne voulait pas d'ennuis... Mais ces deux gugusses, limite plus ridicules que lui encore peut-être, n'étaient-ils pas justement à percevoir comme une source d'ennuis? C'était pourquoi notre ami le jeune PRÉDATEUR SEXUEL se tenait sur la défensive, surtout face à une paire de sourires pareille.

Et Sacchan, alors? Sacchan, qui se tenait derrière son comptoir du stand en éternelle figurante qu'on aime à repérer dans les coins de pages d'un manga, en tout petit format, était toujours bien à l'arrière-plan de ce tableau comme à son habitude, et souriant d'un air bienveillant, éternelle petite mama adorable qu'elle était. Une image qui fait plutôt sourire, non? Eh oui, profitant d'un petit moment ou personne ne lui demandait rien que sa bonne humeur habituelle ou tout simplement sa présence, mais sans bouger ça suffirait, elle s'était autorisée un regard en direction de ce trio incongru, se disant qu'ils avaient l'air de faire bon ménage. Naïveté, ou perspicacité...? Parce qu'après tout, Calpis et Ramune avaient en effet quelque chose qui pouvaient les rapprocher, en un sens, du petit gars à lunettes. Quelque chose que ni l'un ni les deux autres ne soupçonnaient encore. Oh, quelque chose de très subjectif, si bien qu'on ne peut même pas l'expliquer avec des mots... Mais Sacchan le sentait malgré tout, et sans chercher à l'exprimer non plus, elle se contentait de sourire. C'était plutôt amusant, tout ça, pour un début de patchwork.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akhtscartoon.canalblog.com
 

Patchwork~ [FREE TO GO, HELL YEAH.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAHORA LIVE!? :: Le Campus de Mahora :: Lieux alentours :: Chao Bao Zi-
Sauter vers: