MAHORA LIVE!?


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'ai froid aux nouilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: J'ai froid aux nouilles.   Sam 12 Déc - 16:13

Tiraillée par la fatigue, Iris avait sombré dans un profond sommeil à l'instant même où ses fesses s'était posées sur le siège de l'avion. Sans même poser sur ses yeux ce masque bleu nuit que les hôtesses et stewards distribuaient à chaque passagers. Elle s'était endormie sur le champ, sans prendre le temps d'abaisser son siège pour un peu plus de confort. Sans doute prise d'une étrange compassion, la femme à côté d'elle se permit de le régler à sa place. Voilà pourquoi en ouvrant les yeux après six longues heures de vol, la harpie se réveilla allongée et non-plus assise. Intriguée, elle n'eut pas l'occasion de remercier sa voisine de siège, qui avait déjà quitté l'appareil. En effet, à bord de cet avion, il n'y avait plus qu'Iris et les hôtesses chargées du nettoyage. C'était d'ailleurs l'une d'entre elle qui avait réveillée la rouquine.

- Mademoiselle... Mademoiselle réveillez vous ! L'avions ne va pas tarder à décoller, il faut que vous descendiez...

La main glissée dans son pantalon, réajustant son caleçon, Iris descendit de l'appareil sans se presser. Sa dégaine et son rythme nonchalant déclenchèrent quelques rires, mais n'étant qu'à demi-réveillée elle ne remarqua rien. Faisant claquer sa langue contre son palais, histoire d'atténuer le pâteux de sa bouche, elle s'arrêta sur le premier café qu'elle trouva et descendis près d'un litre de jus de fruit en tout genre, qu'elle paya non-pas en yen, mais en couronnes suédoises. Et lorsque le barman avait tenté de protester, la rouquine avait levé ses deux indexes et s'était mise à parler Suédois. Dix minutes plus tard, on ne sait pas trop comment, elle avait quitté l'aéroport avec une bouteille de jus de fruit offerte par le barman. Embobiner les gens était souvent plus facile qu'on ne pouvait le penser, surtout lorsque l'on avait une tronche d'enfant. Au moment de quitter les lieux, elle enfila vite fait sa veste, et partie sans rien sous le bras. Pas de bagages non, elle arrivait comme elle était partie, sans rien. Cela faisait approximativement cinq mois que l'on avait plus vu la bouille d'Iris à Mahora. Son départ avait certainement causé beaucoup de soucis à l'administration : elle avait disparu, comme ça, sans crier gare. C'était un chaud matin d'août, les arbre et le vent estival dansaient ensemble sur la mélodie que leur offraient les cigales, et le ciel était bleu. Mais Iris n'était plus là, elle était partie. Cela n'empêcha pas les arbres de danser et les cigales de chanter. Les gens continuèrent à rire et à pleurer. Le monde ne s'arrêta pas de tourner. Seule l'administration eu quelques problèmes, ils ne savaient pas où avaient bien pu passer l'une de leurs élèves les plus anormales. Demander à ses amis les plus proches ne les aida pas, trop peu d'entre eux étaient du genre bavards, et ne donnaient pas dans le sentimentalisme. Qui plus est, ils ne savaient rien, non Iris était beaucoup trop indécise pour parler de ses grandes décisions à son entourage. Rikuo Sanô en seconde année de lycée avait tout de même déclaré qu'il était possible que cet imbécile d'oiseau ne revienne jamais, que c'était son genre de prendre la fuite. Seulement voilà, cette fois, Rikuo se trompait. Si Iris avait quitté le campus, quitté Mahora, quitté le Japon, ça n'était pas pour fuir, mais bien pour cesser de fuir. Elle avait affronter cette adversité criarde que représentait à ses yeux cette menteuse de Linoa. Aujourd'hui, si elle rentrait de Suède, si elle rentrait au Japon, si elle rentrait à Mahora, si elle rentrait à la maison, c'était soulagée de cette lourde volonté qu'était son désire de vengeance. Certes, elle était une meurtrière, mais dans la vie on l'est tous un peu. Et puis il y avait aussi cette cicatrice qui décorait son abdomen, et la haine de Shame, mais qu'importe, elle assumerait tout. Parce que tuer Linoa Brunhart était l'un de ses souhaits les plus chers et l'un de ses actes dont elle était horriblement fière.

- Yoh senpai !

- Hey Kojima-boy !

Sur le trajet allant de l'aéroport à l'école, elle avait croisé pas mal de gens. Dont quelques élèves et ce gars, là, qui faisait parti du club de baseball. Certains ne s'étaient pas gênés pour l'aborder, lui demander où elle était passée tout ce temps. Ceux-là étaient ses préférés. Bien sûr, elle leur mentit. Inventa une histoire à dormir debout et reprit sa route en direction du campus, d'un pas dansant. Tout cela pour finalement arrivée devant les grands escaliers qui menaient au hall. Elle ne portait pas son uniforme et se disait que ça n'était pas grave, elle n'avait qu'une hâte, voir si oui ou non, on avait oublié Iris Backer. Ça et avaler quelque chose sortant tout droit des fourneaux du Chao Bao Zi. Étrangement, les deux idées la faisaient saliver ... Oui, les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Sam 12 Déc - 17:38

    Les journées à Mahora se ressemblent toutes, s'en est ennuyant. On se lève, on va en cours, on traîne un peu et on rentre dans notre chambre ... ou bien, on ne rentre juste pas. Mais qu'on reste dehors à s'occuper ou qu'on dorme ... La vie dans ce pensionnat reste des plus monotones. On fréquente les même personne, toujours. Les nouveaux arrivants s'intègrent souvent à un petit cercle d'amis et fréquentent eux aussi les mêmes personnes, qui fréquentent d'autres personnes ... On en vient à tomber dans un cercle vicieux. Et même quand on fuit toutes ces personnes et on essaie que d'en fréquenter une, on se crée quand même des amis et des ennemis qu'on finit par fréquenter ... C'est le cas de notre principal intéressé du jour, Kiara, qui ne faisait que se morfondre depuis tôt ce matin. Même si était enfin sortit de cet ennui perpétuel que sont les cours, il ne savait pas quoi faire de sa journée. Tôt ce matin, il était allé faire quelques paniers au gymnase, histoire de passer le temps, pendant une bonne heure. Dieu lui-même ignore pourquoi Kiara s'est soudainement mit au basket exactement, peut-être que c'est seulement pour se prétendre plus fort que Faith ... bref. Après quoi, Kiara avait prit sa douche, je vais vous épargner les détails, puis il était partit faire la chose dans laquelle il excelle le plus : Se promener dans l'école à ne rien faire d'autre que boire des tonnes de bouteilles de produits alcoolisés. L'alcool du jour était du whisky ... C'est plutôt rare. Généralement, il décide de prendre de la vodka. Maintenant, Kiara errait, sans même où il allait ni même pourquoi. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il espérait ne pas croiser un certain petit chinois, dont l'existence ne voulait pas s'effacer de sa mémoire pourtant très courte, et qu'il n'allait pas pleuvoir des bébés éléphants roses aujourd'hui. En effet, la température plutôt fraîche qui régnait ici et la fine couche de neige qui reposait sur le sol à certains endroits témoignaient que si il venait à tomber des bébés éléphants roses du ciel, ils seraient glacés. Mais c'est dommage, ils auraient peut-être pu faire un Elephant Rave Party, tant pis. C'est cette même neige et cette température froide qui forçaient Kiara à porter un manteau un peu plus chaud qu'à son habitude depuis quelque jours. C'était un long manteau noir à capuche, dont il se servait pour cacher sa chevelure rousse lorsque la neige tombait. Heureusement, ce n'était pas le cas aujourd'hui, donc il n'avait pas trop besoin de se cacher.
« Iris ! »
    À peine la rouquine aurait-elle eu le temps d'entendre son nom que Kiara était déjà appuyé contre elle, son bras par dessus ses épaules, comme si Iris était un de ses vieux potes. Dans son autre main, sa bouteille, à moitié vide. Il donnait un peu l'image d'un mec ivre, quand on y pense ... Le problème, c'est qu'il n'est pas ivre pour un sous. Il est parfaitement conscient de ce qu'il fait. Mais Iris est sa colocataire. Il ne la connait pas très bien, mais il avait remarqué sa longue absence. Un colocataire en moins dans la chambre, ça fait un peu moins de vie, dirons-nous, pas que ça déplaise à notre rouquin. Mais il ne se permet pas de trop se plaindre, c'est lui qui s'est incrusté dans cette chambre, donc il ne se montre pas trop désagréable envers ses colocataires pour ne pas se faire virer.
« Ma boîte à cauchemar préférée ! T'étais où ?! »
    Toujours aussi gentil, le Kiara. On dirait qu'il traite Iris comme si elle ne servait qu'à faire en sorte qu'il puisse se nourrir avec ses cauchemars et rien d'autre. Bon ... D'un côté, il ne la connait pas vraiment et elle fait beaucoup de cauchemars, du coup ça lui plait hein. Du coup, quand elle s'absente pendant 6 mois, même si il n'a jamais tenu de très longues conversations avec elle, il le remarque. Rhoo, bordel, pourquoi c'est les gens fun qui s'absentent toujours ? Pourquoi ce bâtard de Len ne s'absente pas ?! Cette pensée qui venait de traverser l'esprit de Kiara lui ressortit par l'autre oreille automatiquement. Oui, si Len s'absentait, sa sœur serait déprimée, donc lui aussi. Finalement, vaut mieux oublier cette idée. De toute façon, il n'est pas là, on a pas à penser à lui.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Sam 12 Déc - 19:14

Sautillant gaiment de marche en marche, Iris arriva finalement au sommet de ce trop long escalier. Tout du long de cette action, alors qu'elle se dandinait comme un singe heureux, les rares élèves qui trainaient dans le coin l'avaient fixés, fermement. Tantôt amusés, tantôt intrigués, certains étaient même traumatisés et avaient prit leurs jambes à leurs cous, de peur que la rouquine ne soit une aliénée évadée d'un quelconque asile. Mais trop excitée pour les remarquer, la harpie continuait de marcher en meumeummant un air bien connu, l'hymne germanique ! D'où elle sortait ça ? Mais nom d'un chien, c'est Iris ! On ne va pas se mettre à chercher le pourquoi du comment de chacune de ses absurdité. L'hymne national Allemand donc, et elle déambulait comme ça, sur un rythme qui ne collait pas. Sourire aux lèvres, elle avait hâte, tellement hâte de revoir ses « amis » et de voir s'ils se souvenaient d'elle. Et puis il y avait ce chien stupide aussi, Rikuo pensait très certainement qu'Iris ne rentrerait jamais à Mahora, qu'elle avait fui la routine scolaire comme elle avait fui toutes les routines de sa vie. Mais non ! Maintenant qu'elle était revenue, les choses allaient changé ! Ou pas, en fait non, rien n'allait changer, mais voir l'expression de ce sale cabot lorsqu'elle se pointerait là, juste en face d'elle, ça n'avait pas de prix ! Seulement voilà, il y avait un hic. Et le hic en question, c'était quelqu'un qui aimait l'alcool et qui avait les cheveux roux.

Non, non ça n'était pas Iris. Un peu de jugeote, Iris était là en haut des escaliers. Comment aurait-elle pu être le hic ? Elle ne pouvait pas être à la fois ici et là-bas ! Et puis pourquoi aurait-elle été le hic de ses propres plans. Schizophrénie ? Non merci, j'ai plus faim, vous répondra-t-elle. Non, ça n'était pas non-plus Iris DF ! Celle-là était retournée bien au chaud dans son époque, ne pouvant plus se permettre de gratter sur ses jours de congés comme ça. Se lassant cependant de ne pouvoir éclater des cuillères en bois sur le crâne chevelu d'une certaine gorgone. Tout ça pour ne pas dire que c'est la dite gorgone et sa petite famille qui lui manquait. Qu'importe, elle passerait à noël, histoire de donner leurs cadeaux aux gosses.

Revenons-en à nos moutons. Et celui-ci avait effectivement certains traits commun avec la jeune harpie. La passion de l'alcool, une crinière de feu, une certaine affection pour la jeune blonde teinte en bleu. Bien entendu, ça n'était pas le même genre d'affection. Si Iris aimait toucher et renifler les cheveux de Médusa en faisant la sieste sur ses genoux, LUI rageait de ne pouvoir être le seul et unique à le faire. LUI c'était Kiara, le baku, le dévoreur de cauchemars, et d'ananas. Tremblez jeunes gens, vos ananas sont en dangers... Iris ne connaissait pas vraiment le rouquin, malgré les affinités qu'elle avait avec la sœur de celui-ci. Elle savait qu'il était roux, comme elle, elle l'avait vu de loin boire des bières avec une certaine Faith Winchester, et elle savait aussi et surtout qu'elle était l'une de ses plus grosses fournisseuse niveau nourriture. Iris ne s'adonnant pas au trafique de fruits exotiques, il s'agissait bel et bien de ses cauchemars, de bon gros cauchemars bourrés de mauvais souvenirs dont l'effroi était, pour la harpie, démesuré. En plus de cela, le garçon était l'un de ses colocataires ! C'était comme si on lui livrait une pizza, sans qu'il eut besoin d'appeler pour commander, ni de payer. Qui plus est, la qualité était digne d'un 3 étoiles. Ca ne gênait pas particulièrement Iris que le baku entre dans son crane pour avaler ses mauvais rêves, seulement à chaque fois qu'il le faisait, il fallait plusieurs heures pour que la tête de la rouquine arrête de tourner.

« Iris ! »

Oh boy.

En entendant cette voix, Iris posant les mains sur son crâne. Désorientée, elle ne savait plus d'où venait la voix et à peine eut-elle le temps de jeter un œil aux alentour, que le bras tiède du baku était déjà posé sur ses épaules.

« Ma boîte à cauchemar préférée ! T'étais où ?! »

- Mon... Mon mange cauchemar ! D8

Here we are. Voilà le genre de relations qu'entretenaient Kiara V. Hopper-Rose et Iris Backer : I ATE YOU/I KNOW. Alors qu'elle avait menti à tous ces pauvres étudiants qui, très certainement, c'étaient fais un semblant de souci pour elle, elle ne voyait pas l'intérêt de mentir à Kiara. En fait, elle avait menti aux autres parce que leurs mentir était amusant : ils croyaient toujours tout ce qu'on leur disait, brave petits enfants. Mais Kiara, ça ne serait pas amusant, et puis même ! Aussitôt qu'elle fermerait l'œil, il saurait tout de suite après avoir noué sa serviette autour de son cou et sortit ses couverts, toute la vie de la harpie dans le moindre détails. Parce qu'Iris n'invente pas ses rêves. Elle revit sa vie, et très souvent, de manière trash. D'où le joli lot de cauchemar qualité plus plus plus : quoi de plus effrayant que de revivre sa vie mais mal ? Rien, pour Iris. Relevant les yeux vers sont fouille cervelle attitré, son regard se bloqua sur le whisky. La bouteille laissait présager qu'il s'agissait là whisky de plus de 30 ans d'âge, où avait-il trouvé cela ? Tien, n'avait-elle pas déjà vu cette bouteille dans le bureau du dirrecteur un soir où elle était puni d'avoir lever la jupe de l'une de ses professeurs ? (Pour l'anecdote, c'était pas sa fautes ! Les gars du club de baseball arrêtait pas de dire que cette femme avait de sacrés couilles !) Qu'importe, pour boire ça ainsi ici, Kiara devait vraiment s'ennuyer. Le regard de la rouquine se décala de la bouteille pour se planter dans celui du rouquin. Bleu bleu bleu, c'était vachement bleu quand même. Comment il fait ça ? IRIS CONCENTRE TOI.

- Où j'étais ? Muh... En Suède. Ah ! Mais peut-être que tu la connaissais, ta sœur l'aimais bien !

Kiara ne connaissait pas Linoa. Et il ne la connaitrait jamais. En revanche son stalker de fils il le croiserait, ça c'est sûr. Mais pour en revenir à la maman, peut-être que Kiara n'allait pas l'aimer, rien que de savoir que sa soeur l'aimait bien. Non, il en fallait plus tout de même, pour haïr quelqu'un il fallait que cette personne aime beaucoup/trop/à la folie sa gorgone de jumelle. En attendant l'autre cloche de harpie n'avait même pas précisé de qui il s'agissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Dim 13 Déc - 11:47

    Que de joie ! Iris se souvenait donc de son colocataire mangeur d'ananas et de cauchemars. Au moins, elle ne protestera pas plus qu'avant lorsqu'il va dévorer ses cauchemars les plus horribles. Après tout, c'est pas tout le monde qui aime savoir que quelqu'un qu'ils connaissent à peine pénètre leur esprit la nuit. Si ça peut vous rassurer, Kiara n'est pas intéressé par vos wet dreams et vos rêves joyeux et plein d'amour. Non non. Lui, il veut de la haine, de la colère, de la peur, du sang.
« Où j'étais ? Muh... En Suède. Ah ! Mais peut-être que tu la connaissais, ta sœur l'aimais bien ! »
    What ? En Suède ? C'est où, ça, la Suède ? ... Ah oui, en Europe. Dans le nord. Quelle idée d'aller si loin aussi ! Ça doit être long d'aller en Suède en partant du Japon, franchement. Pendant quelques longues secondes, Kiara fut perdu dans ses pensées, réfléchissant au pourquoi du comment, jusqu'à ce qu'il se souvienne de la fin de la phrase d'Iris. "Peut-être que tu la connaissais, ta soeur l'aimait bien " ... WHAT ?! Ò_Ó Non, calme, calme, Kiara. Ce n'est pas parce que ta chère sœur aimait bien quelqu'un que tu dois le prendre personnel, surtout quand on parle d'une femme et que tu ne sais même pas c'est qui. Si ça peut te rassurer, tu le sais déjà mais ... ta sœur n'aime pas les femmes. Pendant son petit moment de réflexion, Kiara avait relâché l'épaule d'Iris et s'était redressé, puis avait bu une gorgée de son Whisky. Oui, comme ça, devant elle. Vilain Kiara, c'est pas gentil de boire dans le visage des gens.
« De qui tu parles ? »
    En effet, c'est la question à poser. Pour savoir si il la connait ou pas, il doit bien savoir de qui Iris parle. Mais même si il ne sait pas de qui Iris parle, il se doute bien que si elle lui donne un nom, il risque de voir à peu près de qui elle parle. Car sa sœur lui dit presque tout, elle lui raconte ce qui s'est passé dans sa journée, etc. Il devrait normalement pouvoir savoir de qui Iris lui parle. Elle est drôle, la rouquine, de lui parler de quelqu'un sans même donner son nom. Est-ce que Kiara a l'air de quelqu'un qui côtoie régulièrement des suédois ? Quand même pas. Kiara bu une seconde gorgée de son Whisky puis rabaissa sa bouteille. Il leva un sourcil, l'air assez intrigué, puis inclina la tête sur le côté.
« ... Ma sœur a des amis en Suède ? »
    Confusion. Pourquoi Médusa connaîtrait-elle des gens en Suède ? Elle n'y est jamais allée. QUOI ? HORREUR, EST-CE QU'ELLE LUI CACHERAIT QUELQUE CHOSE ? Du calme. Du calme, Kiara. Ta sœur ne te cache rien. Elle t'aime. Certes, pas autant que tu le voudrais, mais elle t'aime. Elle n'oserait quand même pas te cacher quelque chose du genre. Vilain rouquin, arrête de comprendre tout n'importe comment quand on parle de ta sœur ! Sauf quand ça a un rapport avec Len. Là, tu peux être triste. Tu peux être déprimé. Tu peux être fâché. Tu peux avoir des envies de meurtre. C'est normal ...

    ... Pauvre mec incestueux.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Mer 16 Déc - 8:35

« De qui tu parles ? »

Une ancienne élève du collège Mahora, Linoa... Elle n'eut malheureusement pas le temps de terminer sa phrase. Dommage, elle était admirablement bien formulée. Enfin, si on la comparait aux habituelles expressions orales de la harpie, elle l'était, oui. Sinon, ça n'était qu'une phrase comme une autre. Une phrase ennuyante qui plus est. Aucune intonation, aucun information inutile ou même manquante.

« ... Ma sœur a des amis en Suède ? »

Figée. La bouche grande ouverte, figée face au rouquin. Il venait de s'enfiler une belle grosse gorgée de whisky et avait enchaîné. Il avait posé une question, n'est-ce pas ? Une question tout à fait simple et logique. Une question, ça nécessite une réponse, n'est-ce pas ? N'avait-elle pas juste à l'instant, fournie une réponse claire et complète !? Mais qu'avait-il fait ? Il avait enchaîné ! Il avait posé une autre question. Et peu importe la manière dont Iris soulevait cette seconde question, la réponse à la première n'était-elle pas suffisante !? Elle l'était ! Elle répondait à cette seconde question avec autant de précision qu'elle répondait à la seconde !

J'ai été ... IGNORÉE. °0° ... Minute. Réflexion. La harpie fit les yeux ronds ... Puis elle les plissa. Sa bouche forma alors un A, et sa main droite vint se poser sur son menton. Juste, tout à l'heure, la réponse plâte à souhait qu'elle avait fournie à cet amusant alcoolique, totalement obnubilée par sa jeune sœur jumelle et relativement dépressif en apparence. Oui Kiara ressemblait à un dépressif occasionnel, il devait l'être, sûrement un peu... Ou beaucoup. Il donnait l'impression que son amour pour l'alcool était le résultat son amour à sens unique pour sa sœur. Sûrement que Médusa l'aimait, mais elle n'avait jamais fait de bisous à Kiara, non ? Pas le genre de bisous que lui avait donné Lenny dans le train, long time ago. Euh... À MÉDUSA LES BISOUS HEIN, PAS À KIARA. Yeurk, la bouche d'Iris était maintenant tordue de tous côté, son imagination venait bel et bien de fabriquer une scène plus qu'improbable entre Len et Kiara. Y'en a qui sont mort pour moins que ça. Mais Iris était forte, elle survivrait à cette répugnante image mentale ... Répugnante pour elle, y'en a peut-être à qui ça plairait. D8

Oops. Une fois encore elle venait de se perdre dans ses réflexions. Réflexions ! C'est ça ! Elle n'avait pas été ignorée par Kiara : elle n'avait pas parlé ! Elle avait simplement pensée sa réponse. Kiara mangeait les cauchemars, mais il n'était pas encore télépathe, la faute lui revenait entièrement et le pauvre gars n'y était pour rien. Il n'empêche, Kiara avait dû se sentir bien seul pendant ce long moment de mutisme de la part de la rouquine. Mais soudain, elle retira sa patte de son menton et la leva bien haut.

- LINOA BRUNHART~ ! Elles étaient dans la même classe, ANNÉE 2006 - 2007 ! Oh boy, si ça faisait pas psychotique ça. En plus, elle souriait, ce large, large sourire qui montrait toutes ses dents, luisantes et tranchantes. J'ai cherché. Avant de venir à Mahora~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Ven 18 Déc - 17:36

    Qu'est-ce qu'elle est étrange, cette Iris. Ses expressions faciales changent aussi souvent que Médusa change de coiffure. Elle était passée d'une paire d'yeux ronds à des yeux plissés avec une bouche en A et une main sur le menton, en passant par un bouche grande ouverte ... Le tout dans le silence. What ? Why ? Elle est drôle, cette fille. Il est drôle, cet oiseau. C'est quand sa main retomba en quittant son menton pour s'expliquer que Kiara comprit enfin de qui elle pouvait bien parler ... enfin, qu'elle parlait sûrement pas d'une amante de sa chère sœur. Non non. Médusa n'a ni amante, ni maîtresse. Pauvre Kiara, abandonne ces idées tordues, ça ne te réussit pas ! Qu'est-ce que tu crois que tu vas devenir après ça, hein ? Un pauvre garçon aux idées perverses corrompu comme ce salaud de Len ?! ... Oui, ceci est ce que Kiara se disait actuellement dans sa tête. On peut remarquer que sa vision de Len n'est pas très positive. Ça doit saigner du bonheur entre eux deux.

    « - LINOA BRUNHART~ ! Elles étaient dans la même classe, ANNÉE 2006 - 2007 ! J'ai cherché. Avant de venir à Mahora~ »


    Linoa. Brunhart. Linoa Brunhart. Ah, oui, en effet. Ce prénom lui dit quelque chose, au rouquin jaloux. Sa sœur lui en avait déjà parlé. Apparemment, elle est disparue de Mahora et cette dernière ne l'a jamais revu après. C'était quelqu'un qu'elle appréciait beaucoup malgré tout, et elle n'a jamais vraiment sut pourquoi elle était partie. " De toute façon, ça arrive à la plupart des élèves de cette école ", avait dit la demie-naine chevelue, légèrement dépressive. Car oui, même Kiara l'a remarqué, les élèves disparaissent mystérieusement dans cette école. Certains reviennent, comme Iris. Qui sait, peut-être qu'un jour, ce sera le tour de Kiara. Retourner en Grande-Bretagne, après tout, c'est faisable. Mais jamais sans Médu~chi, ça non. Remarquez ici la tentative d'une nouvelle appellation.
« Linoa ... Linoa. Ouais, j'vois qui c'est. »
    Petit moment de réflexion du côté du rouquin démoniaque (brûlez-le!). Les yeux levés vers le ciel, la bouche tordue, il semblait réfléchir ... Une. Deux. Trois. Déclic. Il avait finit de réfléchir. Qu'est-ce que c'était long, on espère tous que ce moment de réflexion se soit montré fructueux. N'est-ce pas, Kiara ? Tu réfléchissais à quoi, au juste ? ... Il réfléchissait sûrement à si il savait vraiment qui était Linoa. Un petit moment de réflexion tout ce qu'il y a de plus normal, alors. Il "voit qui c'est", mais il ne l'a jamais vraiment vu. Il ne lui a jamais parlé. Il a juste entendu parler d'elle par son adorable, d'après Kiara :|, sœur cadette.

« Enfin ... J'vois ... Mwais, j'vois. »
    ... Tant mieux pour toi.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Ven 18 Déc - 18:56

Il voyait qui c'était. Il cernait en quelque sorte le personnage de Linoa, sans jamais avoir véritablement posé les yeux sur elle. Non Kiara ne l'avait jamais vu de ses propres yeux. Elle s'était barrée bien avant l'arrivée du mangeur de cauchemar. Elle s'était enfuie comme une voleuse, après s'être fait trouer la peau par Médusa X. Hopper-Rose... Version huit ans plus tard. Cela ne faisait que quelques mois que la gorgone adulte avait débarqué dans son passé la nuit du drame. Une petite crise de folie névrosée pour l'une, une épée très dangereuse et un je-m'en-foutisme totale pour l'autre, voilà comment on en arrive à un gros trou dans l'estomac. Médusa du futur n'avait sûrement jamais raconté cette triste histoire à sa miniature, déjà qu'elles ne se parlaient pas beaucoup, si en plus elle venait lui annoncé un truc du genre : "Hey ! Salut minie-moi, tu sais quoi ? Hier soir j'ai embroché une de nos amie !" non ça n'allait pas le faire. Ainsi, si Médusa n'était pas au courant de cette histoire, Kiara, pauvre petit gars débarqué l'on ne sait combien de temps plus tard, n'en savait rien non-plus. C'est bien logique tout ça.

« Enfin ... J'vois ... Mwais, j'vois. »


Okay. J'avais compris tu sais. Telles étaient les pensées de la rouquines aux cheveux fous. Les répétitions de son interlocuteur ne la dérangeaient pourtant pas tant que ça. Après tout qu'est-ce qui, chez Kiara, pouvait déranger Iris, lorsque l'on sait qu'elle se laisse manger le côté sombre du subconscient. Passons, nous n'avons déjà que trop parlé du régime alimentaire d'un baku alcoolique. La discutions avait suivi son cour et cela à partir d'une simple et banale question, qui sans doute était de rigueur lorsque quelqu'un disparait soudainement et pop presque une demie-année plus tard : "T'étais où ?" Iris avait presque fournie la réponse maintenant. Le plus gros de l'information était passé, elle était en Suède, avec une certaine élève, amie de sa sœur, portée disparue sans que la police n'ait rien pu trouvé à son sujet. Il ne restait plus qu'à expliquer pourquoi. C'est vrai ça, il n'avait pas demandé pourquoi elle était partie mais bien où elle était passée. Et pourtant il paraissait logique dans la cervelle rosée et entortillée de l'oiseau qu'elle était, d'expliquer pourquoi. Théoriquement, c'est tout à fait stupide, et pourtant : c'est une de ses réflexions les plus commune depuis le commencement de la communication. En sommes c'est totalement con pourtant y'a des milliers de gens qui pensent comme ça.

- Ouais bah voilà elle. J'suis allée la tuer.

Ses paupière fermées ne faisait qu'accentuer la sérénité de son sourire. Bouche fermées, ses lèvre gercées et ornées de coupures fraiche à peine cicatrisée, formait un joli rictus. Serein donc. Oui, serein. Elle était partie en Europe, dans un pays pas particulièrement populaire, pas particulièrement impopulaire non plus. Elle était allée rendre visite à une ancienne élève disparue, qu'elle n'était logiquement, même pas sensée connaitre. Tout ça pour aller la tuer et revenir avec ce foutu sourire !? Oui. Parce que repenser à cet acte, ça n'est pas repenser à cette saloperie de douleur ni à son sang qui se vide sur le cadavre de la blondasse. Ça n'est pas non-plus se rappeler de la chaleur de son crane fendu dont les divers liquides s'imbibaient dans sa chaussure GAUCHE. Non, c'est simplement ce sentiment le liberté, de devoir accomplie envers soi-même, et nom d'un chien ce qu'Iris pouvait aimer son soi-même. Elle-même n'en avait pas (encore) conscience, mais elle était une personne pouvant montrer une très grande estime quant à sa propre existence. Fort heureusement, cela n'arrivait qu'en de rare cas ... Comme se faire abandonner dans un poubelle parce qu'on ne veut pas appeler une blondasse "maman". BREF, BREF, BREF ! On s'en fout de tout ça, en tout cas, Iris s'en contre-fout. Maintenant c'est fini, elle est morte et même pas enterrée. Le seul souci c'est un faux-blond aux ongles peints qui est bien décidé à la ramené en Suède pour faire d'elle sa grande sœur. Et ça c'est genre minime. Sautillant d'un pas léger, elle s'écarta de quelques mètres de Kiara, deux voir trois tout au plus. Puis, hésitante, l'indexe collé sur sa bouche "charcutée", elle se retourna vers l'enfant du démon (les roux n'ont pas d'âme, disait un certain petit garçon obèse), et leva les bras aux ciels.

- Et sinon quoi de neuf ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Ven 18 Déc - 19:35

« - Ouais bah voilà elle. J'suis allée la tuer. »
    Ah. Ok. C'est cool. On ne posera pas plus de questions sur le sujet, elle a l'air de trouver ça normal. Normalement, Kiara se serait énervé pour rien, comme une de ces sales Tsundere que beaucoup détestent mais que beaucoup adorent aussi, mais ce n'est pas le cas actuellement. Pourquoi ? Parce que. Peut-être qu'Iris a tué une des amies de sa sœur, mais cette dernière n'a pas de nouvelles d'elle depuis si longtemps qu'elle ne le sait pas et qu'elle ne le saura sûrement jamais. Ce n'est donc pas bien triste. Pauvre Kiara, ça doit être difficile de vivre quand toutes nos actions ont un quelconque rapport, de près ou de loin, avec notre sœur.
« - Et sinon quoi de neuf ? »
    Mais rien, voyons. Tout va bien, la vie est belle, les oiseaux rient, les abeilles chantent et les écureuils dansent. Il y a quelques semaines à peine, un de ses deux bras était dans le plâtre, parce que lui et Len s'étaient légèrement charcutés mutuellement, et il ne pouvait plus rien faire puisque son autre bras n'était pas plus en état d'être utilisé ... Sa sœur ne l'aime toujours pas autant qu'il le voudrait, il nargue celui qu'elle aime, il fait de même. Kiara noie toujours sa peine dans l'alcool. Il est toujours aussi joyeux qu'une adolescente dans sa semaine, toujours aussi sociable qu'une femme enceinte ... Oui, la vie est belle, tout va bien, parce que le monde continue de tourner malgré la vie de Kiara, qui n'intéresse personne d'autre que la personne invisible à laquelle il se plaint de sa vie lorsqu'il dépasse ses limites et boit un peu trop.

    Réfléchissant à une réponse à donner à la question qu'Iris venait de lui poser, Kiara balançait légèrement son corps d'avant en arrière. Il prit une longue gorgée de son whisky, puis le secoua un peu. Plus rien. Il le fixa un instant, l'air un peu déçu, puis lança la bouteille vide dans la poubelle la plus proche. OUAY, BUT !
« J'ai rencontré la brochette mauve, y'a quelques semaines ... Pas très sociable. Il m'a coupé un bras, je crois qu'il m'aimait pas. »
    J'ai deux yeux, tant mieux. Deux oreilles, c'est pareil. Deux épaules, c'est drôle. Deux bras, ca va ... Oui. Kiara, tu as deux bras. Tu devrais peut-être te justifier, parce que t'as l'air un peu louche là. Un peu menteur. Beaucoup menteur. Pourtant, c'est la vérité. Oui, Kiara utilise de la crazy glue pour recoller ses membres, c'est pas évident ? C'est pas ce que tout le monde fait ? Après tout, c'est très pratique, comme colle, de la Crazy Glue !
« Mais je vais mieux, merci. »
    Et les enfants, ils vont bien ? Kiara ... est vraiment un cas. Il dit ça en croyant que tout le monde va le comprendre, il se trouve drôle ... Mais au final, y'a rien à comprendre dans ce qu'il dit, rien de cohérent. Vilain faux roux. Tu es démoniaque. Tu comptes dominer le monde. AU BÛCHER LE ROUX !!!

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Mer 23 Déc - 9:33

Tout en attendant la réponse du roux, Iris avait levé les yeux aux ciel. Il commençait à neiger. Un flocon avait atterri lentement sur sa joue rougie par le froid ; il fondit instantanément, ne devenant plus qu'une goutte d'eau glacée et gênante sur le visage tiède de la harpie. Elle s'empressa d'essuyer cela avec la manche de son mentaux, car elle avait horreur du froid. La neige pouvait être amusante, mais le froid était insupportable, inutile et gênant. Très vite, sa crinière flamboyante fut assaillie de dizaines de petites gouttes de glace blanches. Sûrement aurait-elle dû mettre sa capuche, mais elle n'y pensa pas. Son esprit était totalement accaparé par le mangeur d'ananas, et elle attendait sa réponse avec un certain intérêt. Effectivement, la vie de Kiara l'intéressait, il y avait quelques personnes comme ça qui avait cette "chance".

« J'ai rencontré la brochette mauve, y'a quelques semaines ... Pas très sociable. Il m'a coupé un bras, je crois qu'il m'aimait pas. »

- Ah ?

N'est-ce pas incroyable ? L'imposant épi du jeune homme était si célèbre qu'il suffisait de faire allusion à quelque chose de pointu et mauve pour que l'on pense tout de suite à lui ! Et lorsqu'Iris pensait à Len, elle affichait toujours un grand sourire : Iris aimait Len, il était amusant. Mais lui ne l'aimait pas tant que ça, peut-être lui en voulait-il encore d'avoir dévoré son bras cette nuit-là, il y a maintenant trois ans. Le fait est qu'il n'aimait pas non-plus ce brave Kiara ! Au point de lui couper un membre. Et aussi étrange que cela puisse paraitre, la rouquine ne comprenait pas pourquoi. Elle ignorait tout des raisons de cette haine mutuelle entre l'aîné des jumeaux Hopper-Rose et le jeune Tao. En même temps, elle n'avait pas encore comprit la ni véritable nature, ni la profondeur des sentiments entre Len et Médusa, et encore moins ceux de Kiara pour sa sœur. Ignorance, ignorance, quand tu nous tiens.

« Mais je vais mieux, merci. »

C'est vrai qu'il avait l'air... pas d'aller bien, non Kiara n'a jamais l'air d'aller bien, il ne tourne pas rond. Mais normal, il était plus ou moins comme d'habitude : deux bras, deux jambes, une tête. Si bien que l'on ne pouvait même pas distinguer lequel de ses deux bras avait été recollé il y a peu. Et bien entendu, cela tracassait Iris. La bouche tordue pour former un V retourné, les sourcils froncés, elle fixait Kiara... fermement ! Soudain, elle sautillât vers lui, littéralement, sautant à pieds joints dans sa direction sans pour autant laisser son étrange expression. Ses petits poings serrés s'ouvrirent à l'unisson lorsqu'elle fut assez proche de lui : tendant les bras, elle attrapa les sien, les levant aussi haut qu'elle le pouvait, les rabaissant, tentant de les regarder sous tous les angles et sous toutes les coutures.

- C'est lequel ? 08
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Mer 30 Déc - 21:34

    De l'étonnement. C'est ce que ressentait actuellement Kiara.

    Quelqu'un s'intéressait à sa vie, c'était quelque chose de bien rare. En voyant la réaction d'Iris, les yeux du baku s'étaient agrandis. Il n'avait répondu cela que parce qu'Iris lui avait posé la question. Généralement, quand il parle de sa vie ainsi, il n'obtient pas de réponses. Ou il ne l'entend pas, car il a tellement bu que son esprit est complètement embrouillé. Oui, le faux-rouquin ne parle généralement que de sa vie lorsqu'il se plaint, et il se plaint quand il a trop bu. Kiara secoua légèrement la tête. Terminé le moment sentimental. Il n'y a rien d'étonnant à ce qu'elle essaie d'en savoir plus. Cette histoire ne tient pas debout, de toute façon. Un peu plus de précision serait apprécié.

    Mais ... C'est toujours plus drôle de faire attendre les gens.

    Iris observait les bras de Kiara sous tous les angles. Pendant ce temps, ce dernier se contentait de sourire. Un large sourire. Un sourire amusé. Au bout d'un moment, il décida qu'il avait assez tourné autour du pot. Alors que la rouquine cherchait à deviner quel était le bras qui avait été recollé, la main du bras droit de Kiara se ferma en un poing, laissant un seul doigt en l'air, l'index. Il agita un instant ce doigt, comme pour indiquer que c'était de celui-là qu'il était question, puis :
« Le droit. »
    Vive Mahora. C'est super de voir ce que peuvent faire les élèves de cette école, vraiment. Ils se font mutiler, démembrer, ils s'entretuent ... Tout cela guérit et ça ne parait pas, ou presque. Dans le cas de Kiara, il doit bien y avoir une petite cicatrice vers le haut de son bras, mais le plus horrible dans tout ça, c'est les souvenirs qu'il garde de cette histoire. Il ne s'est toujours pas remit de la prétention dont avait fait preuve le jeune Tao. N'allez pas croire que c'est parce qu'il a abandonné (il précise qu'il n'a pas vraiment abandonné, puisqu'il compte s'affronter à Len de nouveau) que cette histoire le frustre, loin de là ! Il s'est retiré, c'est différent. Kiara affirme que, contrairement à Len, il sait s'imposer des limites dans ses combats, de manière à ce que ses combats ne nuisent pas à sa vie. Attention, par vie on parle de vie sociale (ce que Len ne semble même pas avoir, d'après le rouquin), et non pas de sa vie. Il pourrait s'être vidé de son sang et en mourir, il serait mort en provoquant Len et en riant comme un maniaque. Avoir un bras coupé l'empêchait de s'occuper de sa sœur correctement, et c'est seulement pour ça qu'il a abandonné. Len ne lui fait pas peur, voyons.
« Je suis plutôt content, ça parait pas trop. »
    Le sourire du rouquin s'élargit. Encore une fois, il parle de la perte d'un de ses membres comme si c'était normal ... Étrange. Iris doit vraiment le trouver étrange. Le plus drôle, c'est qu'il ne s'en doute même pas. Il se trouve presque normal. Il n'est qu'un blond teint en roux de 16 ans, bientôt 17, alcoolique et incestueux. Tout ce qui a de plus normal.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Jeu 31 Déc - 11:10

Et tourne et retourne, et tord et détord. Iris avait contemplé les bras de Kiara avec tant d'application que si là, maintenant, on lui avait demandé d'en faire une sculpture, et bien ça aurait été impeccablement reproduit. Lorsqu'elle avait agrippé ses extrémités, le faux roux avait semblé tellement surprit... qu'elle ne le remarqua même pas. Ce qui la marqua en revanche, c'était ce large sourire, pendu à ses lèvres pendant tout du long de l'examen de ses bras. Est-ce que Kiara voulait jouer aux devinettes ? Ou peut-être que ça le chatouillait ? Kiara avait donc le bras chatouilleux, comme c'était original ! Seulement ça ne l'aidait pas à trouver lequel de ses membres avait été séparé du reste de son corps. Mais voilà que soudain ! La main droite du baku se serre, et l'indexe reste fièrement droit, pointé vers... Vers quoi ? La tête de la rouquine se tourna mécaniquement, fixant au loin la direction indiquée par Le Doigt.

« Le droit. »

Oh... C'était donc ça. Hop, les deux spirales jaunes fluos étaient de nouveau braqués sur lui.

« Je suis plutôt content, ça parait pas trop. »

- 'ffectivement... Libérant le bras gauche, elle prit le droit à deux mains. Tirant dessus sans trop forcé : ça aurait été embêtant s'il s'arrachait de nouveau, et puis c'était juste histoire de vérifier si ça tenait vraiment... Et pour tenir ça tenait, assez bien. Elle le balançant de gauche à droite, de droite à gauche, sans que celui-ci ne se déboîte. Si bien qu'elle finit par le relâcher lui aussi.

- Hell yeah ! C'est super solide ! Sa face de gosse s'était littéralement illuminée ! Elle n'avait jamais su que Kiara était quelqu'un d'aussi amusant, comment avait-elle pu passer à côté de cela ?... Oui, ses critères en matière d'amusant étaient assez spéciaux, et plutôt flous. Non parce que beaucoup ne trouvaient rien d'amusant chez Médusa, Len ou Atios, et elle, elle les trouvait tous les trois SUPER amusants.

- Ça me rappelle que la première fois que j'ai rencontré Len, je lui ai mangé un bras ! Oh comme elle était radieuse... Annonçant ça comme s'il s'agissait d'une délicieuse anecdote toute pleine d'amitié et de joie, un souvenir heureux... Sauf que le bras de Len à cet époque, et bien il avait été odieusement dégueulasse. C'est peut-être pour ça qu'elle tirait un peu la grimace maintenant, en faisait claquer sa langue contre son palais, yeurk yeurk.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Mer 6 Jan - 14:17

    Qu'est-ce qu'il est bizarre, cet oiseau roux. Vraiment, mais vraiment bizarre. Déjà, ses yeux jaunes en forme de spirale ont de quoi traumatiser le rouquin, qui a pourtant déjà vu d'autres choses étranges en tout genre dans sa vie. Ensuite, il y a son comportement : Elle est en plein milieu de l'adolescence, elle est au lycée même, et pourtant ... elle agit comme une enfant. Suffit de la voir tirer sur le bras de Kiara pour le deviner. Rien à voir avec la brtochette mauve, qui avait l'air de se prendre pour un vieux roi ultra mature qui mérite tout respect. Parlant de Len, Iris venait d'échanger un fait plus qu'intéressant à son propos. D'après ses dires, elle a déjà essayé de manger son bras ... ou plutôt, elle l'a mangé.

    « Oh ? »

    Le regard du rouquin s'illumina. Dans ses yeux bleutés, on pouvait voir des étoiles brillantes. Soon large sourire avait des airs sadiques. Un espèce de sadisme déclenché par l'envie de voir périr son rival lentement et douloureusement. Décidémment, l'idée de le voir se faire démembrer puis dévorer lui plaisait énormément.

    « Vraiment ? »

    Joie. Bonheur. Puis ... Confusion. Dépression. D'après ses souvenirs, Len avait deux bras lorsqu'il l'a vu pour la dernière (et première) fois. Ce qui veut dire que ... Ce bâtard serait plus puissant qu'il le pensait. Ou plus inhumains, qui sait. Dans les deux cas, ça énervait Kiara, et pas qu'un peu. Cloc. Cloc. La langue d'Iris claquait maintenant contre son palais. Soit le souvenir de ce jour ne lui plaisait pas, soit le bras de Len était mauvais et elle venait de s'en souvenir. Kiara ne put s'empêcher d'en rire. Qui ne trouverait pas ça drôle que de parler de cannibalisme ? Tout le monde ? ... Oops.

    « C'était si mauvais que ça ?! »

    C'est certain que ce n'est pas du tout le genre de chose que notre alcoolique aimerait manger. Bon, oui, vous marquez un point, Kiara ne mange pas. Mais ce n'est certainement pas quelque chose de si sanglant qu'il aimerait manger qui l'attirerait. Il devrait le manger cuit, très bien cuit même, et encore. Il n'aime pas l'idée de manger quelque chose qui a été salit par du sang. Dégueulasse. Aussi dégueulasse que de manger quelque chose qui a été roulé dans des excréments.

    Non merci, sans façon.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Sam 16 Jan - 5:27

« C'était si mauvais que ça ?! »
Les yeux de la harpies se plissèrent d'avantage, au point qu'on eut cru qu'à cet instant précis, elle venait de goûter un citron après s'être ouvert la langue. C'était peut-être un peu exagéré, mais pour ce drôle d'oiseau, les reptiles étaient véritablement infecte au goût. Et à cet époque, si lointaine maintenant, le jeune chinois s'était vu possédé par un bien étrange lézard, il était donc recouvert d'écailles. Le souvenir de sa chaire répugnait véritablement Iris, qui jurait que jamais ô grand jamais on ne l'y reprendrait. Secouant vivement la tête, elle tourna sur elle même en raclant le fond de sa gorge. Lorsqu'elle s'arrêta de tourner, se retrouvant dos à Kiara, elle lâcha un mollard si colossale que toute la féminité fut remise en doute. Le cracha s'envola si loin qu'il atterri au pieds des grands escaliers. Remuant très rapidement sa langue hors de sa bouche abimée et rougie par le froid et ses crocs, elle donna une petite impulsion de son pied GAUCHE, et de nouveau, fit fasse au baku.

- Oui.

Grimace. Une bouche en « V » retourné, des yeux ronds, des sourcils inclinés. Cette courte affirmation était véritablement appuyée par cette bouille déformée. Ainsi, on l'aura compris...

- Lenny goûte pas bon.

Pof ! Plus de grimace. En exactement 67 dixièmes de seconde montre en main, la face de la rouquine était redevenue normale. Peut-être même un peu distraite, comme si elle avait quelque chose à penser. Agrippant la manche DROITE de Kiara avec un naturel déconcertant, elle lui tourna le dos une fois de plus et se mit à avancer ... sans le lâcher. Le tirant avec elle, elle fit trois pas, s'arrêta, leva le menton au ciel, puis refit trois pas, s'arrêta de nouveau, fixa les pavés, puis encore trois pas, s'arrêtant une fois de plus, se retournant vers le faux roux.

- Pourquoi tu l'aime pas Lenny ? Lui je crois c'est à cause du bras qu'il m'aime pas... Toi aussi c'est pour ton bras que tu le déteste ?

... Mouais. Elle aimait bien Kiara. Rapide n'est-ce pas ? Une simple et bien courte conversation et hop là ! L'alcoolique était déjà dans sa liste d'ami. Quelle est belle la vie d'un crane de piaf~ Sa question, aussi vide de subtilité pouvait-elle être, n'était pas particulièrement importante à ses yeux. La réponse non-plus d'ailleurs : peu importe la raison en fait, Iris s'en foutait, elle demandait pour savoir comme l'on parle pour ne rien dire. Curiosité immature et désintéressée. Le fait est que, Kiara n'aimait pas Len. Voilà quoi, c'était leurs histoires, elle s'y intéressait sans pour autant aller y foutre son nez. Pour sûr, c'était pas demain la veille que cette bestiole allait prôner la paix, juste comme ça rappelons une fois de plus qu'elle n'avait pas trouver de moyens plus pacifique pour régler ses comptes avec la personne qu'elle haïssait, que d'aller lui écraser la boîte crânienne avec le pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Mer 27 Jan - 17:15

    Traîné. Kiara était traîné par la harpie, qui le tirait par le bras. Elle voulait le faire danser ou quoi ? Trois pas, s'arrête. Trois pas, s'arrête. Trois pas, s'arrête. Un peu plus et Kiara se mettait à danser avec Iris une danse qu'il venait à peine d'inventer ... Mais bon, c'est Kiara quoi. Il ne danse pas. Docilement, le rouquin la laissait le traîner, silencieux, s'attendant à ce qu'elle explique ce qu'elle faisait ... Mais non, rien tant pis. Iris avait retourné la tête vers Kiara, puis lui avait posé une question. Elle lui demandait pourquoi il n'aimait pas la brochette. Elle n'est donc pas au courant. Elle n'a pas l'air de savoir que Kiara n'est qu'un homme jaloux, qui déteste Len parce qu'il est jaloux de lui. Mais ça, Kiara ne le dit pas. Il ne ment pas pour autant, il le déteste pour toutes les raisons possibles et imaginables de toute façon. Enfin ... Peut-être pas. Il le déteste parce qu'il est jaloux, il le déteste parce qu'il fait pleurer sa sœur, parce que sa sœur l'aime, parce qu'il est prétentieux et ça l'énerve, parce qu'il est agressif et il qu'il l'imagine comme un batteur de femmes ... et peut-être un peu à cause de son bras aussi. Couper un bras à Kiara, c'est comme couper les mains de Médusa du Futur ... Ça ne va pas vous attirer sa sympathie.
« Nah ... C'est pas pour ça. Ça, je m'en fous, ça se répare. »
    Kiara leva légèrement la tête, fixant le ciel, la bouche déformée. Il ne souriait pas, ses lèvres étaient tordues d'une drôle de façon, comme si ... comme si il réfléchissait. Au bout d'un moment, il retourna la tête vers Iris.
« Je l'aime pas parce qu'il rend ma sœur triste. »
    Paf, dans ta gueule, Len. Oui, Kiara l'avait carrément dit comme ça. Tant pis pour l'image de frustrée qui n'est jamais triste de Médusa, il s'en fout, il répond à la question et puis c'est tout. Il dit toujours ouvertement qu'il aime sa sœur, il n'en a pas honte du tout : Pour lui, c'est même une fierté ! Il ne voit rien de sale là-dedans. Pour lui, c'est tout à fait normal. Les gens trouvent ça anormal parce que l'église les a corrompu, non mais oh ! En quoi c'est mal de vouloir quelqu'un qui a le même parent que nous ?! HEIN ?! ... Non ... ce ... ce n'est pas sale ... pense aux fleurs, elles non plus ne font pas la différence entre leurs frères/sœurs et les autres fleurs !
« J'aime ma sœur et cet enfoiré se permet de la faire pleurer. Donc je le déteste. »
    Inutile de préciser que, dans le cas de Kiara, aimer est plus qu'un amour fraternel.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Ven 19 Fév - 18:17

    Ses yeux étaient rivés sur le gros emo aux cheveux teints. Sa bouche venait de se tordre, formant une grimace à la parfaite limite de l'indifférence et de la déception. Ainsi le grand amour de Len, cette flamme si ardente à l'époque, s'était recroquevillée sur elle-même au point de ne plus ressembler à rien, si ce n'est une braise fumante qui embrumait le cœur de Médusa. Non, je déconne, Iris ne savait rien des choses de l'amour, (cf : sa relation avec Atios), mais elle savait de source sûr qu'un machin qui prend feu, comme ça, tout d'un coup, et bien à un moment, ça finit par s'éteindre aussi sec. Elle se souvenait avoir été instinctivement hostile à l'égard des sentiments de Len pour Médusa, ainsi qu'à la déclaration de ce dernier. Pourquoi ? Parce que tous les gens amoureux qu'elle avait jamais connu avaient mal tournés et/ou étaient les exemples matrimoniaux les plus révoltants que l'on pouvait donner à un enfant. Alors aussi bien sa face que son silence, tout chez elle à ce moment-là signifiait un minable « Ah, finalement. » ... Que pouvait-elle penser d'autre ? L'oiseau hyperactif qu'elle est n'est pas très doué pour la philosophie et le sentimentalisme, alors si Kiara disait que le chinois avait fait pleurer la gorgone, elle le croyait volontiers. Après tout, Kiara était la personne que Médusa aimait le plus au monde, non ? Puisqu'elle lui confiait tout. Si Len disparaissait, Médusa serait très triste. Si Iris disparaissait, Médusa serait triste. Si Soma ... *bruit du vent* ... Mais si Kiara disparaissait, malheur ! Il ne faisait aucun doute, même dans l'esprit d'un pauvre singe comme elle, que son amie serait totalement désespérée. Peut-être avait-elle tort, peut-être oui ... Mais une chose était sûre, Kiara était essentiel au bon fonctionnement de sa sœur.

      - Bah, temps que t'es là, ça devrait aller.


    Son regard dériva et elle relâcha la main de ce pauvre enfant victime de son sister-complex, condamner à rester un puceau frustrer jusqu'à ... oui, jusqu'à sa mort, il y a des chances.

      - Médusa t'as dis ce que Len avait fait pour qu'elle pleure ?


    C'est vrai quoi, il n'avait rien à y gagner. Oui, Iris fait pleurer les gens quand ça peut lui rapporter quelque chose. Ah et tien, maintenant qu'on en parle, Kiara vient de dire qu'il aime sa sœur, de façon non-pas fougueuse mais tout de même bien plus profonde qu'il ne devrait ... Cela n'avait pas l'air de véritablement la choquer. Bah quoi ? Elle aussi aimait Cid ! Même qu'elle voulait lui mordre les joues, prendre son bains avec lui, lui laver les cheveux, le nourrir à la cuillère et le regarder tout le temps. Enfin, il y avait une différence entre le sis-con de Kiara et son semi-fanatisme quasi-religieux ... qui n'était pas très net non-plus. Le fait est que, sur le coup, cela lui avait paru normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Sam 20 Fév - 20:25

    - Bah, temps que t'es là, ça devrait aller.
    Voilà une phrase qui avait fait plaisir à l'égo de Kiara, et pas juste un peu. Évidemment, comme tout le monde, Médusa a besoin de quelqu'un à qui se confier. Comme son père est trop loin, elle ne peut pas se confier à lui. De toute façon, elle aurait peur de sa réaction. C'est pas facile tous les jours d'avoir un papa très protecteur, vous savez ! En entendant cette phrase de la part d'Iris, Kiara avait sourit bêtement. Tout bêtement. Un sourire idiot. Grand frère protecteur est heureux. Grand frère protecteur aime savoir qu'il est utile à petite sœur aussi dépressive que lui. Iris le lâche enfin, puis elle lui demande si elle a dit pourquoi elle pleurait exactement ... Enfin, ce que Len faisait pour qu'elle soit triste/déprimée.

    - Ouais, elle s'en plaint souvent, alors je le sais ...
    ... Au final faut croire qu'il a décidé de raconter sa vie. C'est bien Kiara, tu es sur la bonne voie, raconter sa vie c'est bien ! En fait, il raconte surtout la vie de sa sœur, mais bon ... Oh, et ... ne croyez pas que Kiara dit "elle se plaint" méchamment, hein ! Loin de là ! Il aime beaucoup lorsque Médusa se plaint à lui. Il aime son rôle de grand frère à qui on raconte tout. En plus, il peut la consoler. Et il se sent utile. Joie, joie. Il peut même lui faire des câlins. Joie, joie, joie. Sa calme ses pulsions de grand frère fou de sa petite sœur, ça. Ça le calme pendant quelques minutes, au moins.

    - Elle dit qu'il l'ignore, qu'il fait comme elle existait pas ... Ça l'énerve.
    Sur quoi, il haussa les épaules, comme si il comprenait pas trop. En fait, il ne comprend vraiment pas. Mais ce qu'il ne comprend pas, c'est pourquoi sa sœur aime cette chose. Sa petite sœur qu'il aime tant est amoureuse d'une telle pourriture ! ... D: C'est tellement décourageant.

    - ... Elle s'est aussi plaint parce que sa première réaction en la revoyant a été de lui faire la morale.
    Ouais, en gros, c'est une adolescente en manque d'affection. Pauvre chouette. C'est connu, Médusa déteste qu'on lui fasse la morale. C'est donc normal qu'elle n'aime pas que Len lui dise ce qu'elle doit faire et ce qu'elle ne doit pas faire.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Lun 1 Mar - 8:43

    S'il était une évidence à souligner ici, c'était bien la franchise de Kiara. Pour mettre des mots sur la peine de sa sœur, il n'y allait pas par quatre chemins ! Cela avait au moins le mérite de compenser le mutisme de sa chère cadette, qui quant à elle, n'aimait pas ouvrir la bouche et le cœur à quelqu'un d'autre que son frère. C'est sans une once d'hésitation que le baku avait cracher les plaintes les plus personnelles de la gorgone. Quoi qu'il en soit, toutes ces révélations n'enjouaient pas la harpie, loin de là. Cette dernière ne fulminait pas de colère, mais elle avait tout de même laisser au placard son quasi-mépris de la situation pour froncer ses petits sourcils roux. Iris adorait Médusa avec la même intensité qu'elle adorait ce brave Soma, un petit peu plus que ce à quoi avait droit Len, donc. Ainsi, Len était l'antagoniste malgré lui ? Après toutes ces peines pour conquérir sa donzelle, le corniaud n'était pas plus ravi que ça à l'idée de l'avoir obtenu, pire même, il l'ignorait.

      - Il l'a ignoré ?!


    Ses cheveux flambants remuaient en désordre, un peu comme se muent les tentacules d'un calamar, mais à un rythme plus saccadé. Pas contente ! Iris détestait être ignorée, presque autant que les tournesol ou l'attitude de Shame à son égard. Scandaleux, Len, tout cela était tout bonnement scandaleux ! Pauvre petite tête de pique, à cause des nombreux troubles psychologiques de tous les personnages dont le nom est cité dans ce poste, te voilà tout penaud que tu es, accusé des pires maux de ta douce ! D8

      - C'est ... bizarre. Je veux dire, avant, il arrêtait pas de la coller. Il voulait tout le temps être seul avec elle, ou au moins, juste avec elle... Faut que j'lui parle.


    Elle était tout ce qu'il y a de plus sérieuse en disant cela, il fallait que Spiky et Birdy discutent. Après tout, ça ne pouvait pas leur faire de mal, une bonne grosse discutions... Et puis ça faisait longtemps que la rouquine tenait à converser avec lui. Vous savez, ce genre d'échanges verbaux profonds, longs, où les mots viennent du cœur et tentent tant bien que mal de se faufiler entre deux coups de poings et le tranchant d'une lame. Ah ! Comme ça, elle fera d'une pierre deux coups : elle verra Len et, bien malgré elle, devra très certainement faire un passage éclair dans le bureau du docteur Hopper-Rose Tao.

      - T'en pense quoi toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Ven 5 Mar - 16:56

    - ... De quoi ?
    C'est là, oui, là, qu'on voit à quel point Kiara écoute tout ce qu'on lui dit. Qu'il a de la suite dans les idées. Il n'a pas comprit ce qu'Iris lui demande. Ce qu'il pense de Len, de la situation, ou bien de ce qu'elle a l'intention de faire ? Pauvre, pauvre mangeur de cauchemars perdu. Il faudrait lui acheter un guide pour qu'il puisse comprendre les autres, ça lui serait sûrement utile. Ou bien, juste de quoi rester assez concentré pour suivre une conversation.

    - Bah ... Len est un enfoiré. Un petit bâtard prétentieux qui se prend pas pour de la merde. Il ne mérite pas qu'elle s'intéresse à lui, bordel. Il ne le mérite tellement, tellement pas ! En plus, son comportement est tellement dégueulasse ...
    Le ton de Kiara était tellement méprisant qu'il aurait pu se contenter d'un " je l'aime pas " avec ce même ton et ça aurait suffit à exprimer exactement ce qu'il vient de dire. Il ne l'aimait tellement pas, et il ne se gênait pas à le laisser paraître. Pauvre Len, quand même. Il ne savait même pas que Kiara existait, la première chose qu'il sait, c'est qu'il le déteste. Parce qu'il est jaloux de quelque chose que Len ne sait même pas. Assez comique comme situation, en temps normal, sauf si la personne qui nous déteste pour rien est violent comme Kiara. Ça doit être héréditaire, cette violence incontrôlable qu'ils ont dans la famille.

    En parlant de comportement dégueulasse, Kiara faisait bien sûr allusion à ce qui avait étonné Iris. Il l'ignore ! Il ose l'ignorer ! Il n'était pas là, avant, donc il ne sait pas comment c'était. Mais si c'était vraiment comme Iris le dit, c'est encore plus dégoutant. Il voulait toujours être avec elle et ce n'est plus le cas, ça fait sûrement partit des choses qui ont commencé à manquer à Médusa, ça.

    - ... Sinon, fais ce que tu veux.
    C'est sa façon d'approuver les futurs gestes d'Iris, de lui dire que c'est une bonne idée quoi ... D'après Kiara, parler avec Len ne peut pas ne pas être violent. Il leva d'ailleurs mollement son bras droit et dressa le pouce, comme pour encourager Iris.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 18/02/2007
▬ MESSAGES : 4102
▬ LOCALISATION : .at home


Feuille de Perso
▬ NOM : BACKER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : On dit qu'elle embrasse Mononucléose sur le bec.


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Dim 28 Mar - 12:17

    Les spirales qui servaient de pupilles à Iris étaient maintenant figées. Son regard rond et plus jaune que jamais, se plantait dans celui du baku avec autant d'insistance que les yeux d'une poule fixe un grand de maïs ... cotcotcot. Du "v" retourné que formait ses lèvres s'échappa une sorte de grognement, et très doucement, elle commença à déployer son bras gauche vers le faux-roux. Quand celui-ci fut relevé jusqu'à formé un angle de 90 degrés avec son tronc, elle cessa tout mouvement. Son pouce jailli alors de son petit poing fermé, droit, fière, pointant le ciel avec hardeur et conviction ! Brave petit pouce ... !

      - YEAH!


    Faire ce qu'elle voulait ? HELL YES ! Qu'est-ce que la rouquine pouvait aimer la réponse de Kiara ! En même temps ... Iris ne faisait jamais que ce qu'elle voulait faire, quand elle voulait le faire. Elle irait donc parler à ce paratonnerre de Len, le plus tôt possible. Ils débattraient alors de manière sanglante mais déterminée ! À coup d'arguments aussi poignants que tranchants, et qui sait, leurs mots finiraient peut-être par broyer, écraser, déchiqueter leurs cœurs d'adolescents ! Ou alors ils allaient simplement se taper sur la gueule jusqu'à ce qu'un des deux demande une pause pipi. Alors bientôt, rien que pour toi squatteur du campus mahora qui vis ta vis comme un gros pécore de glandus ! Un combat phénoménalement chiant et sans aucun intérêt pour toi ! LEN LE CHINOIS VERSUS IRIS LA HARPIE. Non parce qu'il faut le dire franchement, je pense pas que ce combat intéresse quelqu'un d'autre que Marv ou moi-même. Ah tiens, il passe du Owl City à la radio, goshh que j'aime ça quand il passe autre chose que du rap français de qualité médiocre où une fille de quatorze ans se plains de ses parents trop riches et de ses camarades de classes trop chiants parce qu'ils ne veulent pas se scarifier avec elle ... Rumble rumble !

      - Ah !


    Alors que la jeune harpie s'amusait à tourner sur elle-même, sourire aux lèvres - car tout à fait ravie de la réaction de Kiara - son estomac se mit à hurler, fort. Il est vrai que les deux créatures avaient passé un certain temps à jacasser sur ces marches ... quelle heure était-il ? L'heure de manger voyons. Si l'estomac d'Iris réclamait, et bien c'est que c'était l'heure de manger !

      - Hey, Kii ! Ca te dis de venir manger un truc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
▬ INSCRIPTION : 31/08/2006
▬ ÂGE : 22

▬ MESSAGES : 1423
▬ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow


Feuille de Perso
▬ NOM : HOPPER.
▬ CLASSE: 3B
▬ AMOUREUX(SE) DE : Medumedu♥


MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   Dim 28 Mar - 21:46

    La harpie levait le bras, puis laisse sortir son pouce de son poing fermé. YEAH. Quoi ? YEAH ? Est-ce qu'elle approuve ce que Kiara vient de dire ? C'est bon de se sentir supporté, pour une fois. Ça apaise la déprime constante de Kiara. Un tout petit peu. Difficile d'apaiser complètement son petit cœur tout brisé. Pauvre Kiara. Il doit apprendre à accepter la vie telle qu'elle est. Non, Kiara, ce n'est pas saint d'être fou amoureux de sa sœur. Oui, je sais, c'est normal dans ta tête ... Mais ce n'est pas saint ! Il faut l'accepter, ta sœur n'est pas incestueuse, elle ... D8

    Iris tourne, tourne, tourne, à en étourdir Kiara. Puis ... Grooooar. Son ventre hurle, crie famine. Kiara a toujours trouvé ça intrigant comme bruit. Le sien ne fait jamais ça, il n'a jamais vraiment eu faim. Il mange des cauchemars, lui, pas n'importe quelle bouffe. Son organisme rejette la nourriture dite normale, alors il ne mange pas vraiment ... Iris propose donc à Kiara d'aller manger quelque chose. Ce dernier hausse les épaules, comme il le fait souvent.

    - Si tu veux.
    Il hausse les épaules à nouveau, brusquement, de manière à les faire craquer, puis balance sa tête en arrière pour faire craquer son cou. Libération, ça fait du bien ~ ! Ah, tiens ... Ça mange quoi, une créature bizarroïde comme Iris ? C'est une si bonne question ... Elle est tellement étrange, cette fille. Si ça se trouve, elle mange les poux des autres roux, comme un singe ... Heureusement que Kiara n'a pas de poux, il n'avait pas trop envie qu'on fouille dans ses cheveux. Bon, peut-être pas ... Mais elle est bizarre quand même. Imprévisible, avec une drôle de façon d'agir. Et pourtant, il y a tellement de choses que Kiara trouve pas normales dans cette école, il ne devrait plus être étonné ...

    - Je ne mange pas, mais je vais t'accompagner.
    Et là, Kiara doit vraiment avoir l'air d'un anorexique. Mais c'est la vérité. Comme il est dit plus haut, il ne mange pas. Il est quand même très impoli de ne pas manger alors qu'on l'invite, hein !

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて

    It only takes two lonely people,
    To fuck love up and make it evil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: J'ai froid aux nouilles.   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ai froid aux nouilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAHORA LIVE!? :: L'école Mahora :: Entrée-
Sauter vers: