MAHORA LIVE!?


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SORBET ~ Mon Clov à moi ! >:D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬ INSCRIPTION : 22/10/2006
▬ MESSAGES : 801
▬ LOCALISATION : Above Aarouw.


Feuille de Perso
▬ NOM : KUUKYO | 空虚
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : KLEINNYCHOU ! /SHOT/ No one ...


MessageSujet: SORBET ~ Mon Clov à moi ! >:D   Lun 17 Mai - 18:14

Et non, je ne cacherais même pas de quel auteur m'est venue la subite inspiration quant à l'histoire de ce brave Sorbet ! *Va câliner Clov.* Je t'aime, toi. Vous pouvez poster, même si ça n'est pas fini, hein.

      NOM : Montbel.

      PRENOM : Azolan.

      SURNOM : Sorbet.

      ÂGE : 19 ans.

      GROUPE : Autre.


FONCTIONS :
    Officiellement, COP : Conseillé d'Orientation Psychologue. Officieusement, cop : agent de la brigade de surveillance et d'investigation de la communauté magique du mundus magicus. Le campus de Mahora gakuen ayant été contrôlé positif au dernier dépistage des lieux exposants TROP la magie, il l'on envoyé, lui, en qualité d'informateur, lui ... lui l'indécis. Lui qui regarde toujours ailleurs.


MAGICIEN :
    Non. Il s'agit pourtant d'une sorte de créature magique. On dira donc que, même s'il est physiquement impossible pour lui de faire de la magie, c'est un cas particulier.


NIVEAU EN MAGIE :
    Zéro. Sorbet est une véritable bille en magie, il peut être tuer aussi facilement d'une mouche à qui l'on aurait arraché ses ailes ! D'ailleurs, il meurt assez régulièrement, mais n'étant qu'un simple homoncule - accessoirement immortel - ça n'est pas bien grave. Le brave garçon ressuscite tout de suite après. Il reste néanmoins un excellent militaire et un maniaque du couteau, pourtant, il répugne à tuer ~ donc il trépasse toujours le premier.


PHYSIQUE :


CARACTÈRE :


HISTOIRE :
    La pièce est vide, les couleurs n'y existent pas, on n'y voit rien, on n'y fait rien. Derrière lui, le mur blanc. Le banc sur lequel il est assis y est attaché. À sa gauche, le mur blanc. Une petite boîte de métal dans laquelle tourne lentement des hélices y est attachée. À sa droite, le mur blanc. Rien n'y est attaché. Devant lui, le mur blanc. Une porte sans poignée y est attachée, bien centrée. Il penche la tête en arrière, cogne son crâne d'enfant contre la cloison. Il penche sa tête à droite. Il penche sa tête à gauche. Il se redresse et fixe la porte. Il penche sa tête en arrière, cogne sont crâne d'enfant contre la cloison. Il penche sa tête à droite. Il penche sa tête à gauche. Il se redresse et fixe la porte. Mêmes mouvements. Mêmes mouvements. Même mouvements ... Depuis des années maintenant.

    « BONJOUR ~ ! »

    La porte s'est ouverte en grand. Toute guillerette, la dame aux étranges lunettes a les bras tendus vers le plafond. Ah, tiens, il n'a jamais pensé à regarder le plafond ... mince ! Ni le sol, il n'a jamais songé à fixer le sol. Souriante, la dame aux cheveux hérissés saute vers lui, s'arrête, le contemple, applaudit. Les grands yeux du marmots sont bien écarquillés. Ils l'ont toujours été. Plantés sur le visage de la dame au blouson blanc. Un meuglement raisonne dans sa gorge, alors qu'il a la bouche fermé, ses pupilles vont à droite, vont à gauche, vont en haut, vont en bas, vont à droite, vont à gauche, vont en haut, vont en bas, vont à droite, vont à gauche, vont en haut, vont en bas, vont à droite ...

    « Hé ~ Hé dis, hé dis ... ! »

    Voix excitée d'enfant calme ... voix calme d'enfant excité ?

    « Ahaha ! Ah ! Ah ! Ah ! Ahah. Quoi ? »

    Ses pupilles se plantent de nouveau sur le visage de Fretta.

    « ... C'est toi mon papa ? »

    Elle pose une main sur la chevelure verte du bonhomme et dépose un genoux à terre. Sa main se glisse entre ses mèches de cheveux et gratte le haut de son crane comme l'on gratterait un chien. La tête de l'alchimiste bascule à droite, puis à gauche, puis à droite puis à gauche, puis à droite, puis à gauche ...

    « Non non non non non. Toi tu sors de la semence de Pipe ! Et d'un ovule que j'ai fabriqué avec de laaaaaa ... magie ! »

    Il parle toujours aussi vite.

    « J'ai un papa ? Mais il est où mon papa ? »

    « Il n'eeeeest ... pas là ! »

    Quelques années plus tard. Dans une cour de béton, large et usée. Il porte des habits de militaires, et marche au pas. Faisant le tour du périmètre avec beaucoup d'autres garçons, tous plus vieux que lui, beaucoup plus vieux que lui. Ses yeux sont toujours aussi écarquillés, il garde le rythme, il ne transpire pas, il n'a jamais chaud.

    « SORBET ~ ! »

    À l'autre bout de la cour, l'alchimiste sort du petit cabanon blindé, les bras tendus vers le ciel. Elle reste plantée devant la porte, la nuque pliée en arrière. La position de ses membres lui donne des airs de gros X vivant. Immobile, elle est en extase. Il s'arrête pour la regarder, mais elle ne bouge toujours pas ... elle l'attends sûrement. Haussant les épaules, l'adolescent traverse la cour et la rejoint.

    « Qu'est-ce qu'il y a, Fretta ? »

    Le bras gauche de la dame aux étranges lunettes se plie pour pointer le cabanon.

    « Entre ! »

    Personne ne bouge. Le jeune militaire contemple la dame aux cheveux hérissés, ses yeux ne sont plus écarquillés, il est calme. Le bras de cette dernière, pointant encore l'abri blindé, s'agite, il remue avec vivacité.

    « Entre, je te dis ! »

    « Si tu veux. »

    Se retournant, il passe la porte. Un meuglement raisonne dans sa gorge, mais sa bouche est fermée cette fois encorei. Ses orbites s'élargissent, tournent à droite, à gauche, à droite, PAN ! Il n'a pas le temps d'examiner l'intérieur, quelqu'un vient de le tuer. C'est Pipe, avec un bête fusil, il vient de lui tirer dans la tête. Les morceaux de cervelles et les fragments de cranes pullulent sur le sol. Le reste de son corps s'effondre piteusement. Pipe pose le fusil, Fretta entre en courant.

    « Un, deux ... »

    « ... trois, quatre ! »

    Les tâches de sang frai sur les murs commencent à remuer. Les lambeaux de tête se regroupent et se dirigent vers ce qu'il reste de lui. Tous se recollent dans un bruit gluant, il tremble, prend sa tête entre ses mains, se relève.

    « Aïe. Aïe. Aïe, ça pique. »

    « Ça piquait. »

    « Ça a piqué. »

    Quelques années plus tard. Un couloir sombre, les néons au plafond sont éclatés. Le papier-peint se fane et le carrelage est dégoûtant. Assis sur une des chaises placées contre le mur, il joue avec ses doigts. À quelques pas de lui, une ouverture dans la cloison, mais elle n'a plus de porte, elle est part terre, elle a été arrachée. De la lumière, sale, s'en échappe, Fretta en sort, le cherche du regard, le trouve, s'avance.

    « Pipe est mort. »

    « Il a souffert ? »

    « Je ne suis pas mort ! »

    La voix de l'homme jaillit vivement et distinctement.

    « Oui, il a souffert. »

    « Beaucoup ? »

    « Je ne suis pas mort ! »

    Elle se tourne vers la lumière. Il fait de même et se penche sur sa chaise.

    « Il n'est pas mort. »

    « J'entends. »

    « Je suis défiguré ! Venez m'aider. »

    La dame aux étranges lunettes retourne dans cette luminosité malpropre. L'adolescent reste sur sa chaise, sa tête oscille, l'ouverture dans le mur, le sol, l'ouverture, le sol, l'ouverture, le sol. Finalement il se lève et les rejoint.

    « Tu viens pour m'aider ? »

    « Non, je regarde. »

    Quelques années plus tard. Un bureau très mal rangé, des papiers trônent sur les étagères, jonchent le sol, du café est renversé sur la table. Pipe est assis et lui tend un dossier. Il l'examine, grimace mollement, le prend. Soupirant, il l'ouvre et fait défiler les pages sous ses doigts, mais il ne le lit pas.

    « C'est toi qu'on a choisit ! »

    Surpris, il relève la tête, fronce un sourcil. L'homme à la figure masquée claque des doigts, pointe le dossier, on peu sentir l'agacement dans chacun de ses mouvements. Le jeune adulte quant à lui, continue de fixer l'homme vêtue de fushia.

    « Choisit pour quoi ? »

    « Tu ne sais pas lire ? »

    Blasé.

    « Tu m'as appris... »

    Exacerbé.

    « Alors lit ! »

    Son visage plonge dans le dossier. Une minute. Deux minutes. Trois minutes. Quatre minutes. Cinq minutes. Il inspire et se redresse, son crâne penche vers la gauche, un peu comme penchent les crânes des chiens. Il est curieux mais silencieux, il se demande mais ne veut pas savoir, s'interroge mais s'en contre fout.

    « Bon bah ... J'y vais. »

    « Donne le dossier au patron en sortant. »

    « Le patron ? »

    « Tu ne le connais pas ? »

    « Si, c'est toi. »

    « Alors donne le moi ! »

    Il lui rend le dossier, se tourne et sort, ses mouvements font s'envoler quelques feuille. Il claque la porte.


Spoiler:
 


Dernière édition par Sorbet le Jeu 20 Mai - 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-inane.deviantart.com/
Tout-puissant


avatar
Satsuki Yotsuba

▬ INSCRIPTION : 11/07/2006
▬ ÂGE : 24

▬ MESSAGES : 55144
▬ LOCALISATION : Dans un endroit que j'aime.


Feuille de Perso
▬ NOM : Satsuki Yotsuba
▬ CLASSE: 2A
▬ AMOUREUX(SE) DE : Watashi wa koko ga harimasu kara...^^


MessageSujet: Re: SORBET ~ Mon Clov à moi ! >:D   Mar 18 Mai - 8:39

OHPU—.

Alors d'abord j'ai vu Clov. Ouais, j'ai vu Clov d'abord. Après j'ai vu Sorbet. Ouais, j'ai vu Sorbet aussi. Et boudié de p'tite je-sais-pas-quoi, t'as de la chance que je sois allée lire avant de déchaîner directement mes gueulades folles à ta gueule.
...J'ai lu. Et j'ai de plus en plus envie de gueuler maintenant.

...Enfin bref, tu me tues, et j'vais te dire, quand j'ai vu cette fiche, j'ai couru sur MSN voir si t'y étais pour te gueuler à la gueule en personne et en direct... Mais t'y étais pas. Alors tu me tues, et voilà tout.

さ迷い続けた暗闇の中 、手を伸ばしても指の隙間からすり抜けて
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akhtscartoon.canalblog.com
 

SORBET ~ Mon Clov à moi ! >:D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAHORA LIVE!? :: Administration :: Présentations-
Sauter vers: