MAHORA LIVE!?


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Long Live the King

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Long Live the King   Jeu 27 Oct - 19:42

Un an.

Ça fait plus d'un an, que Kiara est partit.

Et chaque jour de plus était un véritable calvaire pour la petite Winchester.

Où est-ce qu'il est partit, au juste ? Et pourquoi ? ... À vrai dire, le Baku était seulement retourné dans le futur pour régler quelques petits problèmes financiers. Il n'avait pas le choix, de toute façon, pour des raisons plus ou moins logiques qui échappaient complètement à la Chimère. Malheureusement, cette dernière ne pouvait pas l'accompagner, et elle le savait très bien : c'est difficile, de faire voyager ceux qui n'ont pas de potentiel magique dans le temps ! ... C'est comme traîner trop de bagages avec soi.

Déjà que ... Bon. C'était incroyablement gentil de sa part d'avoir prit la peine de l'amener avec lui dans le passé, alors ... Faith n'avait pas à se plaindre. C'est sûr que ça la rendait folle, d'être séparée de son grand frère, mais il avait dit qu'il reviendrait. Il l'avait promit. Et elle lui faisait confiance.

Même si c'est impossible de revenir dans le passé à une heure ou date précise.

Même si elle risquait d'attendre des jours, des mois, peut-être même des années.

Même si, dans le pire des scénario, son meilleur ami risquait de se perdre dans un paradoxe temporel.

... Il fallait que Faith s'accroche à cette promesse, sinon, elle n'avait plus rien. Et elle se retrouverait seule, à nouveau.

En parlant de promesse ... Non. Cette sale bête n'avait pas revu le Maître des Enfers depuis qu'il était partit de la boutique à laquelle elle travaillait. Faut dire que, bon ... Cette sale peste s'était sauvée avant qu'il ne puisse revenir et n'avais jamais remit les pieds à cet endroit. Jamais. Et c'était leur seul point de repère, en quelque sorte ... Après tout, à chaque fois qu'ils se voyaient, c'était par hasard. Cette fois-là, ça en était un aussi, mais bon. C'était son métier, alors, bien sûr que Fai était censée se retrouver là plutôt souvent.

... Mais cette sale bestiole avait décampé la queue entre les pattes.

Parce qu'elle avait peur. Beaucoup trop peur.

Oh, Faith pensait bel et bien à Dharc. Souvent, même. Et elle s'en voulait terriblement, de lui avoir fait une chose pareille. Mais disons qu'elle essayait, tant bien que mal, de ne penser à aucun des deux hommes.

D'ailleurs, c'est pour cette raison qu'elle faisait de son mieux pour se tenir occupée ... Et ces dernières semaines, la Chimère se retrouvait plus souvent sur l'Île Bibliothèque qu'à la maison. Elle n'allait au penthouse que pour se changer, se laver ou dormir. Elle ne mangeait même plus là-bas : la table qui trônait au centre de la salle à manger semblait incroyablement vide, lorsqu'elle y était assise seule. Aaah.

Et la voilà qui lisait un livre, comme si de rien n'était, assise par terre entre deux étagères remplies de vieux bouquins. À côté d'elle gisait une petite pile d'ouvrages qu'elle avait choisit complètement au hasard, ainsi qu'un long foulard en laine noire, ornés de deux gros pompons de la même couleur à chacune de ses extrémités ... Et, bien sûr, une bien jolie paire de bottillons marrons dans lesquels était fourrées des chaussettes d'un bleu royal, juste à côté de ses pieds nus.

... Oui. Même dans les lieux publics, cette idiote se promène pieds nus.

D'ailleurs, en parlant de nudité ... Regardez-moi ses jambes nues ! Par un froid pareil ! C'est insensé ! ... En fait, presque nues. Fai portait encore ses vieux shorts en denim tout effiloché. Oui ! ... Cette fameuse paire de jeans courts qu'elle portait presque toujours lorsqu'elle allait encore au Lycée.

... Quoi ? Elle rentre encore là-dedans, cette sale bête ? ... En fait, c'est seulement parce qu'elle a perdu un peu de poids, dans les derniers mois. Pas trop, quand même : après tout, on ne peut pas faire pire que la peau sur les os ! ... Mais Faith avait quand même trouvé le moyen de maigrir suffisamment pour porter une taille plus petite qu'à l'habitude. La différence n'était pas si visible que ça : ses joues étaient juste un peu plus creuses qu'auparavant, et son tour de taille, un peu moins large. Rien de plus. Rien de moins.

Oh ! Et ses cheveux ont poussé ! ... Mais ils ont gardés la même couleur sombre et leurs fameuses pointes orangées. Toujours aussi désordonnée, sa longue crinière aux innombrables boucles et rosettes sauvages tombait en cascade par dessus un t-shirt blanc tout simple, décoré d'une poche carrée au niveau de la poitrine, à droite. Si sa chevelure n'était pas si ébouriffée, peut-être même qu'on aurait pu profiter du léger décolleté que créait son col en « v » ... Décolleté, c'est un bien grand mot, mais disons que le « v » était plus large qu'il n'était long.

Bref. Emmitouflée dans un grand parka vert khaki, ses maigres jambes repliées contre son torse, la petite Winchester lisait un livre quelconque.

... En tout cas. Elle essayait, de le lire.

La pauvre petite anglophone a de la misère à lire de si gros bouquins en japonais.


Dernière édition par Otona Faith le Sam 4 Fév - 7:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Ven 28 Oct - 14:40

Un an. Un an que le Régnant avait postulé pour le titre de professeur de philosophie pour des raisons qui échappaient à absolument tout le monde. Non, ce n'était pas pour se rapprocher du Dr. Hopper, il n'est pas maso, en tout cas pas à ce point là. Certains – je parle ici de gens qui savent qui il est réellement – pensent qu'il prépare un mauvais coup. C'est assez probable, même s'il est resté plutôt calme pendant pas mal de temps déjà... Peut-être que c'était pour endormir la méfiance des gens qui le surveillaient du coin de l’œil.

Parlant de surveiller, une autre théorie circule selon laquelle il serait justement là parce qu'il voulait garder certaines personnes dans son champ de vision. C'était déjà plus probable, et c'était la version qu'il soutenait à qui voulait bien l'entendre.
D'autres encore disent qu'il compte se monter une armée en faisant sa propagande auprès des élèves. Ce serait crédible... s'il était présent à ses propres cours. On avait aussi ceux qui disent qu'il n'a probablement rien d'autre à faire de sa vie, ils sont probablement les plus proches de la vérité.

Enfin, il y a ceux qui pensent qu'il y a un truc entre lui et l'infirmière scolaire. Mais cette théorie, elle ne mérite même pas qu'on en parle plus que ça.

En réalité, c'est surtout parce que ça faisait un an que le Régnant se traînait sa mauvaise humeur et cherchait à se changer les idées comme il pouvait. Il y a quelques jours, il avait d'ailleurs commencé à se demander comment il faisait dans le temps pour éviter d'avoir à trop penser aux choses désagréables. A force, il avait fini par se souvenir : il se rendait à la bibliothèque la plus proche et n'en ressortais pas avant d'avoir englouti tous les ouvrages. Ça pouvait prendre des mois, mais au moins les mois passaient vite.
Sauf que voilà, à son époque, les livres, il en a brûlé beaucoup, donc forcement c'était plus son premier réflexe de penser à ça.

A peine ses chaussure de cuir noire foulèrent le sol des lieux que l'expression de l'albinos changea. L'espace d'un instant, un très bref instant, on aurait presque pu lire de la nostalgie, avant de retrouver cet air hautain et sérieux qu'il se donnait. Malgré tout, le Régnant laissant échapper quelques indices montrant que de tels lieux lui avaient manqué au cours des dernières décennies. La façon dont le bout de ses doigts caressaient les couvertures des ouvrages alors qu'il déambulait. Les profondes inspirations qu'il prenait pour mieux apprécier l'odeur de l'encre et du vieux papier...
Il n'y pouvait rien. Quelque part au fond de lui, il laissait la fillette ayant grandit au milieu des livres se réjouir. C'était d'ailleurs probablement pour l'empêcher d'exprimer sa bonne humeur qu'il avait éviter de retourner dans de tels endroits tout ce temps.

Non lecteur, tu n'as point de problème de vue. Le Régnant est de bonne humeur !

… Puis son regard est tombé sur Faith.

Elle était là, par terre, à lire un bouquin comme si de rien n'était. Comme si elle ne s'était pas volatilisée un an sans prévenir. Comme si Darek n'était jamais revenu pour lui apporter médicaments et ordonnances pour soulager la douleur et trouvé une boutique vide.

De la rancœur. De la joie. De la colère. Du soulagement.

L'hybride était passé par un panel d'émotions assez impressionnant en très peu de temps. La pensée que c'était parce qu'il fréquentait trop les gens de cette époque se faufila au milieu de tout ce fouillis. Il aurait pas dû prendre un poste fixe ici, à force de se retenir de massacrer les élèves pour endormir la vigilance des gens, il avait fini par se ramollir. Enfin... sa chimère était revenue, il pourrait se barrer de cette école maintenant. Oui, il était resté ici dans l'espoir qu'elle y réapparaisse. Cet endroit magique a tendance à rappeler les gens qui ne savent plus trop où aller à lui.

Le voilà qui se rapproche à grand pas de la créature, l'air mauvais. Il n'avait même pas encore décidé de comment il allait se comporter avec elle, s'il allait l'engueuler ou la prendre dans ses bras en lui disant qu'elle lui avait manqué. Non, aucune idée.
Le démon arrive au niveau de la jeune femme, plonge sa main dans la poche intérieur de son long manteau noir, puis en sort quelque chose qu'il jette sur les pages du livre qu'elle était en train de lire, histoire d'être sûr qu'elle les verra, ses ordonnances.

Oui, des ordonnances, des faux particulièrement bien imités, pour des médicaments contre la douleur. Il les avait gardé tout ce temps sur lui pour lui donner. Il avait dit qu'il le ferait, non ?

Regard glacial de l'homme qui était resté debout devant Faith.

« Aëryhn réclame sa jupe. »
Tellement théâtral que c'en est presque ridicule. D'autant plus qu'il n'y a aucune chance que la magister ait réclamé quoi que ce soit. En fait, c'était surtout pour rappeler à la chimère en quelles circonstances elle avait décidé de se volatiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: Long Live the King   Sam 29 Oct - 1:27

Des bruits de pas ; des chaussures de cuir qui claquent sur le sol. Même ces tout petits sons plutôt banals réussissaient à rompre le silence de mort qui régnait dans l'immense bibliothèque, tirant ainsi Faith de sa lamentable tentative de lecture. D'ailleurs, celle-ci releva la tête juste assez tôt pour que ses iris dorés croisent une paire de yeux cramoisis qui lui était terriblement familière.

Eh, oui. Dharc était bel et bien là, devant elle, la toisant du haut de son mètre quatre-vingt-dix. Son regard était tellement froid qu'un frisson secoua l'échine de la Chimère, qui ne pouvait pas s'empêcher de le dévisager de ses grands yeux effrayés.

Oui, effrayés. Parce qu'il était en train de fouiller dans la poche intérieur du même long manteau noir qu'il portait, la dernière fois qu'elle l'avait vu. Et puis, bon. La dernière fois que Fai l'a vu sortir quelque chose de son manteau, c'était sa carte Pactio ... Et disons qu'elle n'en gardait pas de très bons souvenirs : le genou autours duquel s'était enroulé la chaîne du Régnant l'avait fait souffrir de nombreux jour, après l'épisode de l'infirmerie. Une rotule fissurée, ce n'est jamais agréable.

Voilà que Sa Majesté sortait quelque chose cette fameuse poche, pour ensuite prendre un élan avec son bras. Étant persuadée qu'il allait lui lancer quelque chose ou la frapper, Faith hoqueta de surprise et croisa ses maigres bras devant son visage, laissant tomber son livre sur le sol par la même occasion. La chute de celui-ci créa un bruit sourd qui fit de nouveau sursauter la petite Winchester, qui recula du côté opposé, heurtant sa tête contre une des étagères entre lesquelles elle était installée.

... Mais aucun coup ne vint.

Il y eu seulement un court, mais incroyablement lourd silence, brisé par le bruissement de quelque chose qui venait de tomber doucement sur le sol. Une feuille de papier, peut-être ? ...

La vipère ouvrit lentement un oeil, hésitante, puis le second, cherchant du regard la source de ce tout petit son. Après quelques secondes, elle aperçu enfin deux ou trois bouts de papier qui traînaient, là, à côté d'elle. Elle se contenta de les dévisager en clignant des yeux à plusieurs reprises, sans trop savoir quoi en faire.

C'était ça, que Dharc avait sortit de sa poche ?

... Ça y est. Faith venait de sursauter à nouveau, plaquant ses paluches au sommet de son crâne chevelu, sa bouille toujours cachée derrière ses bras. En quel honneur ? ... C'est fois, elle devait cette peur au ton sec de Son Altesse qui lui rappelait qu'elle ne lui avait toujours pas rendu la jupe de sa fougère. Oui, sa fougère. Bon. Aussi tête-en-l'air que la Chimère puisse l'être, elle avait tout de même saisit qu'Aëryhn était le nom de la jolie blonde qui accompagnait le Maître des Enfers, la dernière fois. Après tout, pourquoi est-ce qu'il parlerait d'une jupe, si elle n'appartenait pas à cette femme ? ...

Bref. Les secondes défilèrent ; la Chimère baissait sa garde, peu à peu, même si elle tremblait toujours comme une feuille. Après un petit moment de flottement, elle posa machinalement ses mains sur ses genoux nus. Elle les frottait, les grattait, les tapotait ... La nervosité lui faisait faire n'importe quoi.

Les sourcils froncés, elle tentait de déchiffrer ce qu'il y avait d'écrit sur les bouts de papier que Dharc lui avait lancés.

« J'arrive pas à -- Je ... Je comprend p-- »

Oh. Voilà qu'elle se mordillait de nouveau l'intérieur de la joue.

Mais qu'est-ce qu'elle tente de dire, au juste ? ... C'est presque aussi incompréhensible que les fines pattes de mouches sur ces fichus morceaux de feuilles !

« ... C'est dur, le japonais. »

Petite voix. Toute petite voix. Faith venait d'avouer qu'elle ne comprenait pas les kanjis tracés sur ces feuilles. Elle en reconnaissait quelques uns, mais elle ne comprenait pas les mots qu'ils formaient. Oui. C'est dur, le japonais. Elle est capable de le parler et le comprend, mais à l'écrit ... Ça, c'est une toute autre histoire. Après tout, sa belle-mère l'avait déportée au Japon en se foutant royalement de si elle pouvait s'en sortir ou pas sans ne rien comprendre du tout. Alors, la créature avait appris la langue locale du mieux qu'elle le pouvait, en écoutant des films pour enfants et des dessins animés quelconques. Oui ! Comme Tonari no Totoro ! ... C'est parce qu'elle a apprit le japonais de cette façon là, qu'elle parle d'une manière aussi enfantine.

... Mais c'est ce qui est adorable, non ?

En tout cas. Adorable ou pas, la petite Winchester était complètement terrorisée à l'idée que l'hybride ne se fâche parce qu'elle ne comprenait pas de quoi il s'agissait. Elle faisait de son mieux, pourtant, pour tenter de lire tout ça. Même qu'elle était encore en train d'essayer, les doigts crispés sur ses genoux, ses grands yeux d'un jaune perçant observant les feuilles avec tant d'insistance qu'on aurait dit qu'elle allait faire un trou dedans.

Peut-être que si elle arrivait à comprendre, il la pardonnerait d'être partie cette journée-là ? ...

C'est beau, l'espoir.


Dernière édition par Otona Faith le Sam 4 Fév - 7:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Sam 29 Oct - 8:12

La voilà qui se recroquevillait dans son coin comme la bête craintive qu'elle est, tentant de s’abriter comme elle pouvait d'un prédateur sur le point de l'achever après l'avoir poussée dans ses derniers retranchement. Puis elle tentait, un peu paniquée apparemment, de trouver une solution pour que ça se passe bien. Tellement effrayée par la tournure que prenaient les choses qu'elle se raccrochait à la moindre échappatoire.
L'hybride serra le poing. Qu'est-ce que tu vas t'imaginer petite ? Qu'il va te pardonner parce que t’arrive à lire son imitation d'écriture illisible qui caractérise tant les médecins ? Puis quoi encore ? C'est pas ça le problème !

« Tsh ! Ce sont tes ordonnances, espèce d'écervelée ! Tu sais, celles que j'étais supposé te ramener avant que tu disparaisse pendant un an sans prévenir ! »
Darek la toisa encore quelques instants de haut avec ses yeux rouge sang. Oui, n'oublions pas qu'il est sur son lieu de travail, donc il change quelques détails de son apparence pour avoir l'air à peut près humain. Seulement, comme il n'aime pas non plus trop se fondre dans la masse, il a choisi de conserver ses cheveux blancs et de se faire passer pour albinos. En plus, ça rend son regard plus agressif, ce qui lui évite bien souvent d'être emmerdé hors des cours par les élèves.

Soudain, comme un gros coup de fatigue. Il s'était forcé à faire retomber la colère en lui. Oui, il est capable de ça maintenant, même s'il a parfois franchement du mal. Le problème, c'est que s'il commençait à tout casser, ça ferait désordre. Cet endroit contient pas mal de protection magiques qui préviennent des gens assez chiants en cas de conflit. Et la dernière chose qu'il voulait en ce moment, c'était que le directeur l'envoi encore faire un stage de gestion de la colère.

Car les stages de gestion de la colère, ça le met vraiment hors de lui.

Alors il se calma du mieux qu'il le pouvait, fermant les yeux, posant la paume de sa main sur sont front, les doigts crispés dans son impeccable chevelure blanche. Puis se mit dos à une étagère, avant de se laisser glisser jusqu'à finir assis sur le sol, pas très loin de Faith.

Petit rire nerveux. Il se sentait stupide. Stupide et naïf. Naïf d'avoir pu croire que la chimère n'allait pas foutre le camp après ce qu'il lui avait fait subir, d'avoir pensé que les choses pouvaient enfin s'arranger entre eux, qu'ils allaient enfin cesser de se blesser l'un l'autre et se côtoyer normalement. Non, pour le coup, il n'avait pas nourrit d'espoir vis-à-vis d'une éventuelle relation entre eux. Il avait pris conscience qu'il était allé bien trop loin pour ça. Mais il s'était surprit à vouloir au moins... allez quoi, pouvoir discuter avec elle et la voir sourire de nouveau régulièrement ?

Mais apparemment, il en était arrivé à un point où il ne pouvait même plus espérer ça.

Pourquoi avait-elle fait ça ? Est-ce qu'elle avait voulu se venger en le blessant à son tour ? Si c'était le cas, c'était plutôt réussi. A moins, maintenant, il avait une bonne idée de ce que la chimère avait pu ressentir lorsqu'il avait disparu dans la nature après qu'elle l'ait rejeté. Allez, encore un petit effort Faith, t'as plus qu'à détruire son couple, lui retourner le cerveau en le traitant de créature pathétique, le maltraiter, tenter de tuer ses amis, pour enfin essayer de le violer et vous serez quittes.

Oh, minute, il n'est pas en couple, tu ne peux ni lire dans les pensées ni changer d'apparence, t'as pas la force de lui faire quoi que ce soit, il n'a pas d'amis et pour couronner le tout ça lui déplairait pas forcement. Bon, tant pis, faudra t'y prendre autrement.

Le Régnant prit le temps de digérer ça, cherchant quoi dire pour essayer de lui faire comprendre. Lui faire comprendre qu'il ne lui en voulait pas, mais que ça lui avait tout de même fait quelque chose. Seulement, il a jamais été doué pour ce genre de déclarations, lui qui passe son temps à ne se soucier que de lui, à ignorer les autres, qui a passé sa vie à repousser les gens et à leur balancer à la gueule que c'était divertissant de les voir se débrouiller avec leurs emmerdes plutôt que de les aider ou compatir à leur douleur. Non, il ne sait pas comment faire comprendre aux gens qu'il s'était inquiété pour eux, ou en tout cas il a oublié comment faire depuis des lustres.

« Je t'ai cherchée, idiote. »
C'était tout ce qui lui avait traversé l'esprit. Et c'était ni plus ni moins que la vérité. Il l'avait cherchée, longtemps même. Alors il l'avait dit d'une voix calme, mêlant soulagement et un sentiment sur lequel il ne parvenait pas à mettre de nom dessus pour l'instant. De la crainte peut-être ? Non, impossible, le Régnant ne dispose pas de ce genre de faiblesses comme la peur. C'était forcément autre chose.

Sale petite créature attachante. Pourquoi tu lui fais ça ? La dernière chose qu'il voulait en te rencontrant dans la forêt, c'était t'aimer. Faut croire qu'au final, c'est toi qui a réussi à mieux entrer de force dans son monde. T'aura juste pris plus de temps, beaucoup plus.

Finalement, t'aura remporté la victoire, sale bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mar 15 Nov - 14:35

... Tu sais, Dharc, ce n'était pas son but, de disparaître pendant un an. C'est juste que, cette journée là, trop de choses s'étaient produites, et la petite Winchester était passée par un éventails d'émotions tellement trop variées qu'elle a tout simplement prit peur. Après tout, pourquoi serait-elle restée là à t'attendre, alors que tu la pousse, la cajole, l'injure, la caresse, la frappe et la prend dans tes bras ? Faith a toutes les raisons du monde d'être effrayée par ton comportement, grosse brute.

À vrai dire, ça faisait un moment déjà que la Chimère tenait en équilibre sur une très fine ligne, à se demander si c'était réellement une bonne chose d'être aimée.

... Non, en fait. Elle se demandait si elle était aimée. Tout court.

Faith nage dans l'insécurité ! Elle nage comme un petit chien, elle bat des pattes dans tous les sens pour ne pas couler. Elle fait de son possible pour atteindre la rive, mais il y a toujours une grosse vague de confusion pour la ramener brutalement au loin ; l'éloigner de cette petite zone de sécurité tant convoitée ! ... Elle va finir par se noyer.

Alors, elle se raccrochait à tout ce qu'elle pouvait, à chaque détail susceptible de lui prouver que tout allait bien se passer, pour unefois. Oui, elle aussi, elle garde quelques espoirs naïfs ! ... Rien de bien précis, en fait. Elle ne sait même pas ce qu'elle espère, au fond, cette espèce de sale bête chevelue. Qu'il ne la frappe pas, peut-être ? Qu'il la prenne encore dans ses bras ? ... Qu'il lui dise clairement ce qu'il pense pour qu'elle puisse enfin le comprendre ?

Elle n'en sait rien. Cette sale bestiole.

La créature se contentait de regarder fixement le Régnant de ses grands yeux dorés, l'observant serrer le poing, rire nerveusement, se laisser tomber sur le sol, en face d'elle ...

Hein ?

... Une seconde. Est-ce qu'il venait de se calmer ? Comme ça ? Sans défouler sa colère sur elle ou quoi que se soit ? ... Depuis quand est-ce qu'il est capable de faire ça, celui-là ?

« Je t'ai cherchée, idiote. »

Hein ? ... C'était quoi, ce ton ? Est-ce que c'est bien Dharc qui parle ? Dharc Lysen ? Le Maître des Enfers ?

C'est fou. Il arrive quand même à l'insulter, même avec un ton qui se veut calme. Mais là n'est pas le problème : ce qui était déroutant, mais vraiment, vraiment déroutant, c'était le soupçon de soulagement qu'on pouvait deviner dans sa voix. C'était ... Tellement inhabituel.

Woh. C'est quoi, cette espèce de bouffée de chaleur, petite Faith ? Et cet air confus ? Pourquoi tes oreilles rougissent sous ta longue chevelure ondulée aux pointes orangées ? Et pourquoi est-ce que tu ramasses ton écharpe et la pose sur tes genoux, en poussant ta pile de livres du bout du pied ? ...

Oh. Voilà que les grands yeux d'un jaune perçant de la Chimère plongent dans le regard cramoisi de l'hybride, incertains.


Dernière édition par Otona Faith le Sam 4 Fév - 7:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mar 15 Nov - 15:58

Oui, le Régnant s'était assis en face d'elle, ce que ma camarade de RP aura habilement deviné d'elle-même. Ainsi donc les grands esprits se rencontrent et devinent les intentions de chacun en n'ayant nul besoin de précision ou de harcèlement à travers un programme de messagerie instantanée. Non, les grands esprits savent à quoi l'autre peut penser et le comprendre sans effort quelconque.

Pour ce qui sont des esprits un peu moins avancés, en revanche, c'est déjà plus galère. Pour exemple nous avons les deux espèces de créatures bizarres, dont la simple existence reste pour le moins improbable – même dans un monde où la magie n'a de cesse de se manifester ça et là – qui se sont posées l'une en face de l'autre au beau milieu d'une bibliothèque, à se regardent dans le blanc des yeux sans pour autant parvenir à saisir quoi que ce soit de l'autre.
Ce qu'il faut retenir du paragraphe précédent, c'est que c'est une phrase très longue ! Plus sérieusement, le détail majeur tiens ici du fait que Darek, le Régnant, le puissant, le concentré de magnificence semble avoir retrouvé un brin de confiance en ayant appris à calmer ses ardeurs. Oui, il la regarde dans les yeux, pour une fois. En plus, il s'agit d'yeux qui, si on néglige la couleur, sont pour l'instant d'apparence assez banales. Avec un peu d’entraînement il serait donc possible d'y lire les émotions du démon.

En l’occurrence, fait assez peu courant pour le signaler, on ne décelait pour une fois aucune colère chez l'hybride, encore moins d'envie de torture, de meurtre ou de viol. Peut-être même un peu de nostalgie, voire une petite lueur qui pourrait éventuellement, dans les circonstances actuelles, signifier qu'il était peut-être à même d'éprouver ce qui semblerait probablement pouvoir s'apparenter à de la joie. Je sais que je m'avance énormément en affirmant ce genre de choses, donc à prendre avec beaucoup de réserve, on ne sait jamais.
Bref, il était content de la revoir, malgré tout. Assez en tout cas pour ne pas lui en vouloir de s'être éclipsée du jour au lendemain pendant tout ce temps... pas trop... pour l'instant. Puis, après ce sentiment indescriptible, car n'éludons pas le fait qu'il s'agit là de quelque chose que sa majesté n'éprouve guère usuellement (ouh que c'était joliment dis ça), vint un haussement de sourcil traduisant une certaine incompréhension. La voilà qui prend son écharpe et commence à pousser ses bouquins. Quoi ? Elle se barre ? Déjà ?! Ah non ! Et puis quoi encore ?! Tu crois sérieusement que Darek va te laisser faire ? T'as disparu un an de son champ de vision, il compte bien ne pas te quitter des yeux pendant trois fois cette durée minimum ! S'il le faut, il te kidnappe pour ça ! Sérieusement, les femmes, elles ont pas idées de faire des coups du genre sans prévenir.

Enfin, c'est vrai quoi tout de même, c'est lui qui dirige le monde, non ? Alors de quel droit elle se permet de prendre ce genre de décision sans lui demander d'abord la permission ?

Le genre de chose qui auraient pu mal finir si la chimère avait vraiment eu l'intention de partir, ce qui semblait ne pas être le cas en raison de plusieurs indices particulièrement subtils que – grâce à son intelligence supérieure et son incroyable sens de l'observation – le semi-démon ne manqua pas de relever.
Premièrement, la chimère était toujours là. Ça peut paraître idiot dit comme ça, mais lorsqu'on a déjà été témoin de sa capacité à se faufiler dans les endroits étroits pour se cacher ou fuir, on se dit que si elle avait vraiment été pressée de partir, même Darek n'aurait probablement pas eu le temps de réagir qu'elle serait déjà au Costa Rica en train de prendre sa douche sous une cascade.
Ensuite, elle a posé son écharpe sur ses genoux. Et quelques simples notions d'anatomie permettent aisément de supposer qu'il n'est pas très facile de courir avec une écharpe enroulée autour des genoux au lieu du cou. A moins de prendre littéralement ses jambes à son cou, mais là encore c'est relativement peu pratique pour les mêmes raisons.
Enfin, elle avait juste poussé les livres sans les remettre à leur place dans les étagères, et ça c'est pas bien.

Sérieusement les enfants, ne faites pas ça. Des gens pourraient trébucher.

Alors quoi ? Pourquoi est-ce qu'elle aurait d'un seul coup fait de la place à côté d'elle ? C'était à coup à ce que Darek se sente obligé de s’asseoir à côté d'elle pour combler le vide créé et profiter un peu plus de sa présence.

Oh... c'était donc ça...
Oui, il a comprit le message subtil que Faith lui transmettait. C'est un peu facile me direz-vous de faire comprendre les choses à mon personnage quand ça m'arrange, mais que voulez-vous ? Il faut être un minimum crédible dans la vie. Quelqu'un qui a su tirer son épingle du jeu et prendre le contrôle du monde sans être pour autant le plus puissant ayant foulé cette planète ne peut pas non plus être un crétin fini. Ce genre de chose demande un esprit un minimum aiguisé et calculateur.

« 'Taku, lança-t-il en se grattant l'arrière du crâne, t'as vraiment pas décidé de faciliter la compréhension. Tu devrais t'exprimer plus clairement parfois. »
Dit celui qui casse tout au lieu de laisser s'exprimer ses émotions. Bref, sur ces paroles pleines de bons sentiments, le Régnant se décida à lever son royal fessier pour aller s'installer aux côté de la chimère. L'action s'était faite assez rapidement mais dans le calme, Darek ne tenant pas non plus à effrayer Faith et devoir aller la chercher en Amazonie (oui, j'ai décidé de faire un RP touristique). Après quoi il passa son bras dans son dos et la colla contre LUI ET SON TORSE VIRIL, comme ça, sans lui demander. Oh, après tout, si elle voulait qu'il vienne aussi près, c'était un peu pour ça non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mar 15 Nov - 18:15

... Ah. C'est la première fois depuis longtemps, qu'ils se comprennent ne serais-ce qu'un peu, ces deux là. On pourrait même dire qu'il s'agit d'un miracle. Vous rendez vous compte ? Ils se sont compris ! Sans même que monsieur Lysen ait besoin de se servir de ses dons télépathiques ! ... Bon, quoi, ils ont beau être scellés, mais ça ne veut pas dire pour autant que c'est une excuse valable pour ne pas comprendre quelqu'un. C'est sûr que c'est difficile, mais c'est la vie.

« M'exprimer ... Plus clairement ? »

Tiens, elle marmonne.

Alors, quoi ? Le Régnant avait saisit le signal Ô combien subtil de la petite Winchester et était venu s'assoir tout près d'elle ? ... Oui. Même qu'il avait l'air ... Presque ... Content ? Peut-être pas, en fait. C'est un mot un petit peu trop fort pour décrire cette petite note légère dans le ton de sa voix. Disons que, c'était plutôt déstabilisant d'entendre Sa Majesté s'exprimer d'une voix aussi ... Détendue ? D'ailleurs, il avait cette espèce d'assurance, tout d'un coup. Non, pas son arrogance habituelle ... Il avait simplement l'air confiant. En temps normal, la Chimère aurait probablement paniqué en pensant qu'il avait quelque chose derrière la tête. Après tout, elle ne l'a jamais vu aussi jovial. Jamais. Même pas dans la forêt, après lui avoir rendu l'oeil d'Anselm, alors que rien n'était allé de travers. Même pas lorsque qu'il l'avait prise dans ses bras, dans la boutique.

En y pensant, quelques secondes, Faith en arrivait même à penser que ça n'avait probablement aucun lien avec la situation actuelle. Peut-être qu'il avait tout simplement eu une belle semaine, ou peut-être bien une bonne journée.

... Ou peut-être que l'année qu'il a passé sans elle était comme une libération, pour lui ?

Non. Arrête de te rabaisser, sale bestiole. Il a seulement râlé sur le fait que tu ne lui rendais pas la tâche facile. Il veut seulement te comprendre ! ... C'est ça, hein ? C'est bien ça ? Même que ça te donne presque suffisamment de courage pour tenter de parler, qu'il soit si près de toi, son bras dans ton dos, sa main sur ton épaule ...

Ah. Ça faisait longtemps, que la créature ne s'était pas retrouvée dans les bras de quelqu'un. Ça lui manquait terriblement. Même que ça créait comme un vide incroyablement grand, dans sa vie. Après tout, elle a vécu avec Kiara plusieurs années et elle a finit par s'habituer à son attitude de grand frère affectueux ! Même qu'il se couchait toujours avec elle, le soir, et la serrait dans ses bras jusqu'à ce qu'elle s'endorme ... Oui. Il faisait même semblant de dormir, pour elle. Et il dévorait ses nombreux cauchemars ! ...

... La petite Winchester y est tellement habituée qu'elle dort à peine, ces temps-ci. Elle ne parvient tout simplement pas à s'endormir, et lorsqu'elle réussit, elle se réveille en sursaut un peu plus tard.

Cauchemars.

Voilà que Fai s'incline légèrement sur le côté pour poser sa petite tête de chevelue contre le torse de Dharc, pour ensuite laisser tomber ses jambes toujours pliées sur les cuisses de celui-ci. Son écharpe glissa sur le sol par la même occasion, et la vipère en profita pour poser ses maigres mains sur ses genoux, ses doigts crispés sur sa peau nue. Bon. Elle est blottie contre le Maître des Enfers. Encore. Faut dire que, elle n'avait pas vraiment le choix, si elle voulait qu'ils soient assis côte-à-côte, puisque l'espace entre les deux étagères était plutôt restreint ... Disons tout simplement que, si deux personnes parviennent à s'y glisser, c'est juste parce que l'une des deux est tellement petite que l'autre pourrait la prendre dans la paume de sa main.

Mais la proximité est loin de déranger Faith.

« Dharc -- »

C'est ça, petite bête. Prend ton courage à deux mains et exprime-toi, pour une fois ! Aide-le à te comprendre ! ...

« Est-ce que ... Pourquoi est-ce que tu me cherchais ? »

Les grands yeux ambre de la jeune femmes étaient posés sur ses deux pouces qui caressaient lentement ses petits genoux. En quoi est-ce que c'est censé l'aider à te comprendre, de lui poser une question, hein ? Soit plus claire ! Allez ! Un petit effort ! Un tout petit effort !

« Ça serais bien si ... Au lieu de me traiter d'idiote et d'écervelée, tu pouvais me dire que t'étais inquiet pour moi ? Juste pour une fois ? »

C'est ça. Déglutit. Tu te rends compte, d'à quel point tu à l'air idiote, en ce moment ? Arrête de parler. Tu parles trop. Trop. Trop. Trop.

« ... Si tu pouvais me dire que tu t'es ennuyé de moi, ça me ferais vraiment plaisir. »

... C'est ça, arrête de tripoter tes genoux et fermes tes grands yeux dorés. Peut-être que si tu arrêtes de respirer, aussi, tu vas pouvoir disparaître.

Allez, c'est pas grave. T'as fait suffisamment d'efforts pour être capable de t'exprimer à voix haute, alors, tu as fais ta part ! ... En tout cas, s'il te dit pas directement que tu lui manquais, le message risque d'être assez clair. Un peu trop clair, même. Carrément blessant. Comme s'il crachait sur tout le courage que tu as ramassé pour arriver à mettre des mots sur cet espèce de pincement que tu as, au coeur.


Dernière édition par Otona Faith le Sam 4 Fév - 7:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mer 16 Nov - 21:29

A lui, elle était enfin de nouveau à lui. Hors de question de la lâcher de sitôt. Pas moyen. Surtout vu comme l'espèce de pompe à pétrole située dans sa poitrine avait augmenté l'intensité de ses battements lorsqu'elle avait posé sa tête contre lui.

« Dharc -- »
Darek fronça légèrement des sourcils en entendant son prénom. Maintenant qu'il y pensait, c'est vrai qu'il lui avait dit, l'autre fois dans la forêt. Mais ça commençait à remonter et il y avait eu comme pas mal d’événements depuis, alors il avait fini par oublier. Faut dire qu'au cours de l'année passée, il avait tout de même été plus habitué à entendre du « Lysen-sensei »... ou encore du « Darek-sama », voire « votre Majesté » balancé de façon ironique. Je vous laisse deviner qui.
Mais ceci mis à part, les personnes à l'appeler par son réel prénom restaient tout de même très rares. D'ailleurs à cette époque, c'est pas dit qu'il y ait quelqu'un d'autre à le connaître. Après tout, on ne sait jamais hein, peut-être qu'il est arrivé un terrible accident à Kiara, le Régnant garde toujours espoir à ce sujet.

Cette phrase sert uniquement à user et abuser des balises de mise en forme parce qu'on m'a fait subtilement savoir que ma camarade de RP aimait ça, alors j'en mets randoms pour lui faire croire qu'il y a des choses importantes sur lesquelles je veux insister, alors qu'en fait non.

« Est-ce que ... Pourquoi est-ce que tu me cherchais ? »
Hein ? Comment ça « pourquoi » ? C'était pas évident qu'il était inquiet ? T'es pas au courant qu'il t'aime ? Bon, il a une façon un peu particulière d'exprimer ses sentiments envers toi. Mais ça, tu le sais qu'il n'est pas doué pour ces choses là, non ? T'as largement eu le temps de t'en rendre compte à l'époque où il était encore Darcy, et t'as pu constater que ça n'avait pas bien changé à ce niveau là maintenant.
Alors pourquoi elle posait cette question ? Est-ce qu'elle attendait quelque chose de lui ? Une confirmation de tout ça peut-être ? D'un autre côté, il avait sauté sur l'occasion de venir la prendre dans ses bras, il avait gardé un an des bouts des papiers inutiles sur lui dans le seul but de lui passer s'il la croisait, alors qu'il aurait très bien pu ne jamais la revoir. C'était pas suffisant comme preuve ? En tout cas, dans le cerveau dérangé de la bête, c'était plutôt clair. Peut-être que ça ne l'était que pour lui...

« Ça serais bien si ... Au lieu de me traiter d'idiote et d'écervelée, tu pouvais me dire que t'étais inquiet pour moi ? Juste pour une fois ? ... Si tu pouvais me dire que tu t'es ennuyé de moi, ça me ferais vraiment plaisir. »

Alors c'était ça ? Elle avait juste besoin qu'on lui dise clairement les choses ? Dit comme ça, non seulement ça paraissait facile mais en plus Darek se senti assez con de ne pas l'avoir comprit. Là encore, c'était une sensation assez nouvelle pour lui. Comprenez bien, ce n'est pas non plus quelqu'un particulièrement stupide. Et s'il lui arrive assez souvent de se comporter comme un insensible, un goujat, ou tout simplement comme un con, son ego inégalable l'empêche la plupart du temps de se rendre compte. Alors que sa Majesté réalise sa connerie, c'est tout un événement. S'il ne prend pas le temps de digérer un minimum la chose, ça pourrait faire des dégâts monstres dans son estime de lui.

Nous arrivons maintenant au passage difficile de cette histoire : lui dire ouvertement qu'elle lui a manqué. Parce que s'il avait déjà fait passé le message à sa façon, dire des choses de ce genre telles quelles, c'est pas la même. Pour être franc d'ailleurs, il n'avait probablement jamais fait ça. Se montrer vulnérable, admettre qu'il avait ce genre de faiblesse, ça n'était pas son genre. Ça ne l'avait jamais été. Pas même lorsqu'il était Darcy, pas même lorsqu'il était marié, pas même avec ses enfants qui comptaient pourtant à l'époque plus que quiconque, pas même lorsqu'il était cet orphelin qui volait de la nourriture. Savoir qu'on avait besoin de l'autre, c'était une chose. Lui faire comprendre, ça lui demandait déjà pas mal d'efforts. Le dire ouvertement, c'était déjà beaucoup plus difficile.

« Hein ? B-bien sûr que j'étais inquiet. »
D'accord, tentative de dire ça d'un air détendu pour faire passer la chose comme une banalité des plus évidente : échec. Non, sérieusement, y'a fallu qu'un bégaiement random vienne se foutre là-dedans pour trahir son malaise. Pourquoi ? Pourquoi tout devenait d'un seul coup si dur avec elle ? Ou alors c'était le contraire. C'était justement plus facile avec Faith qu'avec les autres. Seulement il n'y avait qu'avec elle qu'il essayait vraiment, c'était donc difficile à savoir. Et non Darek, ça ne va pas t'aider de détourner le regard une fois encore. De toute façon, ce n'était pas comme si la chimère était en face de toi à te dévisager cette fois-ci. Au vu de votre position, il n'y a aucune chance qu'elle puisse te fixer droit dans les yeux. Enfin bon, si t'as besoin de fuir ton sentiment de vulnérabilité, pour arriver jusqu'au bout, pourquoi pas après tout...

« N'importe qui serait mal de ne pas pouvoir garder un œil sur ses affaires. »
Ça, c'était peut-être un peu trop dégradant pour être mignon. On veut bien que tu sois possessif, mais tu pourrais être moins blessant dans ta façon de présenter les choses. Faith n'est pas juste un objet que tu peux mettre dans ta valise quand tu pars en voyage simplement parce que tu aimes l'avoir avec toi. Encore qu'en cherchant bien, il y aurait sans doute moyen qu'elle puisse justement tenir dans une valise. Après, c'est pas dit qu'elle apprécie de voyager comme ça.

Non puis d'un autre côté, faut qu'il la garde un minimum à l’œil cette petite créature attachante. Elle serait capable de tomber sur quelqu'un de bien et disparaître avec. Le genre de chose qui ferait chier Darek au demeurant. Non, faut s'assurer qu'elle reste habituée à avoir des salauds dans son entourage. Tant qu'elle apprécie un minimum leur compagnie, ça lui laisse ses chances.
Au tour du Régnant de déglutir cette fois. Parce qu'après ce qu'il venait de balancer, il se sentait plus ou moins obligé de rattraper ça d'une façon ou d'une autre. En lui disant quelque chose qui ferait comprendre qu'il tient à elle. Un truc gros. Un truc qui lui dirait qu'elle lui a manqué, qu'il veut à tout prix qu'elle ne disparaisse plus de son entourage. Mais il ne savait pas vraiment comment formuler ça. Lui dire qu'il a besoin de l'avoir près de lui ? « Besoin », c'est plutôt le mot qui collait en fait. Sauf que voilà, sur papier, le Régnant n'a besoin de rien ni personne. Et côté vulnérabilité, ça en affiche pas mal tout de même, de quoi le mettre mal à l'aise pendant quelques décennies.

Du coup, est-ce qu'il en était seulement capable ?

« I need you... »
Oui, il l'a dit en anglais. Elle comprendrait de toute façon. Même s'il n'avait pas son accent juste impossible à identifier aux yeux de Darek, elle comprendrait. Sa voix avait légèrement tremblé lorsqu'il avait prononcé ces mots. C'est pas le genre de chose auxquelles sa royale personne et son ego son habitués pour être franc. Seulement, là, celle qu'il aimait avait un gros besoin de sentimentalisme il semblerait, alors il faisait des efforts. Qu'on vienne pas mettre en doute ce qu'il ressent pour elle après ça, car jamais il n'irait jusqu'à dire ces choses là à quelqu'un d'autre, sous aucun prétexte.
Le voilà qui pose son autre main sur la hanche de la chimère pour avoir ses deux bras autour d'elle. Ses doigts se crispèrent légèrement. Apparemment, il n'avait pas fini :

« So... please, don't leave me and be mine someday. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mar 24 Jan - 11:33

Les paupières toujours aussi obstinément closes, la petite Winchester tripotait nerveusement ses genoux de toute la force herculéenne de ses minuscules pouces. Non, elle n'avait pas tenu le coup : l'anticipation l'avait de nouveau poussée à tracer des motifs abstraits sur la peau d'albâtre qui recouvre ses pauvres rotules. Faith était incroyablement tendue à l'idée d'éventuellement devoir affronter l'une des fameuses réactions brutales de Sa Majesté. Oui, bien sûr, il avait sût contenir sa colère, un peu plus tôt ... Mais lorsque la Chimère se retrouvait en sa glorieuse présence, peu importe les circonstances, elle ne pouvait tout simplement pas s'empêcher d'être sur le qui-vive. Même lorsqu'elle est dans ses bras ... Surtout lorsqu'elle est dans ses bras, en fait. Va savoir pourquoi.

Mais oui, en effet : de l'anticipation. La petite ne savait pas du tout comment le demi-démon allait réagir, surtout après ce qu'elle venait de dire ... Non, à vrai dire, elle ne le savait jamais. Jamais. Ça avait le don de rendre la chimère folle, de toujours tenter d'imaginer ce qui allait se passer ensuite et d'échouer lamentablement à chaque fois. Cruelle anticipation.

« Hein ? B-bien sûr que j'étais inquiet. »

Oh. Voilà que la jeune femme se fige, ses ongles délicats à présent pincés par dessus la peau légèrement rougie de ses genoux. Déconcertée.

J'apprécie vraiment cette délicate attention, cher compagnon RP, mais je n'aime malheureusement pas assez les balises de mise en forme pour m'émoustiller devant une phrase dénuée de sens ! ...

« N'importe qui serait mal de ne pas pouvoir garder un œil sur ses affaires. »

Voilà que la petite Winchester relevait la tête, comme pour jeter un regard confus au Régnant ... Mais échoua lamentablement dans sa tentative, se retrouvant nez-à-nez avec son menton. Bon, d'accord. Dans le cas présent, nez-à-menton serait plus approprié comme expression, mais passons. Un détail frappa la créature avec plus de force qu'elle n'aurait voulu l'avouer : Dharc avait détourné la tête. Encore. Comme s'il fuyait le regard de la pauvre petite Chimère. En y pensant, ça arrivait plutôt souvent, que l'hybride regarde ailleurs au lieu de croiser son regard. Pourquoi ? ... Pourquoi, est-ce qu'il fuyait son regard comme la peste ? ... Elle va sûrement finir par penser que ses étranges yeux le dégoûte.

Non, en fait. Il est trop tard ; elle le pense déjà.

Donc, elle se contenta de pousser un minuscule soupir au creux de son cou, sans un mot. C'était ténu, et elle espérait franchement qu'il ne l'avait pas entendue. rabaissant petit à petit son grand regard confus vers le sol, son nez longeant la carotide du Maître des Enfers.

« I need you... So... please, don't leave me and be mine someday. »

Rit. Faith en aurait rit, si ce n'était pas de cette impression de déjà vu. Ce sentiment d'impuissance face à la situation, cette nausée incontrôlable. C'était exactement comme il y a un an, à la boutique. Misérable.

... Et pourtant, elle s'abandonnait quand même au contact de sa main posée sur sa hanche ; au subtil parfum démoniaque qu'il dégageait.

À bien y penser, à chaque fois que son regard ambré se posait sur lui, la peur remontait du plus profond de ses entrailles. À mot, chaque geste, la terreur se liquéfiait un peu plus, se répandent douloureusement dans tout son être. Et, comme si elle se noyait, cette sale bête tentait désespérément de trouver un point d'encrage à travers toute cette folie avant d'être submergée ... Point d'encrage qui finissait toujours par être la source même de ce flot de peur.

Misérable.

C'était bien le mot.

« Tes ... Affaires ? ... »

Un murmure, une pointe d'hésitation dans la voix. La petite Winchester releva lentement la tête, quittant à contrecoeur la chaleur du torse du Régnant, pour ensuite l'appuyer au mur sur lequel elle était adossée.

« C'est ça, que tu voulais dire, quand t'as dit que je suis pas facile à remplacer ? ... »

Aimer comme on apprécie un livre, une peluche, un crayon. Avoir besoin d'elle comme on a besoin d'une chaise, d'une lampe, de chaussures.

... Au fond, le problème, avec ces deux là, ce n'était pas une question d'aimer ou de ne pas aimer. C'était la définition même d'aimer.

« Comme une ... Possession ? »

Sa voix se perdit quelque part au fond de sa gorge lorsqu'elle souffla ces derniers mots, incrédule. Voilà. Elle a encore tout compris de travers. Pourquoi ? ... Pourquoi, est-ce qu'il faut toujours qu'elle bute comme ça, sur des détails ?

Naïve. Faith se sentait tellement, tellement naïve. Elle aurait voulu ... Elle n'en sait trop rien, en fait.

Oui. Oui, elle voudrait être capable de le voir, de lui parler. Juste parler. Des heures et des heures. Comme ils le faisaient, avant. Autant qu'elle voudrait qu'il disparaisse de sa vie.

Oui, elle voudrait être capable de le toucher. Lui cracher au visage. Le prendre dans ses bras. Le giffler.

Elle voudrait que lui aussi, soit capable de la prendre dans ses bras.

Sans la frapper, sans la pousser.

Sans la couvrir d'ecchymoses.

Doucement.

... Mais ils en étaient tout simplement incapables. Et étrangement, ça lui broyait le coeur aussi sûrement qu'un étau.

... Tiens. Maintenant elle fait mine de se dégager. La situation était ambiguë. Beaucoup trop ambiguë.

Derniers soubresauts de résistance.


Dernière édition par Otona Faith le Mar 7 Fév - 18:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Lun 30 Jan - 10:17

Oh, c'était quoi ce soupir ? Non, Darek n'a pas entendu Faith lorsqu'elle a soupiré. Il est grosbill, mais sans doute pas à ce point. En fait, il a surtout senti le souffle de la chimère au creux de son cou. Pour tout vous dire, la sensation en elle-même était loin de lui avoir déplu. Il en a même eu des frissons dans le bas du dos. Allez savoir comment ça s'est connecté dans cette immense boule de nerfs qu'est le Régnant pour qu'un souffle dans le coup lui provoque des frissons en bas du dos, mais c'est l'effet que ça lui fait.
Le problème, c'est qu'aussi agréable que cela puisse être, un soupir au milieu d'une conversation, même aussi discret que celui-ci, c'est en général assez mauvais signe...

« Tes ... Affaires ? ... »
L'hybride roula des yeux. Ça n'avait pas raté : un mot mal choisit, un soupir, et ça part en sucette. Non, pas ce genre de sucette là, bande de gros dégoûtants. Celles-ci arrivent justement quand on a bien choisi ses mots, ici c'est l'inverse. Ah, les femmes, toujours à bloquer sur le moindre détail et à vous reprocher les mots qu'on emploi.

Même si, il fallait l'admettre, Darek était conscient que d'avoir présenté les choses ainsi n'était pas très malin.

« C'est ça, que tu voulais dire, quand t'as dit que je suis pas facile à remplacer ? ... »
Au tour de l'hybride de soupirer cette fois-ci. A la différence que lui, il ne s’embarrasse pas avec la discrétion et pousse un bon gros soupir bien bruyant de sa voix rauque. Non, sérieusement, pourquoi il l'aime déjà ? Elle est immature, imprévisible, désordonnée, trop curieuse, fais chier son monde pour des petits détails, et j'en passe. Non, vraiment, elle est blindée de défauts cette femme là.

Le problème, c'est que chez elle, même les défauts étaient plaisants.

Non Winchester, si tu n'es pas facile à remplacer aux yeux du Régnant, c'est parce qu'il te voit comme un être unique qu'il aimerait pouvoir préserver, parce que tu es la meilleure chose qui lui soit arrivée – même s'il n'aurait jamais pensé ça ce fameux jour où tu l'as attaqué dans la forêt – parce que t'es la seule raison qui l'empêche de péter un câble et de tout détruire à cette époque car il n'arrive pas à retrouver ses pouvoirs, parce que tu es la seule pour qui il aimerait faire quelque chose de bien, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie.

Parce que tu es irremplaçable.

Mais au fond, c'est pas comme s'il y avait la moindre chance qu'il t'explique tout ça. Déjà, à l'époque où vous étiez ce qu'il considérait comme plus ou moins des amis, il ne te l'aurait pas dit, alors maintenant...

« Comme une ... Possession ? »
Quelqu'un de gentil aurait expliqué qu'elle se faisait de fausses idées, qu'en réalité il tenait vraiment à elle mais qu'il se cachait derrière cette façade d'insensible pour se protéger d'un nouveau rejet. Quelqu'un de bien l'aurait laissée se dégager pour ne pas la brusquer. Quelqu'un de patient aurait gardé son calme et expliqué sereinement qu'elle se faisait de fausses idées.

Mais Darek, lui, n'est ni gentil, ni bon, ni patient.

« Tsh ! »
Le Régnant lâche la chimère une fraction de seconde, le temps de prendre appuis sur ses mains pour se remettre sur ses pieds, puis passa ses bras dans le dos et sous les genoux de la créature, avant de se lever tout en la soulevant, la tenant fermement pour qu'elle ne puisse pas se dégager de force. Après quoi, il lui lança un regard intimidant – de ses yeux désormais redevenus démoniaques – et lui murmura ces quelques mots :

« Et si je nous téléportais en enfer, comment compterais-tu t'échapper ? »
Gros coup de bluff bien sûr. Même si le Régnant semble pouvoir se déplacer sur de longues distances à travers les ombres, c'est loin d'être aussi simple que ça. Ses possibilités sont même très restreintes car ce n'est en réalité pas un de ses pouvoirs. Mais cela, bien entendu, la chimère n'est pas obligée de le savoir.
Il resta ainsi quelques instants, à la regarder droit dans les yeux avec le plus grand sérieux du monde. Puis, soudain, les pupilles de l'hybride se dilatèrent et ses iris retrouvèrent une couleur rouge sang. Il lâcha alors les jambes de sa captive, continuant cependant de retenir son dos. La gravité fit son œuvre : les jambes de Faith tombèrent vers le sol tandis que le haut du corps resta à sa position, et elle finit debout.

Darek la lâcha alors complètement, puis lui tourna le dos pour aller s'adosser sur une des étagères d'en face. Reprenant d'un air détendu accompagné d'un léger haussement d'épaule.

« Tu vois ? Si ce n'était qu'une question de te posséder comme un objet, la question aurait été réglée depuis longtemps. »
Il aurait pu simplement la rassurer en lui disant clairement qu'il ne la voyait pas simplement comme un objet, mais ce n'était pas son genre. Le genre de Darek, c'est de montrer à quel point il est si simple pour lui d'imposer ses choix à quelqu'un, de prendre quelque chose sans demander la permission, de régler ses problèmes par la force. En clair, de faire comprendre à Faith qu'il pourrait la kidnapper à tout moment, mais qu'il ne le fait pas, car ce n'est pas ce qu'il veut. L'idée n'était pas très rassurante, mais elle avait le mérite de mettre les choses au point concernant les intentions du Régnant.

Régnant qui, une fois adossé en face de la chimère, fit mine de surveiller le bout du couloir pour ne pas avoir à croiser de nouveau son regard. Disons qu'il n'avait pas vraiment envie de voir la réaction qu'elle aurait à ce qu'il était sur le point de dire :

« De toute façon, qu'est-ce que ça peut te faire la façon dont je te vois ? Ce n'est pas comme s'il y avait quelque chose entre nous... »
Il avait beau tenter de jouer les indifférents à ce sujet, on sentait tout de même dans le ton de sa voix que ce constat le faisait particulièrement chier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mar 31 Jan - 14:21

C'est une Faith toute déboussolée qui se retrouva debout, quelques pas devant le Régnant des Enfers, à l'endroit même où il l'avait posée quelques secondes plus tôt. Les lèvres entrouvertes, la gorge palpitante comme un petit oiseau effrayé, la Chimère cherchait de ses grands yeux ambres le regard de Dharc, qui avait de nouveau détourné la tête. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il faisait toujours ça ? ... Surtout que, là, adossé à l'étagère comme ça, il perdait quelques centimètres en hauteur ... Et elle pourrait facilement faire un pas vers l'avant, tendre le bras et repousser quelques mèches de ses cheveux d'un blanc impeccable qui lui retombaient sur le visage ...

Non. Non, tu ne vas pas faire ça, Faith. D'ailleurs, tu as à peine remué le bout des doigts en y pensant, et déjà, ta main se retrouvait dans ton cou, comme pour le grattouiller nerveusement.

D'ailleurs, maintenant que sa paume se retrouvait là, la créature ne pu s'empêcher de froncer imperceptiblement les sourcils en sentant son pouls affolé sous ses doigts frêles.

Ok, ça suffit, Faith. Garde ton calme. C'est ça, concentre-toi sur autre chose. Comme enfiler tes chaussettes et sauter dans tes bottillons, par exemple. De toute façon, être nue pieds dans une bibliothèque, ce n'est pas très propre. Tiens, voilà qu'elle s'inclinait vers l'avant pour attraper ses chaussettes froissées à l'intérieur de sa botte gauche.

« De toute façon, qu'est-ce que ça peut te faire la façon dont je te vois ? Ce n'est pas comme s'il y avait quelque chose entre nous... »

La petite Winchester tressauta lorsque le Régnant prit de nouveau la parole. La boulette que formaient ses chaussettes glissa d'entre ses doigts, pour ensuite tomber mollement à ses pieds. Toujours penchée vers l'avant, la vipère gardait les yeux fixés sur ses pieds nus, dont les ongles étaient maladroitement vernis d'un rouge cramoisi.

Pourquoi est-ce qu'il employait un ton si agressif ?

... Non, en fait, pourquoi est-ce qu'il disait ça ?

Comme ça ?

Comme si elle n'était rien ?

Rien du tout ?

« Qu'est-ce que ça peut me faire ... ? »

Après quelques secondes de latence, les paupières de Faith papillonnèrent par-dessus ses grands yeux confus, puis elle s’empara de nouveau de ses chaussettes en mordillant légèrement l'intérieur de sa tendre joue. Oui, elle était de nouveau en train de s'acharner à les enfiler, comme si se concentrer sur quelque chose d'autre pouvait l'aider à ne pas craquer encore une fois.

Une grande inspiration, un ton incertain.

« T'as raison, Dharc. Il n'y a pas de 'entre' ... Il n'y a que le 'nous'. »

Voilà, à présent, ses pieds ne sont plus nus. Maintenant, il faut s'attaquer aux bottillons.

Courage, petite Faith.

« Un 'nous' sans étiquette prédéfinie pour le délimiter. »

Un nous qui se retrouve un peu trop souvent face à lui-même, à s'exaspérer de la bêtise de l'autre alors qu'en fait, il ne s'agit que du reflet de ses propres défauts.

Tiens, c'est fait. Ainsi chaussée, la voilà qui s’avançait d'un pas léger vers Sa Majesté nonchalamment adossée en face d'elle.

« Mais de dire que tout ça, dit-elle en accompagnant ses paroles d'un grand mouvement de bras comme pour désigner la situation, ça ne veut rien dire ... De dire que ça, ajouta-t-elle en posant sa paume sur le coeur de l'hybride, c'est rien ? Non. J'y crois pas. »

Petite voix. Toute petite voix.

... Même qu'elle cherche toujours le regard de Dharc de ses grands yeux confus.


Dernière édition par Otona Faith le Sam 4 Fév - 7:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mer 1 Fév - 12:03

« Qu'est-ce que ça peut me faire ... ? »
L'hybride jeta un regard en coin à la chimère. Ses yeux ayant retrouvé une apparence humaine, il aurait été facile d'y lire toute l'animosité dont ils étaient imprégnés. Le genre de regard qui glacerait le sang de n'importe qui, et de faire comprendre à quiconque – même les plus inconscient – qu'il vaut mieux qu'ils fassent attention à ce qu'ils sont sur le point de dire. Fait attention Faith, t'es en train de toucher la corde sensible.

La voilà qui se met à s'agiter en balançant tout ce qu'elle a sur le cœur. Comme cette fois, à l'infirmerie. Ça ne c'était pas très bien terminé d'ailleurs. Darek, sentant qu'il commençait à bouillir de l'intérieur, se mordit l'intérieur de la lèvre pour rester stoïque.
Elle faisait quoi avec ses chaussettes là ? Elle comptait pas se barrer tout de même ? Alors c'était quoi le plan ? Le fuir à nouveau pour disparaître un an ? Voire plus ? Hors de question qu'il te laisse faire. Il ne sait pas encore comment te retenir sans recourir à la force, mais il trouvera bien.

« T'as raison, Dharc. Il n'y a pas de 'entre' ... Il n'y a que le 'nous'. »
Non Winchester, il est justement là le problème, il n'y a pas de 'vous'. Pas le 'vous' que Darek souhaite en tout cas. Il n'y a que 'toi' et 'lui', ainsi qu'un lien étrange vous reliant qui n'a de cesse de disparaître, de changer de nature, de revenir de plus belle, pour changer de nouveau avant de se briser juste pour renforcer ce foutu chaos dans vos têtes et vos cœurs qui n'a de cesse de vous tourmenter.

« Un 'nous' sans étiquette prédéfinie pour le délimiter. »
« Tsh ! »
Le Régnant détourne à nouveau le regard. La faute à qui ma grande ? De ce qu'il sait, lui, il a toujours été clair avec toi. Tu le sais qu'il t'aime, depuis longtemps même. Et au final, il pourrait s'en contenter si tu n'avais de cesse de lui faire miroiter un possible quelque chose entre vous avant de prendre peur et de fuir. Comment veux-tu qu'il parvienne à tourner la page si tu passes ton temps à le laisser t'approcher ? Comment veux-tu qu'il oublie ton odeur alors que tu es constamment dans ses bras ?

Si 'vous' n'avez pas d'étiquette, c'est entièrement ta faute, à toi et ta dépendance affective qui nourrit l'espoir dans cette espèce de chose douloureuse dans sa poitrine.

« Mais de dire que tout ça, ça ne veut rien dire ... De dire que ça, c'est rien ? Non. J'y crois pas. »
Le regard du semi-démon se posa sur la main que Faith venait de poser sur sa poitrine, et senti son cœur se serrer davantage. Pourquoi ? Pourquoi fallait-il que tu mettes ça en évidence ? Tu sais pourtant bien qu'il n'a jamais aimé qu'on lise en lui si facilement, qu'il déteste se sentir aussi vulnérable...

« "Sans étiquette prédéfinie" ? Te fous pas de moi... »
Pas d'explosion de rage, pas de chimère qui vole à travers de la pièce, pas de hurlements jusqu'à s'arracher les cordes vocales. Juste... une sorte de désespoir, une voix sombre, sortant péniblement de cette gorge serrée. Le démon attrapa le poignet de Faith et l'écarta pour séparer sa main de son torse, les yeux fixant désormais le sol. Il commençait à être fatigué de tout ça.

« J'ai toujours été clair concernant mes sentiments pour toi. Si les choses ne sont pas bien définies, c'est à cause de toi. Toi qui me laisses t'approcher, qui me remercie de t'aimer, qui te blottit dans mes bras alors que tu as peur de moi. »
Garde ton calme Darek, serre les poings. C'est peut-être douloureux de t'exposer comme ça, mais si tu n'essaie pas au moins de lui dire tout ça calmement, tu va devenir fou pour de bon.

« Tu passes ton temps à me laisser espérer, au point que je ne sais même plus s'il y a vraiment une chance qu'il y ait vraiment un 'nous', au point que je n'arrive même pas à abandonner. »
Les yeux reprirent leur aspect démoniaque, hors de question de laisser à Faith l'occasion de lire le désespoir dans ses yeux, pas au moment où il les relève vers elle. Son égo ne supporterait pas de la voir éprouver de la pitié à son égard.

« T'as une idée du nombre de fois où j'ai espéré que tu te contentes de me haïr pour que ce soit plus simple ? Je préfère de loin la douleur d'être détesté par toi que celle que j'ai quand tu es contre moi en sachant que ça ne durera pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: Long Live the King   Sam 4 Fév - 7:47

La main de Faith retomba mollement, comme brûlée par ce contact tout bête que l'hybride venait de lui refuser. Déboussolée, elle recula d'un pas, son regard restant tout de même accroché aux iris rougeâtres que Dharc venait de détourner à nouveau.

Ça y est. Elle a encore dit quelque chose de mal. C'est toujours le cas lorsqu'elle ouvre la bouche devant le Maître des Enfers, d'ailleurs. Non, en fait ... Peu importe ce qu'elle fait en sa présence, c'est toujours mal. Quand elle parle, il lui fait ravaler ses mots. Lorsqu'elle le touche, il devient fou. Et si elle prend ses distances ... Il le prend comme un affront.

Un rôle. Faith avait l'impression qu'on lui imposait un rôle.

Comme si elle n'avait tout simplement pas le choix d'être la seule chose hors de la portée du futur roi du monde.

... Tu disparais de sa vie comme un voleur et tu reviens comme si de rien n'était, avec un visage qui lui est inconnu, un timbre de voix plus rauque, un regard si dur ... Et un comportement qui lui est tout sauf familier. Et tu voudrais reprendre une place dans la vie de cette petite créature, comme si de rien n'était ?

T'es au courant que les seuls points de repère de Faith, dans ça, ce sont quelques « Tsh » de temps en temps et cet espèce de mépris constant dans ta voix ? ... Ce sont les seuls points communs qu'il te reste avec le Darek qu'elle a connu.

Elle ne te connait plus, Dharc.

Plus du tout.

Le pire dans tout ça ... C'est qu'elle n'avait pas son mot à dire. Surtout pas après tout ce qu'elle lui a fait subir.

... C'est une bien lourde tâche pour un si petit monstre, d'être aimé par le Régnant.

La petite Winchester blêmit lorsque le regard de l'hybride se posa de nouveau sur elle. Pourquoi est-ce que ses yeux ont repris leur aspect démoniaque ? ... Étrangement, ce regard et ces paroles lui avaient fait l'effet d'une douche froide.

Il avait raison. Encore une fois.

Tout était de sa faute.

« Pardon. »

... Tiens, c'est au tour de la Chimère, de baisser les yeux. Pas vraiment pour dissimuler son regard à l'homme qui lui faisait face, mais plutôt pour s'interdire de continuer à l'observer.

Un faible sourire étira ses lèvres, puis s'estompa aussitôt.

« J'arriverai probablement jamais à te détester. »

Ça y est.

Cette nausée incontrôlable qui l'avait submergée la dernière fois était revenue en force.

Parce que chaque parcelle son être la dégoûte un peu plus à chaque jour.

... Va-t'en, Faith. Va-t'en. Tu t'enfonces à chaque mot prononcé, à chaque bout de doigt remué. Va-t'en.

C'est ça, tourne-lui le dos, va ramasser ton écharpe, par terre. Enroule-la autours de ton tout petit cou sans un mot. Va-t'en.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Sam 4 Fév - 11:43

CRACK!
Non, le cœur de Darek ne venait pas de se briser. Quand bien même ce genre de chose arriverait, ce ne serait certainement pas ce bruit là qu'on entendrait le premier. Ce son, c'était celui qu'avait produit le bois d'une étagère alors que le poing du Régnant s'enfonçait dedans jusqu'à la moitié de l'avant-bras. Quelques livres lui tombèrent d'ailleurs dessus à cause de la secousse. Mais ça, pour ce qu'il en avait à foutre...
Il resta ainsi quelque secondes, immobile, bras tendu sur le côté, tête penchée en avant, mâchoires serrées, regard braqué sur le sol. Voilà, il était là le problème : elle lui dit qu'elle ne pourra jamais le détester pour le fuir l'instant d'après. Alors quoi ? Elle avait peur de lui ? Jusqu'ici il pensait pourtant avoir fait des efforts pour ne pas céder à la colère au cours de cette conversation, non ?

Ou alors, c'est qu'il la répugne...

« Tsh ! »
L'hybride retira son bras de l'étagère, faisant tomber de nouveaux ouvrages sur le sol, accompagnés de gouttes d'un épais liquide noirâtre qui sortait de ses phalanges. Il avait oublié de renforcer ses doigts avant de frapper. Mais remarque, il s'en foutait peu, il n'avait rien senti. D'ailleurs, vu comme il ne refermait pas immédiatement ses plaies, c'était à se demander s'il s'en était rendu compte.

En revanche – vu comme elle semblait s'être arrêtée – la chimère, elle, n'était clairement pas restée indifférente à cet acte de violence. Au fond, il était peut-être là le problème aussi. Peut-être que si elle agissait de façon si ambiguë, c'était peut-être tout simplement parce qu'elle ne savait pas quoi faire. Un jour, il est juste odieux, l'autre il est violent, un moment il la serre dans ses bras, le suivant il essaie de l'étrangler.
Le Régnant serra son poing ensanglanté. Une bête, il était devenu une bête. Un animal féroce guidé par ses pulsions qui sort les crocs à la moindre blessure, sans le moindre avertissement.

Mais elle, elle pouvait comprendre ça, non ? Alors pourquoi elle joue avec ses nerfs comme ça ? Pourquoi est-ce qu'elle s'excuse auprès de lui pour le fuir derrière ? D'ailleurs, elle compte disparaître combien de temps cette fois ? Une semaine ? Un an ? Deux ? Plus ? Hors de question qu'il la laisse faire. Tu ne peux pas dire à quelqu'un que tu ne le détesteras jamais et lui faire une chose pareille.
Le semi-démon s'avança à grands pas en direction de la chimère, bouillonnant de l'intérieur. Au fond, il ne savait même pas ce qui l'énervait le plus, lui ou elle. Il était juste.. en colère. Parce qu'elle n'était pas claire, parce qu'il n'arrivait pas à se contrôler, parce qu'elle ne comprenait pas, parce qu'elle ne le laissait pas comprendre, parce qu'ils agissaient de la même façon chacun de leur côté pour au final se plaindre de l'autre.

Parce qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il lui ferait une fois arrivé jusqu'à elle avec un tel niveau de rage, et qu'il s'en voulait déjà.

Il sait juste qu'il doit faire quelque chose pour la retenir, qu'elle ne disparaisse pas de nouveau pendant une durée indéterminée en le laissant se demander chaque seconde s'il pourra la revoir un jour.

Le voilà qui a enfin atteint la chimère. Elle prend peur, ferme les yeux, se protège. Ça l'énerve. Il l'attrape par le bras et la rapproche de lui. Elle se débat. La colère monte encore d'un cran. Il passe sa main blessée derrière sa taille, l'autre derrière sa tête, puis lui fait perdre équilibre en la faisant basculer vers l'arrière pour lui empêcher toute retraite possible. Cette fois, tu t'échappes pas. S'il le faut, il te brise les jambes, mais tu restes.
Il la retient de tomber à l'aide de ses bras. Elle tremble, garde les yeux fermés, comme attendant péniblement les coups de Régnant. Voilà qu'elle n'ose même plus le regarder maintenant. Ça le met hors de lui. Il serre les dents. Il hésite...

Puis l'embrasse.
Soyons honnêtes, ce n'est pas un baiser des plus doux et attentionnés de la création. Disons que c'est plus quelque chose de.. puissant ? Bestial ? Le genre de chose qu'on arrache à quelqu'un qui nous énerve plus que tout, mais qui nous attire malgré cela, sans qu'on puisse rien y faire. Alors on essaie de faire passer cette colère dans un baiser, parce qu'au fond on arrive pas à faire autre chose, et ça nous énerve encore plus.

A moins qu'au fond, il la savait perdue alors voulait tenter le tout pour le tout, quitte à juste finir avec le goût de ses lèvres en guise de dernier souvenir...

Notons cependant que cette fois, au moins, il a fait l'effort de placer ses bras de sorte à ne pas écraser ses ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: Long Live the King   Sam 11 Fév - 13:55

Faith tressaillit lorsqu'elle entendit le poing du Régnant s'abattre sur une étagère, derrière elle. Ça y est. Elle a encore dit un mot de trop, elle a encore fait quelque chose de mal. Déjà, elle entendait les pas lourds de Dharc qui s'approchait dans son dos, à travers les derniers bouquins qui s'écrasaient sur le sol pour rejoindre ceux qui étaient tombés un peu plus tôt. Ça y est. Figée sur place, la créature sentit son rythme cardiaque s'affoler, pressentant le danger qui découlerait inévitablement de cette situation.

Comme pour confirmer sa pensée, l'hybride attrapa brusquement son bras pour la rapprocher. La bestiole hoqueta de surprise, paniquée, puis ferma les yeux, tentant tant bien que mal de se dégager de là ... Mais Son Altesse ne l'entendit pas de cette oreille. Au contraire, il en profita pour passer ses bras derrière elle et la faire basculer sur le côté.

Non. Non. T'as pas le droit, Dharc. T'as pas le droit de faire ça. Non. Tu vois pas, qu'elle s'oppose de tout son être à ce que tu t'apprête à faire ? Tu la vois pas, qui se débat ? Qui te martèle de ses petits poings chétifs ? Qui tremble ? Tu peux pas être aussi aveugle, non ? Tu vas quand même pas ... Non.

Le coeur de la petite Winchester manqua un battement lorsque le Maître des Enfers écrasa avec force ses lèvres contre les siennes.

Ce baiser n'avait rien de tendre ni de doux. Il était comme lui.

Remplis de rage et de rancoeur.

Tu veux vraiment jouer à ça, Dharc ? ... Tu veux vraiment jouer à la bête ?

La sale bestiole glapit de surprise à travers ses lèvres obstinément closes, essayant de plus belle de repousser Sa Majesté. Comme ses petits poings ne semblaient pas venir à bout de lui, elle plaqua ses deux paumes sur son torse, poussant de toutes ses forces. Si seulement elle arrivait à reprendre son équilibre, elle pourrait lui écraser les orteils, lui donner un coup de pieds ... Elle pourrait faire n'importe quoi, mais faire quelque chose, au moins. Mais elle en était incapable. La panique l'empêchait de reprendre pieds, et ses bottes continuaient de glisser piteusement sur le sol. Encore. Et encore.

Alors, les doigts de la Chimère remontèrent vers le cou du Régnant, juste sous son oreille droite ... Et griffèrent. Lentement. Violemment. Ils griffèrent cette seule portion de peau nue à portée de la créature avec la ferme intention de la lacérer ; de faire souffrir le démon autant que possible.

Les ongles terminèrent leur course près de la clavicule gauche du Maître des Enfers, puis ... Plus rien. Juste un long gémissement résigné qui s'échappait de ses lèvres à présent entrouvertes ; une main qui remonte délicatement pour se poser sur la nuque de Dharc.

Puis, doucement, la jeune femme lui rendit son baiser. Lentement. Tendrement.

Oui. Elle est aveugle. Stupide.

Mais pas assez pour ne pas percevoir la détresse et la tristesse que l'hybride avait mis dans son geste. Pas assez pour ne pas y être sensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Lun 13 Fév - 11:07

Les tentatives de la chimère pour repousser le Régnant étaient aussi vaines que douloureuses. Oui, ça faisait mal. Mais la plus grosse douleur n'était pas physique, encore que sentir sa peau partir en lambeau, emportée par les ongles de Faith, n'était pas non plus une sinécure. Mais les blessures physiques, il savait endurer, il dirigeait les enfers après tout, c'est pas comme être directeur du Club Med non plus. Et honnêtement, Darek s'inquiétait plus du risque de morsure que de phalanges enfoncées jusqu'aux cervicales. Même s'il savait qu'elle n'oserait jamais arriver à de telles extrémités, tout du moins c'est ce qu'il osait espérer. Remarque, ce serait une belle mort...
Non, le problème, c'est tout ce que reflétait ce rejet.

Elle ne le comprenait pas.
Elle n'y arrivait pas.
Ils étaient bien trop différent pour y parvenir.
Il ferait mieux d'abandonner.

Au fond, c'est ce qu'il avait déjà fait. C'est pour cela qu'il était en train d'embrasser la chimère de force, pour prendre un semblant de souvenir avec elle avant de s'en aller, encore. Et... Hein ? C'était quoi ça ?
Alors qu'il s'apprêtait à se séparer des lèvres glacées de Faith, ces dernières s'entrouvrirent pour lui rendre son baiser avec tendresse. Comme d'instinct, le Régnant s'adoucit, relâchant la terrible pression qu'il utilisait pour retenir la femme contre lui. Il eut alors tout le loisir d'apprécier son odeur, le contact de ses doigts parcourant sa clavicule pour remonter jusqu'à sa nuque tandis qu'il plongeait sa propre main dans la chevelure de la chimère... La sensation des lèvres de cette dernière qui se réchauffaient au contact des siennes.

Puis, luttant contre le flot de passion dévorante qui commençait à l'envahir, il mit fin au baiser, emportant un dernier morceau à travers un léger mordillement de la lèvre inférieure, puis la dévisagea, haletant, hagard, ses pupilles démoniaque dilatées tandis qu'il plongeait son regard dans le sien.

Au fond, ça lui allait bien d'être une créature qui n'aurait jamais dû exister. Elle était bien trop belle pour que ce monde la mérite.

« 'Taku, râla-t-il avec un léger tremblement dans la voix, qu'est-ce que c'était que ça ? »
Il redressa la chimère, avant de s'adosser de nouveau à l'étagère, puis commença à se laisser glisser jusqu'à se retrouver au niveau du sol. Il se passa la main sur le visage, prit d'un soudain coup de fatigue. C'est ça, il avait dû s'endormir quelque part et avait rêvé de ce moment. Pourquoi elle lui aurait rendu son baiser autrement ? Surtout un baiser pareil...

Il n'en pouvait plus, il ne savait ni quoi faire, ni comment réagir. Il ne savait pas tout ce que cette réaction pouvait bien vouloir dire. Est-ce que c'était qu'un prolongement de cet éternel jeu du chat et de la souris ? De la pitié à son égard ? Fait chier. C'était chiant. Il avait envie que ça s'arrête. Il avait envie que ce soit plus simple. Tout était trop ambigu, trop confus. Il n'avait aucun moyen de savoir comment la situation pouvait évoluer, et cela faisait trop longtemps qu'il n'avait plus ressenti ça. Il se sentait... vulnérable ?

Il avait horreur de ça.

Et en plus, son costume était taché.

Non mais c'est vrai quoi, entre le sang de sa main droite et celui qui coule le long de son cou, ça tâche. Surtout que – croyez moi – le sang du Régnant c'est loin d'être le plus facile à enlever du monde. Encore que ça, c'était visiblement secondaire (et heureusement, ça montre qu'il y a encore un minimum de sens des priorités dans ce cerveau tout sauf sain) vu qu'il ne semblait même pas s'en préoccuper au point de refermer ses blessures.

« Du coup, lâcha-t-il en relevant les yeux vers elle, nous, c'est quoi au juste ? Je veux dire... »

Son regard se tourna de nouveau vers l'étagère d'en face.

« Si tu y tiens, je pourrais te faire l'honneur de parcourir un bout de chemin avec toi. »
Sourire en coin de Sa Majesté qui retrouve un peu de sa superbe. L'hôpital qui se fout de la charité. C'est toi qui passe ton temps à lui courir après. Et si tu n'étais pas un démon à l’ego plus déplacé encore qu'un nourrisson dans une étable, tu admettrais volontiers que c'est elle qui a toutes les cartes en main, et que tu te sentirais de loin le plus privilégié des deux.

Et oui, il pose la question parce qu'il n'en a franchement aucune idée. Les histoires de couple, il n'a jamais été doué pour gérer ça. Chacun ses faiblesses, bon. Lui, au moins, il n'a pas peur des nouilles ou de ses propres ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 09/08/2008
▬ MESSAGES : 3178
▬ LOCALISATION : Off the Map.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : We All Want A Happy Ending


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mar 14 Fév - 12:04

« 'Taku, qu'est-ce que c'était que ça ? »

Tu veux vraiment une réponse à ça, Dharc ? Vraiment ? ... Honnêtement, elle n'en savait rien. Du tout. Même que ça la surprenais autant que toi, tout ça. Peut-être même plus. D'ailleurs, c'est pour cette raison que Faith contemple le vide de ses grandes prunelles dorées, immobile : un sentiment d'irréalisme c'était emparé d'elle face à l'étrangeté de la situation.

... Est-ce qu'elle venait vraiment de lui rendre son baiser ?

Sans que ça soit pour sauver sa peau ou celle de quelqu'un d'autre ?

Vraiment ?

... Oui. Aucun doute, elle l'avait bel et bien fait. Elle pouvait encore sentir la bouche avide du Régnant contre la sienne, sa main perdue dans l'épaisseur de ses cheveux, ses propres doigts qui traçaient des arabesques sur sa nuque ; qui détaillaient son sceau et appréciaient le grain de sa peau.

À cette pensée, les battements de coeur de la créature s'accélérèrent brusquement, puis, lentement, elle remonta ses doigts tremblotant au niveau de ses lèvres encore tièdes.

Cette chaleur ...

« Du coup, nous, c'est quoi au juste ? Je veux dire... »

La Chimère tressaillit comme un enfant prit en flagrant délit, laissant retomber son bras comme si de rien n'était.

Encore une fois, le Régnant la prenait au dépourvu avec ses questions. De sacrées bonnes questions, soit dit en passant.

« Si tu y tiens, je pourrais te faire l'honneur de parcourir un bout de chemin avec toi. »

Songeuse, la petite Winchester enfonça son menton sous son écharpe, sans un mot. Parcourir un bout de chemin, hein ? ... Décidément, il choisissait bien ses mots, ce gros démon. Après tout, pour elle, il pouvait aussi bien s'agir de quelques semaines de sa vie, voir plusieurs années ou quelque chose comme ça ... Mais dans la longue existence du glorieux Maître des Enfers, peu importe si cet épisode prenait une place importante dans la vie de Faith ou pas, ça ne changeait rien. À la fin, ça ne serait ... Qu'un bout de chemin parcouru, de son côté. Un souvenir quelconque dans son bagage personnel.

... Arrête de penser à ça, sale petite bestiole. Tu ne devrais pas te soucier de ça, voyons. Ce n'est pas comme si ... Comme si ...

... Est-ce que tu l'aimes Faith ? Est-ce que tu es amoureuse de lui ?

Tu ne le sais même pas, hein ?

Alors, pourquoi est-ce tu fonds, dans ses bras ? Pourquoi est-ce que ton coeur bat à tout rompre ? Pourquoi est-ce que tu as répondu à son baiser ?

C'est tout simplement parce que cet étrange mélange de peur et de curiosité avait finit par se peaufiner et mûrir en autre chose.

En quoi ? Ça, la Chimère l'ignorait.

Mais elle n'avait plus envie d'enterrer tout ça ; de tout balayer du revers de la main comme un enfant qui refuse de grandir.

Alors, ses iris dorés rivés sur le sol, elle prit une grande respiration pour rassembler son courage.

« ... Si Votre Majesté est d'humeur assez clémente pour permettre pareille chose. »

Non. Faith. Faire preuve de courage et dire ce qu'on pense, ce n'est pas cracher ton sarcasme au visage des autres. Il va croire que tu te moques de lui, là. Même si tu te frottes les mains en fixant le sol comme un enfant qui vient de demander une faveur à ses parents, même si tes oreilles ont rougies sous ton épaisse chevelure désordonnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: Long Live the King   Mar 14 Fév - 17:51

« ... Si Votre Majesté est d'humeur assez clémente pour permettre pareille chose. »
Alors c'était ça ? C'était tout ce qu'elle avait à répondre à ce qui venait de se passer ? On balance des sarcasmes et on ne le prend pas au sérieux ? Et cette façon d'appuyer sur le « Votre Majesté »... On croirait entendre cette insupportable infirmière qui n'a de cesse de lui pourrir l'existence. Non, le puissant maître des enfers ne peut laisser passer ça, cela demande réaction immédiate :

« Oe, s'irrita-t-il, je suis sé–... uh ? »
L'hybride s'interrompit au milieu de ce qui s'annonçait être un beau sermon remplit de divine colère en remarquant le comportement de la chimère. Bizarre, cela n'avait rien d'une attitude moqueuse. Elle semblait au contraire bien mal à l'aise, à se cacher ainsi dans son écharpe, fixant le sol. Ça ressemblait bien plus à de la gêne qu'autre chose. Mais si elle était gênée, cela voulait dire...

… Qu'elle aurait accepté ?

La dentition parfaite du Régnant fit lentement son apparition à travers un sourire satisfait. Darek se leva d'un bond, et s'approcha d'un pas devenu soudain léger. L'homme glissa son index dans l'écharpe de Faith, puis lui fit relever la tête en soulevant son menton. Il plongea alors son regard dans le sien, et lui murmura avec toute l'assurance dont il était capable, c'est à dire au point qu'elle pourrait en suinter des pores de sa peau :

« Une décision que vous ne regretterez point, ma reine. »
Après quoi, il l'embrassa de nouveau, son index longeant le contour de son visage, les autres doigts parcourant le cou, pour se glisser dans sa chevelure en remontant par la nuque. Honnêtement, il n'était pas encore tout à fait certain que c'était bien la réalité. Se dire qu'il était enfin avec Faith, SA Faith, était une information que son cerveau semblait avoir bien du mal à imprimer. Alors il se le répétait en boucle dans sa tête, espérant que son esprit finisse par s'y faire. A lui, elle était enfin à l–.

Une sonnerie vint rompre le charme de l'instant, ainsi que le cours des pensées du régnant, le forçant à quitter les lèvres de sa chimère.

« Tsh ! Quel genre de parasite peut bien s'arranger pour que ça sonne dans un moment pareil ? »
Un auteur qui a besoin de faire une fin à ce RP mon très cher personnage, mais merci du compliment. Et estime-toi heureux car cela aurait pu être pire : ça aurait pu sonner avant que tu ne l'embrasses, ou même que tu aies ta réponse.

L'hybride leva les yeux au ciel un bref instant avant de les fermer. Puis il poussa un profond soupir, venant de réaliser quelque chose de peu agréable : il ne pourrait pas sécher ses propres cours cette fois-ci. Il regarda de nouveau la chimère, son regard – redevenu humain – laissant clairement paraître son agacement.

« Je suis de corvée pour surveiller des examens aujourd'hui. Impossible de me défiler. »
Il sortit un mouchoir de sa poche et commença à essuyer le sang noirâtre qui coulait le long de son cou, sortant d'une plaie qui se refermait à vue d’œil. Après quoi, il tourna le dos à la femme et commença à s'éloigner, en prenant son temps cela-dit.

« On se revoit plus tard. »
Il avait dit cela en adressant un vague signe de la main à celle qui se trouvait dans son dos, juste avant de murmurer pour lui-même :

« Et longue vie à la reine... »
En espérant qu'elle ne se volatilise pas à nouveau, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Long Live the King   

Revenir en haut Aller en bas
 

Long Live the King

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAHORA LIVE!? :: Le Campus de Mahora :: Île-Bibliothèque-
Sauter vers: