MAHORA LIVE!?


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The night is dark and full of terror [FDF]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: The night is dark and full of terror [FDF]   Jeu 31 Mai - 8:32

Summer is coming. Personne ne pourra le nier, la chaleur se fait sentir. Les gens se lèvent plus tôt à cause du soleil, restent éveillés plus tard pour profiter de la fraîcheur de la nuit, se protègent des moustiques comme ils peuvent, et troquent l'eau chaude pour l'eau froide sous la douche.

C'est donc par une de ces belles nuits d'été – suffisamment tard pour que même les tardifs soient rentrés chez eux et suffisamment tôt pour que le soleil mette quelques heures encore à se montrer – que des bruits de pas se firent entendre. Nous aurions pu croire qu'ils résonneraient dans un silence de mort, mais il serait naïf de croire que les rues dans lesquelles ce son se faisait entendre n'étaient pas habitées.
L'été approche, les insecte grouillent et chantent, les chats deviennent de plus en plus nocturnes, et je ne vous parle même pas des démons en tout genre qui se font de plus en plus présent à la surface, comme attirés par la chaleur et l'activité humaine qui se montre de plus en plus tardive.

Et les lézards, n'oublions pas nos amis reptiles qui passent leur journée à paresser au soleil et vont dévorer leur poids en criquets la nuit.

Rien de surprenant donc, à ce que ces bruits de pas appartiennent à Darek et sa chimère favorite. Bon, il ne connaît qu'une seule chimère, mais s'il y en avait d'autres, elle resterait sa préférée. Pourquoi ? Allez savoir. Peut-être parce qu'elle est à lui, peut-être parce qu'il a pu profiter de son sourire au cours de ces derniers mois à la voir régulièrement, peut-être parce qu'il aime se balader à côté d'elle, bras par dessus ses épaules, et que ça lui décroche toujours un petit sourire satisfait.

Comme en ce moment par exemple.

Oui, la présence de cet idiot de reptile attachant allait même jusqu'à le mettre de bonne humeur, c'est dire. Au fond, c'était sans doute dû au fait qu'elle avait répondu à son appel et était venue au rendez-vous qu'il lui avait fixé. Non pas qu'il doutait de sa réponse à ce moment là, mais ça fait toujours plaisir. Et puis, on ne sait jamais hein, après tout, les autres fois, ils se croisaient par hasard, comme ils ont toujours eu le don de faire depuis qu'ils se connaissent. Ou alors c'était elle qui demandait à le voir, ou venait squatter à son appartement sans prévenir, continuant de crocheter la serrure alors qu'il lui a passé un double des clés. Appartement qui, d'ailleurs, était désormais meublé, mais ça, c'est une autre histoire.

Ainsi Darek et Faith s'étaient retrouvés et se dirigeaient là où l'hybride avait organisé leur petit rendez-vous nocturne. Bien sûr, il aurait pu lui demander de le retrouver directement là-bas, mais ça aurait gâché la surprise. Au fond, il voulait voir la tête qu'elle ferait quand elle réaliserait qu'ils se sont arrêtés devant le portail de Mahora. Oui, il l'emmène à l'école, sur son lieu de travail, travail qu'il ne fait même pas sérieusement d'ailleurs.
Un regard à gauche, puis à droite, histoire de vérifier qu'il n'y a personne aux alentours. Bien sûr, le Régnant aurait pu simplement regarder dans son dos sans même bouger la tête grâce à ses yeux si particuliers, mais nous sommes en présence d'une demoiselle, il faut jouer le jeu un minimum. Avoir l'air suspect pour renforcer l'impression d'interdit, juste pour le show. Même s'il faut avouer que côté discrétion, la chemise rouge, c'est assez moyen.

Le semi-démon sortit alors un trousseau de clé de sa poche, en prit une et l’inséra dans le cadenas du portail pour l'ouvrir. Et oui, s'infiltrer comme ça la nuit dans une école, c'est complètement immature. On serait en droit de s'attendre à plus spectaculaire de la part de l'hybride. Mais il sait pertinemment que c'est le genre ce choses qui amusent la belle Winchester, alors pourquoi s'en priver ?

« If it pleases my lady to come in... »
Dit-il en lui tenant le portail grand ouvert, allant même jusqu'à faire une référence pour l'inviter à entrer. Dis donc Darek, ça t'amuserait pas aussi par hasard ? Bah, à quoi bon se poser la question, il ne l'admettrait jamais, ce serait avouer qu'elle a réussi à déteindre sur lui. Et personne ne déteint sur le Régnant voyons, c'est lui qui impose son modèle, pas l'inverse.
Ils continuèrent jusqu'à l'intérieur des bâtiments, où il lui tendit une lampe de poche. Bien entendu, entre les sens développés de la chimère et les yeux du Régnant, ils auraient pu aisément se repérer sans besoin de lumière. Mais ce sont les règles, quiconque s'infiltre dans une école la nuit DOIT s'éclairer avec des lampes-torche, c'est une partie intégrante du plaisir.

Il lui prit alors sa main libre et la guida jusqu'à une salle de classe, la dernière dans laquelle il était venue le jour même. A nouveau un tour de clé, et la salle s'ouvrit. Presque trop facile quand on a accès à l'endroit où se trouvent toutes les clés. Il aurait dû ne pas les prendre et demander à Faith de crocheter tout ça.

Voilà donc deux adultes seuls dans une salle de classe en pleine nuit. De quoi donner des idées à pas mal de gens, surtout un semi-démon. Mais soyons honnêtes, même s'ils ont.. disons partagé quelque moments, l'hybride à parfaitement conscience que sa compagne a vécu trop de choses pour qu'elle soit parfaitement à l'aise avec l'idée d'aller jusqu'au bout. Restons francs, ça le fait chier, et même qu'il a faillit déraper pas mal de fois et céder à la tentation, mais il a toujours su se contenir, pour elle. Bref, c'est pour autre chose qu'il l'a amenée ici.

« Je me suis dis qu'il était temps de te présenter à mes collègues de travail... »
Il prononça ces mots en fouillant dans le tiroir du bureau, puis en sortit deux bonnes grosses bouteilles de tequila qu'il posa bien en évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 09/08/2008
▬ MESSAGES : 3178
▬ LOCALISATION : Off the Map.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : We All Want A Happy Ending


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Sam 2 Juin - 22:24

    « ... Où est-ce qu'on va ? »

    C'est une bonne question, ça. Une très bonne question, même. Tellement que la jolie Winchester se tuait à la poser sans arrêt depuis qu'elle avait rejoint Dharc à leur point de rendez-vous ... Pour ensuite se faire traîner elle ne sait trop où, justement. Ce n'est pas que tous ces mystères la dérangent, ni même qu'elle trouve les surprises désagréables en général, loin de là. Elle prend même plaisir à cette curieuse balade nocturne ! ... C'est juste que, bon. Il y avait toujours une certaine méfiance qui s'emparait d'elle à chaque fois qu'elle se retrouvait en présence du Maître des Enfers ; une petite voix qui lui rappelait sans cesse ce dont les démons sont capables ... Ce dont celui-ci en particulier est capable et dont elle en garde de douloureux souvenirs. Une toute, toute petite voix qu'elle s’était efforcée de faire taire au cours des derniers mois.

    Et pourtant, malgré toutes ses inquiétudes, la petite Winchester se retrouvait devant le portail qui barrait l'accès au campus de Mahora ... Et ce, au beau milieu de la nuit. Génial. Et puis quoi, maintenant ? ... Ils vont tenter d'escalader la clôture ? Creuser un trou pour passer en dessous ? Ah, on dirait bien que non : c'est avec de grands yeux surpris et étincelants que la vipère fixait le Régnant sortir de sa poche un trousseau de clés avec lequel il se débarrassa facilement du cadenas qui leur barrait l'accès ... Pour ensuite lui faire une révérence pour l'inviter à entrer.

    C'est avec un grand sourire espiègle que cette sale bestiole se laissa guider à travers les couloirs si familiers de l'école, éclairant inutilement un peu tout et rien à la fois à l'aide de la lampe-torche que Dharc lui avait refilée. Il est inutile de tenter de le cacher : toute cette mise-en-scène amusait grandement la créature qui fredonnait, sa main dans celle du gros démon.

    Heureusement que personne d'autre ne déambulait dans les couloirs à une telle heure ! ... Ils auraient alimentés tout un tas d'histoires qui font peur, ces deux-là. Après tout, le premier est un « albinos » d'un mètre quatre-vingt-dix affublé d'une chemise rouge et la seconde ... Eh bien, il s'agit d'une maigrichonne à la crinière de boucles d'ébène désordonnées vêtue d'une robe d'un blanc immaculé avec une paire d'ailes sombres dans le dos. De quoi en effrayer plus d'un.

    ...

    Oui, vous avez bien lu ! Une robe ! Faith Winchester porte une robe ! Une adorable petite robe blanche légère aux bretelles fines, un peu cintrée au niveau de la taille et qui tombait au niveau des genoux, avec un léger décolleté dans le dos par lequel sortaient ses deux ailes duveteuses. Cette sale bête porte rarement des vêtements aussi féminins, ça en serait presque choquant ! ... Heureusement qu'elle ne chausse que de petites ballerines blanches pour couronner le tout et pas des escarpins, sinon tous les gens qui la connaissent auraient fait une crise cardiaque.

    Non, non. Elle ne cherche pas à plaire au grand Dharc Lysen, bien au contraire : c'est que, voyez vous, ce gros lézard adore se prélasser au soleil ! ... Et puis, bon. Si elle porte des vêtements légers en hiver, qu'est-ce que vous croyez qu'elle porte en été ? ... PAS GRAND CHOSE, EN EFFET. PAS GRAND CHOSE.

    Bref, bref. Les voilà dans une salle de classe. D'accord. La narratrice n'a pas grand chose à dire à ce sujet.

    C'est une salle de classe. C'est bien.

    Oui.

    C'est bien. C'est une salle de classe.

    Oh. Mais c'est que la narratrice se répète.

    ... Mais c'est que la narratrice a promis qu'elle allait RP ce week end, donc elle le fait, bon. Et elle est désolée parce qu'elle est fatiguée et qu'elle sait plus trop quoi écrire là, maintenant. Hihi. Aliss.

    « Je me suis dis qu'il était temps de te présenter à mes collègues de travail... »

    Et voilà que le glorieux Maître des Enfers sortait deux grosses bouteilles de Tequila pour les poser bien en évidence sur son bureau, comme une invitation. Mais c'est qu'il sait comment s'y prendre, cet homme !

    Un tout petit rire s'échappa des lèvres de la Chimère alors qu'elle s'installait sur le pupitre juste en face du bureau de son compagnon, un sourire amusé accroché au visage aux joues rougies par la chaleur ambiante ... Ah. Ça lui donnait un air mutin adorable.

    « Hm, enchantée ~ »

    Et la voilà qui inclina légèrement la tête sur le côté tout en croissant les jambes, contemplant le Régnant de ses grands yeux dorés étincelants.

    Non, elle n'a pas l'intention de se servir comme une grosse soulonne. Après tout, peut-être que son compagnon avait aussi des verres, qui sait. De quoi elle aurait l'air, hein, si elle s'emparait d'une bouteille et qu'elle se mettait à boire à même le goulot ? ... Vaut mieux attendre qu'il entame lui-même la beuverie, bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Mar 5 Juin - 13:53

Yay ! I'm on fire ! J’enchaîne les RP à la vitesse de la lumière~. Non, je ne vais pas faire tout un paragraphe sur ma capacité à enchaîner les posts en une journée juste pour gagner quelques misérables lignes, ce n'est pas mon genre voyons, et ce serait bien trop malhonnête...

… Je vais également le faire pour satisfaire mon ego démesuré.

Parce que oui, je reste Dharc après tout, donc il faut naturellement que je me vante un peu de ma personne un nombre minimum de fois par jour. Et, étant trop occupé en ce moment à satisfaire tout le monde pour le faire sur la chat box, je vais être obligé de déborder un petit peu sur le RP. Je suis grand, je suis beau, je suis fort, je m'aime. Voilà qui est fait. Je vous vois venir avec votre « mais tu disais que ce serait bien trop malhonnête ! », et vous auriez bien raison ! A cela, je ne ferais que vous répondre que je suis moi, et que vous auriez dû vous y attendre. De surcroit, je n'ai jamais prétendu être quelqu'un d'honnête. J'ai, certes, sous-entendu que je n'étais pas assez malhonnête pour ça.. En tout cas, je l'étais suffisamment pour vous mentir sur ce point~. Ouh, mais qu'il est vilain ce Dharc !

Bon, assez de gâchis de lignes, passons à sa Majesté et ses yeux baladeurs. Bah oui voyons, vous ne pensiez tout de même pas qu'il serait du genre à se priver de déshabiller SA chimère du regard alors que cette dernière porte une robe légère. Voyons, déjà qu'aucun homme digne de ce nom ne résisterait à la tentation d'admirer les jambes d'une femme si légèrement vêtue, mais alors un démon – le seigneur des enfers de surcroît – n'y pensez même pas !

Petite ombre au tableau cependant : la belle créature s'est posée en face du Régnant, sur un pupitre. En temps normal, elle aurait été du genre à attendre qu'il s'installe quelque part pour ensuite le reléguer à l'état de fauteuil réservé pour sa personne. Elle aurait pu au moins, voyons voir, s'asseoir sur le bureau du professeur tandis qu'il se mettait sur la chaise, histoire de créer un minimum de proximité. Au lieu de cela, elle avait préféré le pupitre d'un élève, forçant ainsi le Régnant à opter lui-même pour le bureau afin de ne pas être trop loin.

Vous me direz, au moins, comme ça, il peu profiter d'une vue d'ensemble, ce qui n'est pas plus mal.

Même si un détail – donc à priori insignifiant mais ayant assez d'importance pour être relevé par sa Majesté – venait entacher quelque peu le tableau : cette foutue bague. Ce stupide bijou que Kiara lui a offert. Si encore c'était un petit cadeau en gage d'amitié, ou un souvenir qu'il lui laissait parce qu'il allait partir, Darek aurait pu comprendre. Mais non. C'était une [censuré] de bague de fiançailles ! Et bien qu'elle fréquentait maintenant l'hybride depuis plusieurs mois, elle la portait encore.
Au fond, ça faisait un moment maintenant que son regard tombait dessus par hasard, le forçant à se demander ce que cela pouvait bien signifier. Est-ce qu'elle était encore officiellement avec Kiara et qu'il n'était qu'un amant ? Est-ce qu'elle n'assumait pas leur relation à ce point ? Au fond, l'idée de la voler à quelqu'un ne le dérangeait pas trop – au contraire – surtout à Kiara. Le problème, c'est qu'elle garde encore cette bague, c'est peut-être pas grand chose, mais ça peut signifier beaucoup. Et l'idée d'être le second choix, par contre, c'était particulièrement désagréable... surtout face à Kiara.

Alors évidemment, au cours de ces derniers mois, il n'avait pas fait de remarque à ce sujet. Dans un premier temps parce qu'il se disait que Faith avait besoin d'un peu de temps pour gérer tout ça. Ensuite, tout simplement parce que c'est un sujet dont l'hybride n'a pas envie de parler. Il ne veut pas savoir à quel point elle peut encore tenir à lui, il n'a pas envie de se rendre compte qu'il n'est que le deuxième. Et surtout, surtout, il n'a pas envie de s'énerver à discuter d'un Hopper alors qu'il passe du temps avec Faith.
Cependant, ça devient de plus en plus désagréable de constater ça, donc il faudra bien aborder le sujet un jour...

Un peu de courage en bouteille ? Un peu de courage en bouteille ! Disons trois grosses gorgées prises directement au goulot. Oui, il n'a pas eu l'occasion de planquer des verres, et puis quoi encore ? Fallait qu'il amène du sel et des citrons en classe aussi ?

« Tu la portes toujours ?»
Il avait dit ça sur un ton monocorde, accompagnant ses paroles d'un léger mouvement de tête, comme pour désigner la bague du menton. Au fond, il n'avait toujours pas envie de parler de ça, pas si tôt dans cette soirée qui s'annonçait agréable. Mais quelque part, il se disait qu'il valait peut-être mieux crever l’abcès directement, au lieu de laisser sa colère s'accumuler. En fait, à choisir, il préfère se disputer verbalement avec elle plutôt que de laisser éclater toute la violence dont il est capable en sa présence.
C'est ça, à choisir entre deux solutions désagréables, il opte pour la moins salissante. Parce que soyons honnêtes, il voit très mal comment cette conversation pourrait bien se terminer. Mais bon, on sait jamais hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Ven 8 Juin - 22:04

    « Toujours. »

    Tiens donc, c'est qu'elle ne tourne pas autours du pot, cette petite Winchester. Quelle prompte réponse, pour une question aussi inattendue ! Une réplique claire, nette et précise ... Et d'une franchise aussi déstabilisante que la question en soit.

    Non, elle ne cherchait pas à sous-entendre quelque chose par ce simple mot. Non, elle ne tentait pas non plus de rendre le Maître des Enfers mal-à-l'aise en le dévisageant de ses grands yeux d'un jaune perçant. Ce petit ange tentait tout simplement ... De comprendre.

    Elle savait très bien que ce sujet viendrait sur le tapis, tôt ou tard. Après tout, la fameuse bague de fiançailles que Kiara lui a offerte n'a jamais quitté son annulaire gauche depuis qu'elle y a été glissée une première fois.

    Mais, Dharc ... N'était-il pas censé le savoir depuis longtemps, que Kiara n'est qu'un frère, pour elle ?

    ... Bon, bon. Il vaudrait mieux tenter de détendre l'atmosphère un peu là, non ? ... C'est ça, ne vous bousculez pas tous en même temps, Faith va s'en charger. Bande de lâches.

    Hop, hop. Voilà que cette sale bestiole venait de sauter sur ses pattes pour ensuite aller se placer entre les jambes écartées du Régnant. Oui, écartées. Vous savez, il faut qu'il laisse un peu d'espace à son ... Ego démesuré. Pour qu'il respire. Voilà.

    Gloup, gloup. Cette grosse vipère s'est visiblement emparée de la bouteille de Tequila de son compagnon pour en prendre une bonne gorgée.

    Ah. Du courage. Une étincelle au coin de l'oeil, un adorable sourire en « 3 ».

    « Jaloux, peut-être ? »

    ... Sale peste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Lun 11 Juin - 12:58

« Toujours. »
Aouch ! Right in the feelings ! Sérieusement, cette réponse était douloureuse, autant de par son contenu que la façon dont elle était énoncée. « Toujours », déjà rien que le mot en lui même avait quelque chose de relativement absolu, immuable. Elle l'avait toujours, et l'aurait toujours. C'est ainsi que ce seul mot sonnait à l'oreille du Régnant, un mot si puissant et lourd de sens qu'il en devenait douloureux à entendre.
Et cela, c'était évidemment sans compter la simplicité de la réponse, qui lui était jetée à la face, sans le moindre détour, en le regardant droit dans les yeux, comme si ce mot à lui seul suffisait à tout résumer, à rendre toute explication inutile. Il n'y avait rien à dire, c'était juste ce mot, point. Tout ajout devenait superflu à côté de ce mot, aussi solide et froid qu'une épée plantée dans l'espèce de pompe à boue noirâtre qui avait tout juste recommencé à battre dans la poitrine du monstre. L'espace d'un instant, Darek fut même tenté de baisser son regard afin de vérifier si Faith ne lui aurait pas effectivement poignardé en plein cœur au moment de prononcer ces mots.

Il ne savait pas vraiment quoi penser de cette réponse et de ce qu'elle impliquait. Ou plutôt, il n'avait pas envie de savoir. Il n'avait pas envie de se questionner sur ce que la chimère avait voulu dire pour en arriver à la conclusion qu'il ne serait jamais que le second. Il n'avait pas non plus envie de lui demander directement pour l'entendre répondre qu'il n'était qu'un passe-temps. Son ego ne pourrait pas supporter l'idée d'avoir été utilisé, pas après tout ce qui avait pu se passer entre eux. Si cela arrivait, il sentait qu'il perdrait probablement la raison en entamerait un massacre.

… Remarquez, c'est plus ou moins ce genre de situation qui l'ont conduit à devenir maître du monde. Alors qui sait ? Peut-être que cette fois ça lui rendra ses pouvoirs à terme.

L'hybride serra les dents, préférant garder la blessure pour lui. Puis il leva légèrement les yeux en se rendant compte que Faith s'était rapprochée. Oui, il a beau être grand, lorsqu'il est assit il ne la dépasse pas une fois levée, il ne faudrait pas exagérer non plus.

« Jaloux, peut-être ?
- Tsh ! Qu'est-ce que tu vas chercher comme idioties encore ?! »
L'agacement de Darek lorsqu'il tourna la tête sur le côté, au moment de prononcer ces mots, était tellement évident qu'il en devenait presque envahissant. Sérieusement, on n'a pas idée de faire ce genre de remarque avec un sourire comme ça et en dégageant une telle odeur. Non mais c'est vrai quoi, c'est déstabilisant à la fin !
Elle s'attendait à quoi en faisant ça ? A ce qu'il admette sa jalousie sous le coup de la surprise ? Jamais de la vie. Dire qu'il envie Kiara, ne soyons pas ridicule ! Déjà que l'idée lui paraît stupide, mais alors le dire... sa mâchoire se nécroserait probablement. Non là, le simple fait qu'elle puisse envisager cette éventualité était vexant. Comment lui, Darek, le glorieux Régnant des enfers issus du vagin patriotique et révolutionnaire de sa mère (… Hein ? oO) pourrait jalouser un vulgaire petit baku insignifiant ? C'était probablement l'idée la plus absurde qu'il n'avait jamais entendue.

« … Et même si je l'étais. »

Il est carrément jaloux.

« Comment je suis supposé prendre le fait que tu portes la bague de fiançailles d'un autre ? »
Il fit l'effort poser la question avec autant de calme dont il était capable sur le moment, c'est à dire suffisamment pour ne pas hausser le ton, ni même l'assassiner du regard alors qu'il la regardait en coin, avec une expression fermée... Ou peut-être un air boudeur, difficile à dire avec les ombres créées par la lampe torche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Ven 31 Aoû - 7:34

    « Tsh ! Qu'est-ce que tu vas chercher comme idioties encore ?! »

    Ça y est, le schéma se répète à nouveau. Suffit que le Régnant hausse le ton de quelques décibels ou qu'il emploie des mots plus ou moins durs pour que l'adorable sourire de la petite Winchester s'envole aussitôt. C'est à s'en demander pourquoi la pauvre n'a pas encore finit par s'habituer au caractère tumultueux de son homme. Ça ne devrait pas l'affecter tant que ça après tout ce temps, non ... ? Alors pourquoi est-ce qu'elle s'étonnait d'avoir l'impression constante de marcher sur des oeufs lorsqu'elle s'adrese à lui ? Un moindre faux pas et le fragile équilibre que leur relation houleuse s'obstinait à maintenir était brisé.

    Ils ne sont pas très doués pour s'exprimer, ces deux-là.

    L'agacement de Sa Majesté était d'une telle ampleur qu'il en était presque palpable : la Chimère se mordilla nerveusement la lèvre inférieure, ses cils papillonnant par dessus ses grands yeux craintifs. Cette sale bête aurait bien voulu expliquer à l'hybride qu'elle avait maladroitement tenté de faire une blague, qu'elle n'avait nullement eu l'intention de l'offusquer ainsi, mais elle n'osait pas.

    L'animal garde de mauvais souvenirs de ses mots déplacés. L'animal redoute la suite.

    « … Et même si je l'étais. Comment je suis supposé prendre le fait que tu portes la bague de fiançailles d'un autre ? »

    ... Et de par ces quelques mots, cette saleté de peste sut que Dharc était réellement jaloux. Une lueur dans l'oeil ; un mince sourire qu'elle sut camoufler aussitôt. Après tout, il fallait tout de même faire preuve d'une certaine délicatesse à l'égard de la jalousie du Maître des Enfers ... Il s'agit probablement d'une émotion très rarement sollicitée chez sa glorieuse personne. Si on ne prend pas la chose avec des pincettes, il risque de s'offusquer d'avantage, non ?

    « Ça ne serait pas plutôt à toi, de répondre à cette question ... ? »

    Quelle finesse, Faith. Vraiment. Mais à quoi vous attendiez-vous, exactement ? La curiosité l'emportera toujours sur la raison, chez cette petite bestiole désordonnée. Elle aimerait bien le savoir, comment il prend la chose ... Mais avant toute chose, il méritait tout de même qu'elle lui explique un minimum la nature de sa relation avec Kiara. Pour dissiper tout malentendu.

    ... Ah. Ce que ça va être dur, pour ce petit lézard.

    « Dharc ... »

    Grande inspiration ; détermination. La jeune femme fit un léger pas sur le côté et pris appuie sur la cuisse du Régnant pour s'ajuster ainsi au fait qu'il avait détourné la tête, se retrouvant par la même occasion face-à-face avec celui-ci, ses grands yeux dorés plongés dans les siens.

    « ... Kiara est parti. Il est retourné là-bas. À notre époque. »

    La voix de la Chimère s'était de nouveau faite toute petite en prononçant ces mots. Elle réussit tout de même à garder ses prunelles dorées fixées au regard du démon et à contenir cette immense tristesse qui menaçait de la noyer à chaque fois qu'elle pensait au rouquin.

    « Il a dit qu'il reviendrait, mais tu sais autant que moi que c'est presque impossible qu'il y parvienne, sachant qu'on a altéré l'espace temps et tout ça. »

    Une tentative de sourire. Un échec cuisant.

    « ... Il y a de fortes chances qu'il se soit perdu dans un paradoxe temporel. Peut-être même ... Que je ne le reverrai jamais. »

    Faith n'osait pas quitter Sa Majesté des yeux suite à cette annonce. Elle avait peur qu'il s'en réjouisse. Beaucoup trop peur.

    ... Qu'est-ce que ça ferait mal ...

    « Et même ... Même s'il revenait, comment il réagirait, s'il nous voyait ? »

    Les doigts timides de la vipère remontèrent au niveau du cou de l'hybride pour glisser le long du col de sa chemise rouge, en lissant le tissus pour le remettre en place.

    Ah. Une excuse pour baisser les yeux.

    « C'est comme si, en étant avec toi là, maintenant, je crachais sur tout ce qu'il a fait pour moi. En tant que meilleur ami. En tant que frère. »

    Les mains glacées de la créature s'attardèrent un moment, pour ensuite retomber sur ses cuisses d'albâtre.

    « C'est comme si je l'avais abandonné. »

    Horrible douleur à la poitrine. Lèvres sèches. Un murmure.

    « Parce que ... J'ai choisis de te faire confiance. Je t'ai choisis. Toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Sam 1 Sep - 17:12

« Ça ne serait pas plutôt à toi, de répondre à cette question ... ? »
Dis donc Martine, t'as pas l'impression de pousser le bouchon un peu loin là ? Déjà qu'il a laissé passer ta première taquinerie (car oui, il avait effectivement comprit que c'en était une) en se contentant de râler un peu, mais il faudrait envisager de s'arrêter maintenant. Le fait que tu sois en couple avec le Régnant et qu'il est fou amoureux de toi depuis des siècles comporte certains privilèges, certes. Cependant il est préférable de ne pas en abuser.

« Dharc ... »
Bon, le grand narrateur que je suis serais ici supposé s'étendre en introspection sur la façon dont sa chimère prononce son prénom (notez ici l'allitération en « s » et en « r » de cette phrase, ne symbolisant absolument rien du tout, mais ça reste classe quand on s'en rend compte). Alors soyons clairs dès maintenant afin de devoir le préciser à nouveau plus tard : Darek ne sera jamais habitué à se faire appeler ainsi, que ce soit par Faith ou par quiconque. Donc au fond, ça lui fera toujours bizarre de l'entendre, même s'il ne le montrera pas toujours.
Comprenez la bête aussi, en cinq cent trente-huit ans, il n'a entendu son prénom prononcé que par ses parents... Et il les a perdu à l'âge de 4 ans. Passé ce jour, il a constamment changé d'apparence et de nom pour des question de survie, gardant sa véritable identité dans un coin de sa mémoire afin de ne pas devenir fou ou vide. Les chances qu'il s'habitue à l'entendre sont nulles.

… M'enfin, ça ne le déplaît pas pour autant que Faith le fasse, au contraire. Elle n'en devient que plus spéciale encore, au fond. C'est d'ailleurs pour cela qu'il ne lui a jamais fait de remarque à ce sujet.

Sauf qu'avec le ton qu'elle avait employé, et l'inspiration qu'elle avait prise, ça ne présageait pas vraiment la conversation plaisante. Habituellement, il s'arrangeait pour détourner le sujet de conversation, couper la parole, ou bailler longuement afin de décourager la personne dans ces moments là. Et si elle insistait, il la tuait. Ce n'est pas qu'il déteste ça... Disons simplement que Sa Majesté ne porte pas un grand intérêt aux petits problèmes existentiels de la plèbe. Pour ce qui est d'en arriver au meurtre, c'est simplement un moyen efficace de faire taire quelqu'un. En plus, ça dissuade Karla de venir lui dire que Brendon a surprit John en train de la tromper avec Gwen. Sérieusement Karla : tout le monde s'en fout.

Seulement, là, il s'agit de Faith – la seule personne dont Darek se souci un temps soit peu – alors il la laisse parler sans l'interrompre. D'autant plus qu'il sait à quel point elle a du mal quand il s'agit de paraler (oui oui, paraler. Je parale, tu parales...) de ces choses là. Alors quand il la surprend à rassembler son courage pour s'exprimer, il la laisse faire. Et puis, après tout, c'est un peu pour ça qu'il avait engagé la conversation là-dessus, non ? Pour qu'ils puissent tous les deux s'exprimer avec autre chose que des griffes, des crocs, des poings et des larmes.

« ... Kiara est parti. Il est retourné là-bas. À notre époque. »
Oui, bon, alors si tu voulais rassurer le Régnant sur le fait qu'il n'était pas qu'une roue de secours, c'est complètement raté Faith. Sérieusement, c'est quoi le but ? Pourquoi lui dire ça ? Pour lui faire comprendre qu'il faut au moins que le rouquin soit dans un autre espace-temps pour qu'elle le choisisse lui ? Non, elle ne serait pas indélicate à ce point (quoi que...). Ça devait cacher autre chose. Il le fallait. Sinon, la gorge du Régnant allait continuer de se serrer jusqu'à ce qu'il meurt d’asphyxie. Déjà que là, c'était pas mal douloureux...

… Plus sérieusement, le Régnant ne peut pas mourir étranglé, il lui suffirait de changer sa morphologie pour faire apparaître d'autres conduits respiratoires. Je tenais à rassurer les fans du grosbillisme ostentatoire de ce personnage.

« Il a dit qu'il reviendrait, mais tu sais autant que moi que c'est presque impossible qu'il y parvienne, sachant qu'on a altéré l'espace temps et tout ça. »

Mais non voyons ! Ne t'inquiète pas petite chimère ! Le pire qu'il puisse lui arriver, c'est qu'il soit démembré, et que chaque partie de son corps arrive dans un futur alternatif différent, tandis que la moitié de ses organes apparaisse à l'état de compote dans l'espace alors que l'autre reste tout simplement bloquée dans les replis du temps... Y'a même une chance que ça fasse imploser d'autres versions de lui-même dans le processus. Deux Kiara pour le prix d'un ! C'est pas beau la vie ? Mais ça, c'est vraiment le pire, alors pas de quoi s'angoisser.

Dans un registre moins sanguinolent, l'hybride ne savait pas vraiment comment réagir à cette nouvelle, étant intérieurement assez confus. Si n'importe qui d'autre, dans d'autres circonstances, lui avait annoncé que le baku s'était décidé à partir, au péril de sa vie, l'hybride se serait réjoui sans la moindre hésitation. Peut-être même qu'il aurait prit un jour de congé au boulot pour aller arroser ça dans un bar toute la journée en offrant des tournées avec le compte en banque de sa version du présent... Ou avec celui de Kiara tiens, ça aurait probablement pu se faire.
Seulement, ici, c'était Faith qui lui annonçait, en le regardant dans les yeux et en grimaçant dans une vaine tentative de se forcer à sourire. Cela rendait les choses plus difficiles pour le Régnant, il faut le dire. Il ne savait pas s'il devait être soulagé du départ de Kiara, ou si cela voulait seulement dire qu'elle ne voudrait de lui qu'en l'absence du rouquin. En plus de ça, sa chimère souffrait de la situation. Un mélange désagréable de joie, de colère et de... compassion peut-être ? Un cocktail pas très agréable qui laissait un arrière goût de culpabilité sur le palais.

« Et même ... Même s'il revenait, comment il réagirait, s'il nous voyait ? »
Il serait probablement pas très content, ça c'est sûr. Mais au fond, qu'est-ce qu'il y pourrait ? C'est pas comme si Darek pouvait le décapiter du revers de la main après tout. Seulement, là, ce serait Faith qui serait pas contente, ce qui conduirait à une rupture. Et là, le Régnant serait pas content, et on sait tous ce que ça donne ce genre de choses.

Au pire, c'est pas comme s'ils étaient forcés de se côtoyer, hein. C'est sûr que c'est plus agréable quand tout le monde dans son entourage s'entend bien, mais il y a des fois où ce n'est juste pas possible. Connaissant Kiara, Darek se doute bien qu'il pourrait pas s'empêcher d'ouvrir sa gueule. Et se connaissant lui-même, Darek se doute bien qu'il ne démembrerait en guise de réponse. La chimère serait donc obligée de les voir séparément, jusqu'au jour où les deux se croiseraient par hasard dans la rue et que l'hybride tue Kiara et fasse disparaître le corps.

Sinon, ils pourraient aussi rompre et retourner à la situation initiale...

Rompre ? Hors de question ! Plutôt tuer Kiara ! Ce qui conduirait à la rupture... Mais au moins, ce serait avec Kiara en moins.

En résumé, s'il revenait, il mourrait dans tous les cas. Vaut mieux qu'il reste là où il se trouve, quand que ce soit.

« C'est comme si, en étant avec toi là, maintenant, je crachais sur tout ce qu'il a fait pour moi. En tant que meilleur ami. En tant que frère. »

Ah, cette chère gratitude qu'on a envers son sauveur ! Comme c'est beau ! On voit la personne comme une sorte de héros exempt de tout défaut, respirant l'altruisme.. Puis un jour, on se rend compte que celui qui nous a sauvé alors qu'on était étalé dans une marre de sang dans l'allée des cerisiers s'est tapé le luxe de vous voler l'amour de votre vie. Et comme si ça ne suffisait pas comme ça, la sœur du « sauveur » en question se met à engendrer une lignée de morveux mal élevés dont le dernier s'amuse à vous priver d'une partie de vos pouvoirs. A partir de là, on a tendance à ne plus le voir que comme un gêneur grande gueule qu'on a des scrupules à exterminer parce qu'on a une dette envers lui et que ça déplairait à la donzelle que l'on convoite.

… Minute. « Amis » ? « Frère » ? Bon, le coup du frère, à la rigueur, on peut douter. C'est qu'il est pas mal incestueux ce garçon à la base... Mais « amis » ? Serait-il friendzoned ?

« Parce que ... J'ai choisis de te faire confiance. Je t'ai choisis. Toi. »
Nouveau cocktail d'émotions. Là, faut avouer que Darek était quelque peu déstabilisé. Au fur et à mesure que la conversation avançait, il avait eu le désagréable sentiment qu'elle ne pourrait pas se finir sur une note positive pour lui et que – à force de l'entendre geindre à propos mec qu'il ne pouvait pas supporter – il finirait par s'agacer. Et par « s'agacer », je veux dire « faire voler une table par la fenêtre ».
Seulement, les derniers mots avaient tout chamboulé. Un revirement complet qui avait été d'autant plus efficace qu'elle avait relevé les yeux vers lui un bref instant, au moment de prononcer les mots opportuns : « je t'ai choisis ».

Non, elle ne s'était pas contenté de prendre Darek par dépit, elle l'avait « choisi ».

Si la conversation n'était pas aussi sensible, Sa Majesté aurait probablement prit un temps pour jubiler avant de reprendre sur le sujet de départ. Ou peut-être pas. En réalité, il était encore un peu perturbé par ce venait de lui annoncer la créature à la crinière colorée qui siégeait sur sa cuisse. Il se contentait donc de la fixer, en silence, l'air impassible afin de ne pas montrer à quel point il était troublé parce tout ce qu'elle venait de lui dire, cherchant quelque chose dans ses réactions, ses mimiques, sans trop savoir quoi.

Au fond, il voulait se montrer fort et rassurant, sans savoir comment et sans parvenir à y penser à cause de ce qu'il venait d'entendre.

Alors au bout d'un moment, il plaça son doigt sous le menton de Faith et lui releva la tête pour la forcer à le regarder de nouveau en face. Puis il lança ces mots, l'air le plus sérieux du monde :

« Y a-t-il ne serait-ce qu'une réponse convenable à tout ceci pour que cette conversation ne finisses par toi me faisant une nouvelle teinture ? »
Si quelqu'un était passé dans le couloir et avait surprit la conversation... Bon, déjà il serait mort parce que Darek l'aurait repéré et lui aurait arraché une jambe pour lui taper dessus avec. Mais dans le cas improbable où quelqu'un aurait pu les épier sans se faire repérer, il n'aurait pas vraiment comprit le rapport. Mais le Régnant, lui, il s'en souvient du rapport, et il sait que sa chimère aussi. En espérant que ça la fasse au moins sourire.
Et puis, si en plus ça peut lui faire comprendre que lui est encore là et qu'elle peut vivre de bons moments avec lui sans forcément que Kiara soit dans un buisson à les stalker...

Le démon se pencha légèrement en arrière, se mettant à fixer ne plafond tout en s'appuyant ses mains sur le bureau, poussa un profond soupir, puis reprit.

« Plus sérieusement, t'as surtout besoin de faire comme tu le sens. »
Oui parce que c'est EVIDEMENT super facile de ne pas se poser de questions... Brillant Dharc, t'en a d'autres des solutions du genre ? Tiens, et s'il suffisait que tout le monde soit tolérant et généreux pour qu'il n'y ait plus de conflits dans le monde ? On n'y avait pas pensé à ça !

« Au fond, si on aime la personne avec qui on est, on n'a pas besoin du reste, ni l'approbation des autres ni quoi que ce soit. Même si on s'entend que c'est plus agréable quand on l'a. »
Grosse gorgée d'alcool à la suite de cette phrase. Plusieurs même. Curieusement, Darek avait eu l'impression d'avoir dit une chose sur laquelle il préférait ne pas méditer trop longuement. En tout cas, pas maintenant, pas si tôt... Ou peut-être était-ce pour retarder l'instant où il allait prononcer les mots suivants :

« Enfin, ça bien sûr, c'est quand on aime... »
Au fond, il ne sait même pas s'il voulait qu'elle réagisse à ça. D'un autre côté, il prendrait probablement ça pour un « non ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Jeu 6 Sep - 12:24

    « Y a-t-il ne serait-ce qu'une réponse convenable à tout ceci pour que cette conversation ne finisses pas par toi me faisant une nouvelle teinture ? »

    Dis donc Martin, t'aurais pas l'impression de la sous-estimer un peu là ? Après tant d'années de vie commune avec ce très cher Kiara, passées à fuir les responsabilités propres aux adultes, tu ne crois tout de même pas que cet écureuil au coeur d'enfant va se limiter à un vulgaire changement de couleur de cheveux ? ... Et puis quoi encore ? C'est tout bête comme idée, c'est moisi. Cette sale bête a grandi. Elle a élargit ses horizons. À présent, ce qui lui ressemblerait d'avantage, ça serait de ramasser un trombone et un stylo qui traînent par-là et de gribouiller un tatouage artisanal sur la peau diaphane du Maître des Enfers. Ça, ça serait digne de cette foutue pagaille qui sert de cerveau à cette petite vipère.

    « Plus sérieusement, t'as surtout besoin de faire comme tu le sens. »

    ... Quoi ? Sérieusement ? Le Régnant lui-même ne s'objecte pas au fait qu'elle souille sa glorieuse peau de ses talents artistiques dignes d'un calamar qui joue de la clarinette ? ... Faith, arrête de t'égarer dans les recoins obscurs de ta boîte crânienne désordonnée et concentre-toi sur le sujet.

    « Au fond, si on aime la personne avec qui on est, on n'a pas besoin du reste, ni l'approbation des autres ni quoi que ce soit. Même si on s'entend que c'est plus agréable quand on l'a. »

    ... Aimer ?

    Silencieuse, la jeune femme inclina très légèrement sa tête à la crinière ébouriffée sur le côté, ses sourcils froncés par dessus deux prunelles dorées terriblement confuses.

    Aimer. La définition même du mot est très floue, pour cette créature. Après tout, n'était-ce pas l'amour, qui a tué son père ? Qui l'a poussée vers Anselm ? Qui a conduit Dharc a disparaître il y a de cela des années, pour ensuite revenir lui cracher des insultes au visage et la ruer de coups ? Il ne s'agissait très certainement pas d'une bonne chose, aux beaux yeux de la Chimère.

    Et pourtant, tous les jours, des centaines de milliers de personnes vantent l'amour comme s'il s'agissait de la chose la plus merveilleuse qui soit ; comme si c'était la cure miracle contre le cancer ou qu'en en plantant, un arbre à billets pousserait.

    Un petit effort, Faith. Peut-être que ce n'est pas si mal que ça, l'amour. Sinon, pourquoi certaines personnes seraient prêtes à ramper à plat ventre pour y avoir droit ? Peut-être que tu te trompes, peut-être qu'il s'agit de quelque chose de bien, après tout.

    ... Ou peut-être qu'elle rejette tout simplement la vérité. Peut-être qu'elle refuse complètement d'associer à l'amour ces papillons qui s'affolent dans son ventre à chaque fois qu'elle voit Dharc.

    Sinon, pourquoi ?

    Pourquoi cette sale bête serait-elle présentement dans une salle de classe en pleine nuit, appuyée sur la cuisse du type qui est revenu dans le passé afin de tuer sa famille ?

    Pourquoi reviendrait-elle toujours et encore vers ce démon qui lui a pourtant fait tant de mal ?

    La crainte ? La curiosité ? Non.

    Le déni. Le voilà, son problème.

    Stupide bestiole.

    « Enfin, ça bien sûr, c'est quand on aime ... »

    ... Ça y est, la Chimère percute. Elle percute tellement fort qu'elle se fâche suite aux mots prononcés par le Régnant. Oui. Même qu'elle relève brusquement la tête pour lui lancer un regard farouche tout en plissant son adorable nez.

    Il ose la remettre en doute ! ... Là, maintenant ! Alors que cette créature sauvage vient tout juste de réaliser qu'elle est folle amoureuse de lui ! Mais quelle horreur ! C'est ... Ça ... Fait mal. Oui. Ça fait terriblement mal. C'est blessant. Insultant, même. Tellement que ce petit reptile c'était mit à pousser un sifflement digne des pires serpents qui rampent sur terre.

    ... Ou pas.

    « Quand on aime, hein ? »

    Oh là là ! Ça y est, un petite bombe vient d'exploser. Une petite bombe de nerfs. Rien qu'en entendant ce ton sec avec lequel elle avait prononcé ces mots, on pouvait s'attendre au pire ... Mais ça, ça serait la surestimer. Il ne s'agit que de Faith, après tout.

    D'ailleurs, la voilà qui se relève et qui fait quelques pas furibonds vers l'avant, dos au Maître des Enfers.

    « Well listen well, 'cause I won't say it twice ! »

    Tiens, la bête a même légèrement haussé le ton tout en tournoyant sur elle-même pour faire de nouveau face à Son Altesse royale, le pointant vulgairement du doigt.

    Hésitation.

    « Je ... »

    La petite Winchester déglutit. Ah. Tiens. Il semblerait qu'elle se calmait, tout d'un coup. Peut-être bien qu'elle se sent faible. Voir même stupide.

    Ou peut-être bien qu'elle s'est tout simplement rendue compte qu'elle ne peut plus revenir en arrière, maintenant.

    Faith replia lentement l'index, tremblotante, puis laissa retomber mollement son bras, son regard d'un jaune perçant toujours plongé dans les beaux yeux de l'hybride.

    « J-Je t'aime. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Dim 16 Sep - 16:50

… Mais qu'est-ce que c'était que cette réaction de merde ? Entre le regard qu'elle avait lancé et le sifflement qu'elle avait émis, Darek envisageait sérieusement de se reculer ou de paralyser la mâchoire de la chimère, juste en précaution d'une éventuelle morsure. Il n'en fait rien, un peu trop préoccupé par son mindfuck total qui lui avait levé un sourcil. Oui, il est perturbé au point qu'il affiche son incompréhension. Bon, ça reste une façon un peu je-m’en-foutiste et peu expressive de le faire remarquer – digne du gros goujat insensible qu'il lui arrivait assez souvent d'être en somme – mais c'était déjà ça. En plus, je vous y verrai vous, à tenter un geste brusque auprès d'un serpent corail ou autre saleté du genre capable de vous tuer d'une morsure en l'espace d'une minute, même si c'est pour vous reculer. C'est que ça réagit pour un rien ces bestioles là, et quand on sait à quel point Faith les réactions de Faith peuvent devenir instinctives en situation de stress, il vaut mieux garder son calme.

« Quand on aime, hein ? »
Oui Winchester, c'est bien ce qu'il a dit. T'es supposée être myope, pas sourde. De toute façon, en quoi ça te dérange ? Après tout, c'est toi qui tiens un discours depuis tout à l'heure qui lui laisse penser que tu ne serais probablement pas avec lui si Kiara était là, et ce même si tu ne le vois que comme un frère, simplement parce que tu te soucies de son opinion à ce point. Il peut comprendre, après tout, c'est pas comme si le Régnant se considérait lui-même comme quelqu'un de fréquentable. Le rouquin aurait toutes les raisons de te dissuader de rester à ses côtés au final.
Et puis, soyons francs, c'est pas parce que t'es pas claire dans ta tête et dans tes intentions qu'il doit en subir les conséquences.

La voilà qui s'éloigne d'un pas lourd avant de se retourner. Sérieusement, quelle mouche l'avait piquée ? Et ne faites pas croire à sa Majesté que c'est uniquement parce qu'il a remis ses sentiments en doute, il n'y croirait pas. Ce n'était pas comme si elle lui avait donné la moindre certitude après tout. Certes, il y a bien des indices qui laissent suggérer qu'elle ne lui est pas complètement indifférente, et même qu'elle a plutôt l'apprécier malgré ses défauts. Il leur arrive de passer de bons moments après tout, même si c'est rare.

« Well listen well, 'cause I won't say it twice ! »
Pokerface. L'hybride ne savait vraiment pas comment il devait appréhender la chose, c'est qu'elle était assez imprévisible quand elle se mettait dans des états pareil. La dernière fois qu'elle avait commencé à lui parler sur ce ton, elle avait commencé à se remplir les poches avec tout ce qui se trouvait dans l'infirmerie pour s'en servir d'arme. En plus, elle avait une bouteille d'alcool à portée. Mauvais souvenir d'une bière qui s'enflammait sur le séduisant visage du Régnant tout ça.
Après, le fait qu'elle l'agresse ne le dérange pas en soit, du moment qu'il arrive à voir venir les morsures, elle ne pose pas de problème. Le souci, c'est que ses muscles n'ont de cesse de se régénérer à cette bestiole, donc elle fatigue plutôt lentement. Darek n'aurait d'autre choix que de riposter pour la calmer donc. Il n'était pas particulièrement réticent à l'idée de frapper une femme, mais là il s'agissait de Faith. Et l'expérience a montré à maintes reprises qu'un comportement brutal envers elle avait pour résultat de sévèrement nuire à leur relation.

Vous me direz, de ce point de vue là, elle restait à peu près logique.

« J-Je t'aime. »
Le Régnant conserva un air totalement impassible à cette phrase, scrutant les yeux de sa chimère. Oui parce que bon, avec ce qu'elle venait de dire, on ne pouvait plus vraiment douter du fait qu'elle était à lui. En fait, s'il n'affichait aucune réaction, c'est principalement parce que ça cogitait sévère dans sa caboche. Déjà, il s'était repassé une bonne centaine de fois la phrase en boucle dans sa tête en l'espace d'une seconde, histoire de bien être sûr qu'elle avait bien prononcé ce qu'elle avait entendu. C'est qu'il avait parfois tendance à prendre ses désirs pour des réalités, alors valait mieux être sûr avant de passer pour un con.
En parallèle, il avait jaugé le comportement de la chimère, histoire de voir si elle était sincère. Bon, ça, d'habitude ça lui prenait pas trop de temps : aussi loin qu'il s'en souvienne, Faith avait toujours été trop franche. Même quand elle faisait un baiser à quelqu'un qu'elle n'aimait pas dans le but de sauver une autre personne, elle était incapable de mentir. Mais bon, cette fois-ci l'hybride avait prit son temps. C'est que ça jouait gros cette fois, alors il faisait preuve de prudence. Il est comme ça, y'en a qui préfèrent s'ouvrir à tout le monde au risque d'être déçu et blessé, lui c'est l'inverse : il en faut beaucoup pour qu'il s'expose.

Sauf qu'en l'occurrence, il voyait très bien qu'elle ne mentait pas, tous les signes s'étaient présentés avant même qu'elle prononce les mots. Du coup, c'était elle qui se rendait vulnérable.

Après, bien sûr, la dernière raison pour laquelle il n'avait pas réagit c'était parce que... Il avait foutrement aucune idée de comment réagir justement. Comprenez bien, voilà des siècles qu'il pensait s'être résigné à ne jamais entendre ces mots de sa part, et alors qu'il pensait n'avoir qu'un infime espoir que ça arrive, elle lui balançait ça à la gueule. D'accord il avait plus ou moins provoqué cette situation.
Dans un premier temps, il se fit donc un facepalm mental. Tout ça pour ça. Sérieusement, elle lui tape sa petite colère pour lui dire d'un air tout timide et bégayant qu'elle l'aime ? On demande de la logique au rayon animalerie s'il vous plaît, les clients se plaignent qu'il n'y en a plus en rayon.

Ensuite, il prit appuis sur le bureau pour se lever à son tour, cachant à peine ce petit sourire satisfait qui avait forcé son chemin sur son visage, malgré tout ses efforts. Au moins, il n'avait pas explosé de rire à cause du ridicule de la situation dans laquelle il les avait entraînés. Darek ne saurait dire pourquoi, mais il soupçonnait que la petite chimère n'aurait guère apprécié la chose. Même s'il ne se serait pas moqué d'elle en réalité. Passons. Elle lui avait décroché un sourire. C'est qu'il trouvait ça plutôt mignon en fait, bien qu'il n'irait jamais l'admettre. Les tyrans, ça ne s'attendrit pas sur les chatons ou les bébés chiens.

Après quoi, il s'avança vers elle, relevant légèrement ses bras pour accompagner son haussement d'épaules, et lançant d'un ton aussi narquois que son rictus :

« Of course you love me, dear ! I'm so romantic I could marry myself ! »
Jerk ! Elle se confie à toi, et tu tournes tous ses efforts en dérision. On a pas idée de plaisanter de la sorte sur ces choses là. Bon il allait bien se rattraper tout de même, ce serait la moindre des choses. C'était d'ailleurs probablement ce qu'il avait eu l'intention de faire en lui soulevant le menton pour lui faire lever la tête vers lui, et déposer un baiser sur son front. Sans doute qu'il s'était rendu compte que le sujet était trop sensible pour qu'il la laisse simplement avec une raillerie de mauvais goût teinté d'un ego déplacé.
Il la prit même dans ses bras, avant de rajouter :

« Merci. Je t'aime aussi. »


Dernière édition par Dharc Lysen le Mar 25 Sep - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Lun 24 Sep - 17:31

    Ce sourire. On dirait que Sa Majesté a repris sa confiance ; son air arrogant au-dessus de tout. Air qu'il porte un tout petit peu trop parfaitement pour son propre bien, malheureusement ... Il a pas idée qu'à quel point ce rictus narquois lui va, ça a le don de rendre la Chimère complètement folle. Pour faire changement.

    « Of course you love me, dear ! I'm so romantic I could marry myself ! »

    Quel con, vraiment. Si cet abrutis voulait se venger du fait que la petite Winchester s'était ouvertement moquée de lui lorsqu'elle avait mal interprété l'aveu soudain de ses sentiments à son égard, eh bien, c'était réussis. Chapeau. La pauvre, stupéfaite, se contentait de garder le silence, rouge comme une pivoine. Cette réplique avait eu sur elle l'effet d'une douche froide.

    Dire que Faith venait de rassembler le peu de courage qu'elle avait pour lui balancer ces quelques mots à la figure ... Pour ensuite se faire dire que c'était évident.

    Évident. Non. Ça ne l'était pas. C'est très loin de l'être, d'ailleurs. Tellement que la bestiole elle-même ne le savait pas ... Du moins, jusqu'à maintenant.

    Faith aime Dharc. Terriblement.

    La vipère se sentait mise à nue. Stupide. Elle avait l'impression que les yeux du démon creusaient deux trous dans sa chaire ; qu'il pouvait tout voir, sans exception.

    ... Si cette malheureuse plaisanterie avait réussit à l'ébranler ainsi, elle n'osait pas imaginer à quel point elle l'avait blessé, autrefois. Surtout que, dans son cas, il ne s'agissait pas d'une blague.

    Cils qui papillonnent. Retour brutal à la réalité. Le Régnant s'approchait à présent de la créature, un rictus narquois étirant toujours ses lèvres. La voilà qui ferme presque aussitôt ses grands yeux d'un jaune perçant, apeurée ... Pour les ouvrir presque aussitôt, surprise par ce léger baiser que le Maître des Enfers venait de poser sur son front.

    Haaa--

    Surprise, Faith secoua vivement sa tête ébouriffée, faisant retomber par la même occasion une multitude de courtes mèches colorées en désordre sur son front. Elle entreprit même de faire un pas vers l'arrière, mais se retrouva presque aussitôt prisonnière des bras de Sa Majesté.

    « Merci. Je t'aime aussi. »

    ... Qu'est-ce qu'elle se sentait ridicule, de s'abandonner ainsi à la seconde où il la cajolais un peu.

    Elle avait l'impression d'être toute petite. Minuscule. Elle voudrait ... Pouvoir tenir dans la paume de sa main griffue ; se cacher dans les grandes poches de son fameux manteau. Voir son monde à partir de ses yeux. Son Royaume.

    ... Tenter de le comprendre.

    Ça y est, c'est reparti. La Chimère piquait à nouveau un fard et se dégageait tant bien que mal des bras de son homme, ses grands iris canaris balayant la pièce à la recherche de ... Elle n'en sait trop rien. Oh, tiens. Une craie. C'est ça, petite Winchester, va cacher ton embarra en t'en emparant beaucoup trop vivement, comme si ta vie en dépendait. C'est d'une subtilité incroyable. Sneaky as a train.

    Dos à l'hybride, debout devant le grand tableau noir, cette salle bestiole gribouillait de grands scarabées effrayants et des mantes religieuses majestueuses qui brandissent fièrement leurs ravisseuses ... Et plein d'autres insectes qu'elle adore, mais qui étaient malheureusement trop mal dessinés pour être identifiables.

    ... Scène plutôt monochrome, tout ça. Si on ne prend pas en compte cette crinière parsemée de couleurs si violentes qu'elles choqueraient même un daltonien, bien entendu. La petite Winchester semblait bien fragile, là, dans la pénombre, vêtue de sa courte robe de chiffon blanche comme neige ... Ses longues boucles épaisses réussissaient à peine à rendre la nudité de ses frêles épaules et de son dos à la peau diaphane moins insolente. Mais bon, c'est en toute innocence que la jeune femme avait revêtu cette tenue. Après tout, tout ce qu'elle voulait, c'était de laisser respirer un peu ces deux tas de plumes immaculées qui lui servent d'ailes.

    Va s'y, Faith. Change de sujet. Creuse-toi la cervelle.

    « ... Tu as l'air de bien l'aimer, cette école. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Mar 25 Sep - 20:37

Un moment plutôt agréable... Aaaaaaaand it's gone ! Voilà que la petite chimère s'évade de l'étreinte de l'hybride pour s'emparer d'un craie. Darek ne s'en formalise pas pour autant, il se doute bien qu'il vaut mieux laisser aller et tenter de suivre son rythme de conversation plutôt que de chercher à la tenir en place. Au moins, cette fois, c'est un tableau sur lequel elle exprime ses soudains élans de créativité, et non sur ses cheveux.
Sa Majesté prit donc place non pas sur la chaise mais le bureau d'un élève, observant dans un premier temps les dessins de sa moitié, puis – après avoir reconnu ce qu'il pensait être un manchot et abandonné l'idée de trouver ce que représentait le reste – la moitié en question. Son regard se perdit dans un premier temps au niveau de ses épaules, laissées nues par la robe qu'elle portait. Après quoi, son attention se porta sur le vêtement en question, dont la coupe et le tissu laissaient deviner la frêle silhouette de la femme qui la portait.

Le Régnant prit une nouvelle gorgée d'alcool tout en s'appuyant d'avantage sur la table, essayant de penser à autre chose. S'il s'écoutait, voilà un moment déjà qu'il l'aurait allongée à plat ventre sur son propre bureau pour la prendre sans même lui retirer sa robe. Soit dit en passant, il s'est même demandé pourquoi il se retenait de le faire. Après tout, ils s'aimaient, ça lui semblait être dans l'ordre des choses. Mais il ne voulait pas non plus la brusquer.
D'un autre côté, elle ne ferait probablement pas le premier pas, donc comment il pourrait bien savoir quand elle se sentirait prête ? C'est que s'il attendait trop elle risquait de se dire que c'est parce qu'elle ne l'attire pas. Et soyons clair : c'est absolument faux. Rien ne lui ferai d'avantage plaisir que de laisser ses mains et ses lèvres parcourir la moindre parcelle de ce corps que beaucoup estimeraient trop maigre, de l'embrasser passionnément tout en la sentant se cambr–

« ... Tu as l'air de bien l'aimer, cette école. »
… Diantre, à quoi pensait-il déjà ? Les paroles de la chimère l'avaient brutalement extirpé de ses pensées, lui faisant oublier des songes qu'il venait pourtant d'avoir. Sensation quelque peu choquante, et pour le moins désagréable, que de perdre le fil de ses pensées lorsqu'il se fait interrompre. Bon, l'habitude voudrait qu'il dévaste la moitié du bâtiment en exterminant sauvagement tout ce qui bouge dans son champ de vision... Et ce qui ne bouge pas d'ailleurs. Sauf que là, il n'est ni devant ses serviteurs, ni même à son époque, alors le jeu n'en vaut pas vraiment la chandelle. C'est probablement pour cette raison qu'il ne prend même pas la peine de s'offusquer d'avoir été perturbé de la sorte. D'ailleurs, l'intervention de Faith ne l'a même pas irrité, ne serait-ce qu'un peu. Elle le ramolli vraiment.
Ça venait peut-être du fait qu'elle avait visé juste aussi. Bien sûr, il aurait pu lui dire qu'il ne faisait ça que pour garder un œil sur leurs versions du présent, s'assurer que l’œil d'Anselm ne disparaisse pas – sachant que sa version du présent ne fréquente pas le campus à cette période et qu'il n'a donc aucun souvenir d'éventuels événements notables qui auraient pu s'y dérouler. Il aurait également pu prétendre que c'est pour observer les habitudes de Médusa, s'arranger pour mettre fin aux jours de deux ou trois Hoppers avant qu'ils ne se reproduisent ou ne grandissent, lobotomiser quelques éléments prometteurs... Des choses qu'il a bien évidemment envisagées en signant son contrat de travail. Mais au fond, il aurait pu faire cela de bien des façons, façons qui n'auraient pas nécessité qu'il garde une apparence fixe et reconnaissable.

Au fond, il voulait pouvoir errer dans les couloirs à visage découvert, en étant à la fois craint et respecté, se balader comme si c'était chez lui. Parce qu'au fond, c'est de ça dont il s'agissait.

« Ah, commença-t-il en regardant autour de lui d'un air morne, on va dire que c'est la nostalgie qui m'a poussé à revenir. »
Son regard retomba sur ses griffes d'ébène, posées sur le coin du bureau sur lequel il était toujours appuyé. Il les fixa un moment, sans trop savoir pourquoi, se disant qu'il lui devait probablement de mieux expliquer ces paroles. Ce qu'il fit en caressant mécaniquement le bois du pupitre.

« J'ai grandi à l'écart du monde magique depuis que je sais parler. Les démons, ça vit en enfer ou ça se fait invoquer. Les magiciens ça étudie et ça pratique dans leur coin. Moi, j'ai juste été forcé de faire avec les humains ordinaires. J'ai pas été exposé à une autre magie que la mienne pendant des siècles. »
Les yeux du Régnant se dirigèrent vers la porte d'entrée de la classe, animés d'une étrange lueur. Peut-être était-ce simplement dû aux lampes de poche qu'ils avaient posées n'importe comment. En revanche, l'éclairage n'expliquait pas la moue qu'il avait sur le visage.

«... Mahora a été le premier endroit à vrai dire. Après tout ce temps à me balader en tout puissant parmi les humains, ça m'avait fait un sacré choc d'ailleurs. D'un seul coup, j'étais bombardé au milieu de personnes qui pouvaient connaître ma nature sans même me regarder, ou même me vaporiser d'un claquement de doigts. J'ai détesté ça. »
Encore cette foutue crainte d'être vulnérable qui avait fait des siennes. Au fond, c'est pas mal à ça qu'il se résumait à l'époque. Peut-être encore aujourd'hui, allez savoir. Bien entendu, c'est pas le genre de chose qu'il irait balancer comme ça. Évidemment, il pourrait faire une exception puisqu'il discute avec sa chimère à ce moment là, et qu'au fond il a bien conscience qu'elle cherche juste à le comprendre. C'est d'ailleurs pour ça qu'il est en train d'étaler une bonne partie de sa vie sous ses beaux yeux dorés. Mais ça, c'était peut-être trop lui demander pour l'instant. A une époque il l'aurait sans doute fait, mais entre temps il est devenu le Régnant, avec les quelques tonnes d'ego mal placé que ça implique.

Mais si Mahora lui avait laissé une si mauvaise impression, pourquoi revenir ? Pourquoi est-ce qu'il était ici aujourd'hui ? Avec un emploi de professeur, une bouteille d'alcool et un sourire plein de nostalgie ?

« Mais malgré ça, je me suis attaché à l'endroit. Et même si je restais à l'écart des gens et passait mon temps à les rejeter, je me sentais proche d'eux... en quelque sorte. »

Le regard qui se pose de nouveau sur Faith, un léger haussement d'épaule.

« Au fond, peut-être que l'influence magique de l'endroit m'a juste rappelé mes parents. Du coup j'ai fini par m'y sentir chez moi. »
Longue gorgée d'alcool, il l'avait bien méritée après tout. Au fond, ça n'avait pas été si difficile que ça de s'exprimer un peu sur le sujet. Il a même évoqué ses parents. Certains trouveraient la chose anecdotique, sans se rendre compte à quel point la chose est exceptionnelle... unique même. Car même si la question l'a pas mal obsédé à une époque, au cours de sa très longue vie Dharc n'a jamais parlé à qui que ce soit de ses parents, à la seule exception de Faith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Lun 1 Oct - 8:12

    « Ah, on va dire que c'est la nostalgie qui m'a poussé à revenir. »

    ... C'est beau, la mélancolie, hein ?
    Ça fait juste assez mal pour être agréable.

    La Chimère esquissa un vague sourire suite aux quelques mots prononcés par le Régnant, ses jolies prunelles de miel toujours fixées aux gribouillis avec lesquels elle remplissait méticuleusement chaque recoin du grand tableau noir, ne négligeant pas un seul centimètre carré. Encore quelques coléoptères et bientôt, toute cette surface autrefois beaucoup trop propre se retrouvera complètement blanchie de craie et, même une fois nettoyée à coup de brosse, sera recouverte de poussière de craie pour un bon moment. Du moins, jusqu'à ce que quelqu'un se décide à en faire le grand nettoyage, ce qui n'arrivera définitivement pas en présence de la petite Winchester. La pauvre, après tout, déteste tout ce qui est trop propre, trop uniforme ... Trop parfait.

    Tiens. Voilà ce qui expliquerait pourquoi elle aime le Maître des Enfers.

    Bref, là n'est pas la raison pour laquelle Faith avait ce mystérieux sourire accroché à son adorable bouille. À vrai dire, les paroles de Sa Majesté lui rappelait étrangement une conversation antérieure, conversation durant laquelle Dharc avait comparé Mahora à son royaume, mais en plus petit.

    Un chouette petit coin d’enfer avec des créatures en tout genre dont personne ne veut qui bouffent joyeusement les étrangers et font des guirlandes avec leur tripes pour donner un genre.

    « J'ai grandi à l'écart du monde magique depuis que je sais parler. Les démons, ça vit en enfer ou ça se fait invoquer. Les magiciens ça étudie et ça pratique dans leur coin. Moi, j'ai juste été forcé de faire avec les humains ordinaires. J'ai pas été exposé à une autre magie que la mienne pendant des siècles. »

    Le sourire indéchiffrable de la créature s'estompa ; sa petite main se figea. Son cœur se serra douloureusement dans sa poitrine, l'espace d'un instant. C'est que, voyez-vous, elle appartient elle aussi à cette catégorie dans laquelle l'hybride se trouve bien malgré lui. Ils n'ont jamais eu le choix, après tout. Dès leurs naissances respectives, ils ont été confrontés à un monde dans lequel ils n'auraient jamais leur place.

    Et pourtant, même s'ils sont semblables sur ce point, leurs situations ne sont même pas comparables. Comme toutes celles des autres créatures, démons et compagnie qui errent sur cette petite planète.

    Même auprès des uns et des autres, ils n'ont pas leur place. Ils ne l'auront jamais.

    «... Mahora a été le premier endroit à vrai dire. Après tout ce temps à me balader en tout puissant parmi les humains, ça m'avait fait un sacré choc d'ailleurs. D'un seul coup, j'étais bombardé au milieu de personnes qui pouvaient connaître ma nature sans même me regarder, ou même me vaporiser d'un claquement de doigts. J'ai détesté ça. »

    Toujours pas un seul mot du côté de la jeune femme. Celle-ci se contentait de rester immobile et d'écouter attentivement tout ce qui passait le cap des lèvres du démon. Après tout, ce n'est pas comme si ... Il répondait souvent ouvertement aux questions de cette sale bestiole, non ? En tout cas, le Darek qu'elle a connu se serait contenté de l'envoyer promener à l'aide d'une remarque cinglante pour lui faire regretter sa curiosité. Toujours là, à refuser de dire quoi que ce soit sur sa personne ... À s'isoler lui-même du reste du monde.

    Dites donc, mais c'est qu'elle commence à comprendre un peu son homme, cette idiote.

    « Mais malgré ça, je me suis attaché à l'endroit. Et même si je restais à l'écart des gens et passait mon temps à les rejeter, je me sentais proche d'eux... en quelque sorte. Au fond, peut-être que l'influence magique de l'endroit m'a juste rappelé mes parents. Du coup j'ai fini par m'y sentir chez moi. »

    ... Chez moi.

    Et voilà que, tout d'un coup, la petite Winchester se décidait enfin à tourner légèrement la tête en direction du Régnant pour plonger ses yeux d'un jaune perçant dans ses prunelles démoniaques, surprise.

    Un chez moi. C'est quelque chose que la Chimère n'avait jamais réussis à trouver dans un lieu concret, contrairement à Dharc. Son « chez soi » à elle se trouvait auprès des personnes qui lui sont chères. En tout cas, c'était sa définition de la chose. Sa manière à elle de se convaincre qu'elle avait bel et bien un « chez moi », elle aussi.

    Crack ! Les maigres doigts de la jeune femme s'étaient crispés sur la craie, cassant celle-ci en deux par la même occasion. Elle se pencha précipitamment pour en récupérer les morceaux tout en bégayant des excuses, soudainement gênée par les longues secondes qu'elle avait passées à dévisager l'hybride.

    Mais comment pouvait-elle faire autrement ? Après tout, il avait évoqué ses parents. Ses parents, quoi. Mahora lui rappelait ses parents. C'était quelque chose qui échappait totalement à la pauvre vipère qui n'avait jamais eu de mère et dont le père n'avait de yeux que pour la femme qu'il avait aimé et aimerait toujours.

    Une famille. La définition de la chose est bien abstraite, pour Faith. Mais elle croit tout de même en avoir trouvé une chez les Hopper.

    ... Hopper sur lesquels elle crache indirectement en s'accrochant désespérément à ce démon qui était revenu seulement dans l'espoir de les tuer.

    C'est pas tout ça, sale bête, mais ça fait un moment que tu es accroupie là, les morceaux de craie en main, à fixer distraitement le sol de tes belles prunelles dorées. Va s'y, prend secoue ta crinière un bon coup pour remettre tes idées en place et prend une grande inspiration. Arrête de penser à tout ça. Tu te fais du mal pour rien.

    La créature se releva lentement, le regard toujours un peu perdu, pour aller poser les morceaux de craies sur le bureau du professeur Lysen. Puis, timidement, celle-ci s'approcha de l'endroit ou ce dernier c'était installé, pour ensuite s'asseoir sur le sol, juste à côté de lui.

    « Dis, il y a combien d'années, entre le Darek que j'ai connu et le Darek qui est revenu ... ? »

    Une question posée à mi-voix, tout en appuyant sa tête contre le côté du pupitre, près des griffes d'ébène de Son Altesse. Ses iris de miel contemplaient distraitement « son œuvre » qui recouvrait presque entièrement le tableau.

    ... Sauf le coin inférieur droit.

    Ça tombe bien, elle qui déteste tout ce qui est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Lun 1 Oct - 9:57

L'hybride soutint le regard perçant que lui lança la chimère avec cet habituel air impassible qu'il se donnait chaque fois qu'il cherchait à lire dans les réactions d'autrui. Il cherchait. Il cherchait ce qui avait bien pu pousser Faith à le fixer subitement de la sorte, il cherchait à comprendre ce qu'elle ressentait, il cherchait quelle partie de son discours l'avait perturbée au point qu'elle abandonne complètement son activité pour se tourner vers lui.
Puis le son d'une craie brisée le ramena à la réalité, et il sembla réaliser le temps depuis lequel il la dévisageait, détournant le regard de côté à l'instant même où sa moitié se baissait en marmonnant des excuses.

Quelle était donc ce sentiment qu'il éprouvait à cet instant ? Comme une impression de malaise provoquée par la sensation d'en avoir trop dit. Qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Qu'est-ce qui pouvait être aussi désagréable ?

Ah, il se souvenait maintenant...

… Pourquoi il ne se confiait jamais à personne.
Un vague mouvement dans son champ de vision sortit l'hybride de ses réflexions. Voilà que sa femme était venue s'accroupir juste à côté de lui. Toujours à se mettre en boule dans des coins où elle ne prend pas de place. Avec le temps, Darek – le Darek qui avait fini par se déclarer à la chimère la toute première fois – avait fini par se dire qu'elle faisait ça par peur de déranger. Aujourd'hui, le Régnant se demandait si ce n'était pas plutôt une façon de se protéger du monde extérieur, sans forcément en avoir conscience, simplement parce qu'elle avait la sensation que cette position était plus confortable. Ou peut-être que ça n'avait aucun rapport, et au fond il s'en foutait un peu de le savoir. N'allez pas croire que le sujet ne l'intéresse pas, au contraire. Simplement il estime que ça ne valait pas la peine de la mettre mal à l'aise en lui posant la question juste pour comprendre une petite manie qu'elle a et qui ne la dérange pas particulièrement... D'autant plus qu'il avait déjà une ou deux idées sur la raison de cette habitude, et que ça lui suffisait bien.
L'hybride, lui, avait toujours eu une façon différente de se protéger du monde extérieur, de se « créer une zone de confort ». Oui, parce que lui, il ne s'abritait pas dedans, il la construisait autour de lui, en permanence, que ce soit en envoyant balader les autres, en s'isolant du reste du monde, ou en se plaçant dans la position de l'inaccessible et incontesté maître du monde. Lui, il avait créé cet espèce de mur de ronces autour de sa personne qui piquait quiconque osait s'approcher un peu trop de lui. C'est ce qui lui avait permis de pouvoir rester debout, et de regarder les gens de haut.

Enfin, jusqu'à ce qu'une jardinière miniature ne se fraie un chemin pour venir se rouler en boule à ses pieds.

« Dis, il y a combien d'années, entre le Darek que j'ai connu et le Darek qui est revenu ... ?
- … Hein ? »
Bon, soyons clairs, il avait très bien entendu et très bien saisi sa question. D'ailleurs, ce « Hein ? » n'appelait même pas à une réponse. Disons plutôt que c'était issu de la surprise : il ne s'était pas vraiment attendu à ça. Bon, évidemment qu'elle aurait tôt ou tard fini par poser la question, même en excluant le fait qu'elle veut mieux connaître l'hybride et ce qu'il est devenu, ça reste intéressant de connaître à peu près la date de la fin du monde. C'est que Faith, elle, sait pertinemment que ce n'est pas en 2012 puisqu'elle vient aussi d'une date ultérieure. Et, de part la présence de Darek, elle savait que la cause n'en serait pas une planète passant trop près de la nôtre, mais un demi-démon frustré de ne trouver sa place nulle part alors qu'il pensait l'avoir fait auprès d'une chimère.

Bref, bien que n'ayant plus les dates exactes en tête, sa Majesté daigna malgré tout lui accorder l'effort d'y réfléchir. Que de privilèges qu'elle se voyait accorder cette nuit ! Il releva les yeux en poussant un vague « mh », cherchant des points de repères temporels dans sa mémoire. Voyons, d'ici quelques mois, sa version du présent allait croiser la version futuriste de Faith... Bon, ça à l'origine, ce n'était pas dans ses souvenirs, c'est venu se greffer dans sa mémoire au moment où il l'avait croisée à l'infirmerie pour récupérer l’œil d'Anselm. Oui parce qu'il est capable, contrairement à d'autres, de faire la différence entre les souvenirs qui se sont rajoutés après avoir changé le cours de sa propre existence des autres, même s'il est incapable de se rappeler des souvenirs qui se trouvaient à la place à l'origine. Passons. Après quoi, Darcy ressentirait l'envie de retourner plus souvent à Mahora, puis il se passerait pas mal de temps avant qu'il se déclare et...

« A vue de nez, je dirais à peu près un siècle, à quelques années près. »
En fait, il s'était écoulé pas mal de temps, presque un cinquième de sa vie. Ça faisait beaucoup de temps qu'il ne l'avait pas revue, sa Faith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Lun 1 Oct - 11:07

    « ... Hein ? »

    Par pitié, Dharc, ne la force pas à répéter sa question. C'est déjà assez dur pour elle de se permettre de la poser, sachant que tu n'apprécies pas particulièrement lorsqu'elle pousse le bouchon trop loin ... D'ailleurs, la voilà qui ferme les yeux, gênée, les paupières serrées par dessus ses deux jolies prunelles de miel.

    Une seconde, deux secondes. La Chimère comptait mentalement les secondes qui défilent, se demandant après combien de temps elle devait comprendre qu'il n'avait aucunement l'intention de répondre. Une douzaine ? Ou plutôt une trentaine ? Non, il aurait l'impression qu'elle lui force la main ... Ah, peu importe. Il vaudrait mieux qu'elle lui adresse un grand sourire abrutit et qu'elle s'excuse immédiatement en disant qu'il ne s'agissait de rien d'important. Lui dire de laisser tomber. C'est ça.

    Bon, une bonne gorgée de courage et ... Ah, saleté, la pauvre a laissé sa bouteille de Tequila sur le bureau. Merde, jamais là lorsqu'on en a le plus besoin.

    « A vue de nez, je dirais à peu près un siècle, à quelques années près. »

    Surprise, Faith pivota brusquement la tête en direction du Régnant, ébouriffant d'avantage sa longue tignasse colorée. Là voilà qui fixait à nouveau cet homme qu'elle tentait obstinément de comprendre de ses yeux d'un jaune perçant, à travers cette multitudes de boucles épaisses qui lui chatouillaient le nez.

    Décidément, ce gros démon la prendra toujours au dépourvu.

    « ... Un siècle ? »

    L'air stupéfait de la petite Winchester la quitta bien assez rapidement pour faire place à une moue soucieuse, alors que ses grands yeux dorés se posèrent sur les griffes sombres de l'hybride, histoire d'arrêter d'en dévisager le propriétaire. Distraitement, ses doigts frêles repoussèrent les nombreuses mèches désordonnées qui lui retombaient sur le visage, pour ensuite les placer derrière son oreille. Un siècle. Ça fait quand même un sacré bail, pas étonnait qu'il soit aussi différent ... Sans pour autant avoir changé, au fond. Mais là n'était pas la raison pour laquelle la jeune femme s'était aventurée à tenter de savoir combien d'années s'étaient écoulées depuis qu'il était partis.

    « T'as pas lâché prise, entre-temps ? »

    La créature replia lentement ses maigres jambes contre sa poitrine, appuyant sa joue légèrement rougie par l'alcool contre ses genoux.

    Mais de quoi parlait-elle, exactement? Ne pourrait-elle pas être un peu plus claire, pour une fois ?

    « ... Pourquoi ... Tu m'aimes? »

    ... Oh. Ça pour être clair, par contre, c'est clair. Surtout avec ces adorables boutons d'or qui lui servent d'iris qui étaient retournés plonger dans le regard démoniaque de Sa Majesté, cette voix presque éteinte tellement ça l'embarrasse de formuler une telle question à voix haute ...

    Cette vipère était loin de demander cela pour qu'il gonfle son ego en la caressant dans le sens du poil. Bien loin de là. Elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi Dharc l'aime : c'est une idée tout simplement inconcevable pour sa petite personne, de se dire que quelqu'un a des sentiments de cette nature à son égard. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle l'avait rejeté aussi cruellement, il y a quelques années ...

    Alors, de se dire qu'il était revenu ... Qu'il l'avait traitée différemment, même après tout ce temps ...

    Faith voulait savoir.

    Elle devait savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Lun 1 Oct - 14:52

« ... Un siècle ? »

OUI ! UN SIÈCLE ! ET ALORS ?!
Non mais c'est vrai quoi, pas la peine de s'étonner comme ça ! Elle pensait tout de même pas qu'il avait conquit les enfers en trois jours tout de même ! Bon, certes, aujourd'hui, il en serait capable – encore que sans la totalité de ses pouvoirs ce serait tendu à gérer – mais à l'époque c'était une autre paire de manche. Il lui a fallu le temps de nourrir suffisamment sa haine envers le monde pour se décider à regrouper des cas atypiques comme lui pour former un petit groupe, puis l'étendre, fonder une petite armée, et la sacrifier dans un assaut contre le camp qui semblait le plus facile à désordonner et battre à l'époque : les enfers.
Non, plus sérieusement, l'hybride de se vexa pas de cette réaction... Il faut dire aussi qu'il n'avait pas comprit pourquoi ça la choquait autant. Elle le savait qu'il vivait particulièrement longtemps, non ? Et ce n'était très certainement pas la différence d'âge qui la dérangeait, puisqu'il lui avait déjà révélé pas mal de fois qu'il était beaucoup plus vieux qu'il n'y paraissait... Ou beaucoup plus jeune si on se base sur son apparence d'origine, tout est question de relativité. Car oui, le temps est relatif, mais le Major Samantha Carter vous expliquera ça mieux que moi.

« T'as pas lâché prise, entre-temps ? »
Haussement de sourcil. « Lâché prise » ? Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Elle ne parlait quand même pas de...

« ... Pourquoi ... Tu m'aimes?
- Tsch ! Héhé... »
Oui, il sait que c'est pas bien de se moquer de cette remarque, mais il peut pas s'empêcher d'en sourire. Même son vieux tic n'avait pu être retenu lorsqu'il comprit ce qu'elle avait eu derrière la tête en lui demandant combien de temps s'était écoulé.
Les griffes d'ébène du Régnant se séparèrent du meuble sur lequel il siégeait pour se glisser dans la tignasse de la créature et les ébouriffer gentiment tandis qu'il prenait la parole.

« Alors c'était ça qui te trottait dans la tête, hein ? How cute is that ? Voyons voir... »
Oui, parce qu'il comptait y répondre, à sa question, aussi gênant que cela pourrait s'avérer. Après tout, la connaissant, elle avait été au moins tout aussi gênée de la poser. Et parce qu'au fond, ça lui faisait plaisir qu'il lui demande, même s'il ne l'admettrait jamais, même si ce n'était pas son genre d'apprécier faire de grandes déclarations passionnées sur ses propres sentiments, et surtout, même s'il n'était pas fan de s'étaler en compliments envers une personne autre que lui. Pourquoi il le fait alors ? Allez savoir... Peut-être qu'il n'a pas envie qu'elle se sente idiote en lui collant un vent monumental, peut-être qu'il apprécie le fait qu'elle s'intéresse à lui et à son passé, au fond, ou peut-être est-ce parce qu'il a simplement envie de lui faire plaisir, raison pour laquelle il l'a amenée ici en pleine nuit en jouant le jeu de l'effraction, à la base.

Ou peut-être est-ce simplement parce qu'il n'a pas réellement eu l'occasion de lui dire, à l'époque...

« Le plus ironique dans l'histoire, c'est que je t'aime pour les mêmes raisons qui ont fait que je t'ai méprisée au départ... »
On aurait pu faire mieux comme engage en terme de compliment. Sérieusement Darek, on comprend pourquoi tu n'aimes pas faire de belle déclarations : t'es nul à ça. D'un autre côté, ça ne devait pas la choquer tant que ça d'apprendre qu'il l'a méprisée. Ce n'était pas comme si Darcy avait passé le plus clair de son temps à lui faire comprendre en lui balançant allègrement des saloperies à la face. Passons.

En bon sans gêne qui fait comme chez lui, le Régnant avait attrapé un bureau à l'aide des espèces de grosses serres noirâtres qui lui servaient de pieds pour le placer juste à côté de celui sur lequel il était installé, à l'opposé de la position de Faith. Après quoi, il s'allongea sur le dos le long des deux pupitres qu'il venait d'aligner, la tête du côté de la chimère, une jambe repliée, l'autre pendant dans le vide, la main gauche coincée entre le bras et l'arrière de son crâne tandis que la droite pendait négligemment sur le côté, juste après avoir déposé sa bouteille au trois quarts consommée sur le sol.

« Au fond, c'est ta sincérité qui m'a plu. Tu ne cherches pas à te plier aux conventions imposées par les autres. Tu te contentes de vivre comme tu l'entends et peu importent les conséquences. Chez certaines personnes, ça les rend horriblement égocentriques, mais avec ta curiosité animale et ta pointe de naïveté c'est... disons attachant. »
Qu'est-ce qu'il avait pathétique pour ces mêmes raisons... C'était assez curieux la façon dont la vision que l'on a des gens pouvait changer avec le temps et les événements. A force de la fréquenter et de discuter avec, Faith était passée d'une petite écervelée pas fichue de mettre de la distance avec les gens pour se préserver un minimum à une jeune fille affrontant les trahisons sans regrets, et vivant pleinement sa vie. Il l'avait tant enviée pour ça... Quand est-ce que ça avait commencé d'ailleurs ? Bah, peu importe.

« Et puis, toi au moins, tu n'as pas peur d'être blessée au point de ne plus être capable de t'attacher aux autres... »
Le regard de l'hybride, dirigé vers le plafond, s'assombrit au moment de prononcer ces paroles. Encore cette désagréable sensation d'en avoir trop dit qui le prenait. S'exposer de la sorte en parlant de ses lointains souvenirs et de ses craintes, ça le réussissait vraiment pas. Bah, avec un peu de chance, elle n'aurait pas relevé qu'il avait lancé cette dernière remarque pour les comparer. Toujours est-il qu'un peu d'alcool aiderait bien à faire passer le goût d'amertume. C'était sans doute pour ça qu'il agitait légèrement sa main dans le vide, dans l'espoir de trouver le goulot de cette foutue bouteille qu'il n'aurait pas dû lâcher aussi vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Mar 2 Oct - 13:44

    Cute ? ... Dis donc, ma chouette, tu n'aurais pas l'impression de pousser le bouchon un tout petit peu trop loin, peut-être ? Déjà que ça fait un sacré bout de temps que ça la ronge, tout ça ... Tu n'as pas honte de te moquer d'elle ainsi, saleté de démon ? Non mais, c'est vrai ! En plus, cet abruti se permet de décoiffer d'avantage cette pagaille qui lui sert de chevelure ! Comme si elle avait besoin de ça, quoi ! Il la prend pour quoi, une gamine de deux ans ? Un biberon et une couche, avec ça ? Tiens ! Prend une grimace dans la gueule, méchant Dharc !

    « Le plus ironique dans l'histoire, c'est que je t'aime pour les mêmes raisons qui ont fait que je t'ai méprisée au départ... »

    La langue qui pendouillait toujours après sa maigre tentative de grimace, la Chimère se contentait de dévisager le Maître des Enfers d'un air aussi abasourdi que gêné. Autant vous rassurer tout de suite : la surprise de cette bestiole n'était en aucun cas reliée au fait que son compagnon venait de lui annoncer qu'il la méprisait, autrefois. Faith a beau être incroyablement naïve, mais pas à ce point là, il ne faut tout de même pas exagérer. Après tout, elle est myope, pas complètement aveugle ... Et Darcy avait toujours était très claire en ce qui concerne son opinion personnelle par rapport à la créature. Donc pas de soucis de ce côté là.

    Non, en fait, ce qui avait embarrassé la jeune femme ainsi, c'était plutôt le fait que l'hybride venait de lui avouer qu'il l'aimait pour les mêmes raisons pour lesquelles il la détestait, à la base. Mais encore ?

    « Au fond, c'est ta sincérité qui m'a plu. Tu ne cherches pas à te plier aux conventions imposées par les autres. Tu te contentes de vivre comme tu l'entends et peu importent les conséquences. Chez certaines personnes, ça les rend horriblement égocentriques, mais avec ta curiosité animale et ta pointe de naïveté c'est... disons attachant. »

    Bon, ça y est : la pauvre était à présent rouge comme une pivoine. C'est que, voyez-vous, c'était quelque chose de bien inhabituel pour sa petite personne d'être complimentée de la sorte. Surtout si c'est à propos de caractéristiques qui ont habituellement le don de taper sur les nerfs des gens ... Gens qui le lui font comprendre très clairement à grands coups de remarques cinglantes, de roulement de yeux exaspérés et parfois même de baffes collées au visage.

    Ah, cette très chère Darcy. Elle ne sait probablement pas à quel point ses mots avaient profondément blessé la petite Winchester à d’innombrables reprises. Tellement que la pauvre ne sait pas du tout comment réagir, maintenant qu'elle se fait lancer des fleurs pour des qualités qu'elle qualifierait plutôt de défauts.

    Disons tout simplement ... Qu'elle était touchée. Incroyablement touchée. Même si, pour être honnête, ce n'était pas exactement le compliment en tant que tel qui la rendait toute chose, mais bien le fait qu'il franchissait les lèvres du Régnant lui-même, sans être précédé d'un sarcasme ou ponctué d'un coup de poing.

    Ça lui faisait terriblement chaud au cœur. Tellement que, après un cours laps de temps, son adorable bouille s'était fendue d'un sourire radieux.

    « Et puis, toi au moins, tu n'as pas peur d'être blessée au point de ne plus être capable de t'attacher aux autres... »

    Et voilà que Son Altesse était à présent installé confortablement, étendu sur le pupitre qu'il venait de tirer vers sa glorieuse personne à l'aide de ses pattes. Ah ! Grossière erreur de sa part : il avait eu le malheur de déposé sa bouteille de Tequila sur le sol, à la portée de Faith. Hop, voilà, disparue ! La jeune femme s'en était emparée avant que les griffes sombres du démon ne se referment à nouveau dessus.

    « Tu sais, moi je te trouve toujours aussi désagréable qu'auparavant ! »

    ... Mais depuis quand est-elle à nouveau sur ses pieds, celle-là ? Et pourquoi est-ce qu'elle regarde Dharc du haut de son un mètre et cinquante huit centimètres, avec ce sourire enfantin qui illuminait son visage ? Vous l'aurez deviné : elle se venge pour toutes les fois où cet idiot a profité de ses moments de faiblesse pour faire de l'humour et se moquer d'elle. Oui, elle se fait justice ! Comme une grande fille !

    D'ailleurs, la voilà qui pose ses jolies petites fesses sur le rebord d'un des deux pupitres sur lesquels Sa Majesté s'était allongé, près de sa taille, pour ensuite coincer la bouteille de Tequila entre ses deux cuisses d'albâtre. Étincelle malicieuse dans ses jolis iris de miel alors qu'elle inclinait très légèrement la tête sur le côté, ne quittant pas une seule seconde les beaux yeux vairons de son homme.

    « ... À quelques exceptions près, bien sûr. »

    Avec un adorable sourire, Faith posa délicatement ses toutes petites paluches contre le torse de ce gros démon, afin d'y prendre appuie. Puis, lentement, très lentement, celle-ci combla la distance qui les séparait pour s'emparer de ses lèvres. Les goûter, les frôler, les apprivoiser. Les faire siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 20/08/2008
▬ MESSAGES : 584
▬ LOCALISATION : Dépend des moments


Feuille de Perso
▬ NOM : Lysen
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Personne (Faith ?).


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Mer 3 Oct - 19:38

« Tu sais, moi je te trouve toujours aussi désagréable qu'auparavant ! »
Ha – ha... un profond soupir à peine masqué – et peut-être même volontairement exagéré – s'échappa des poumons du Régnant. Sérieusement, elle le narguait, lui ? Et depuis quand madame se permet de remuer le couteau dans la plaie pour se divertir je vous prie ? Il faudrait voir à ne pas oublier que le Régnant, c'est lui ! C'est lui qui a le pouvoir, lui qui siège sur le trône, lui qui exhibe ses muscles (RAWR DES M– ma gueule.), en bref, c'est lui qui a le droit de se montrer agaçant envers les autres et non l'inverse !

Bon, d'un autre côté, ce n'était pas aussi intéressant si ça restait à sens unique, non ? Et puis n'est-ce pas parce qu'elle est justement indomptable qu'il la chéri à ce point ?

« ... À quelques exceptions près, bien sûr. »
C'est ça, sale bête, rattrape-toi, rien n'y fait : la riposte viendra tôt ou tard Ce n'est pas en laissant ce genre d'affront impuni qu'il s'est fait une place à la tête d'une armée de démons aussi anarchiques qu'agressifs. Les rébellions doivent être matées dans le sang, les dérapages punis par la torture et la moindre pensée suspecte se terminer par une exécution publique. Mais il n'est pas à son époque de sauvage... Considérant donc qu'il n'a pas son image d'autorité absolue à maintenir, il est prêt – par bonté et galanterie – de faire exception pour ta petite taquinerie : il te la renverra simplement au centuple.
Inutile de négocier, chimère ! Le Régnant a d’ores et déjà prit sa décision, le jugement est sans appel. Peu importent tes vulgaires tentatives de corruption à coup de yeux pétillants de malice ou encore de parfum dont tu l'embaumes en te rapprochant de la sorte, il ne cédera pas. Ni le contact de tes lèvres contre les siennes, ni l'entrain que tu investi dans ce baiser ne pourront le faire flancher. Et ce n'est certainement pas parce que ses griffes viennent se glisser dans ta chevelure en remontant par ta nuque qu'il te considère absoute de tes péchés pour autant...

D'accord, on va dire qu'il te pardonne, pour cette fois.

Pourquoi avait-il cédé si facilement, lui pourtant capable de faire preuve d'autant de volonté ? Un tout, probablement. L'odeur épicée de la charmante créature qui l'enivrait, le contact des douces lèvres réchauffées par l'alcool de l'animal au sang froid, la bouteille de "TEQUILA !" qu'il s'est enfilé presque entièrement, ou encore l'arrière goût métallique laissé par son piercing qui – au final – n'était pas pour lui déplaire...
A moins qu'il n'ait tout simplement pas l'habitude qu'elle l'embrasse de la sorte, parce qu'en fait, elle ne l'avait encore jamais embrassé la première. Oui messieurs et mesdames les lecteurs, les autres fois, elle ne faisait que lui rendre ses baisers, ou les subir selon les périodes. Après, il y avait bien eu la fois où elle l'avait fait pour sauver Kiara, ou encore pour lui faire croire que ses « ordres » façon Anselm fonctionnaient sur elle. Mais ces moments là ne comptaient pas vraiment, les sentiments et la manière de faire n'étant pas les mêmes à l'époque. Alors oui, ça se ressent, et ça ne le laisse pas indifférent, au point qu'il est si désireux d'en avoir plus qu'il prend appuis sur sa main libre afin de se redresser en même temps qu'elle pour prolonger la durée de ce, certes court, mais si agréable événement.

Il resta ainsi à lui rendre son baiser pendant quelques secondes encore, dans une position qu'il aurait en d'autres circonstances qualifiée de trop inconfortable pour quelqu'un de son rang. Après quoi, aussi avide de ses mains que de ses lèvres, il fit délicatement descendre ses griffes le long de l'épaule de sa moitié, caressant une partie de son bras avant de passer à la hanche, puis au ventre. Et, après une brève hésitation, elles continuèrent leur trajet jusqu'à...

… une bouteille.
L'hybride fini par décoller ses lèvres, sans pour autant laisser penser à la chimère qu'il avait été coupé dans son élan. Pourtant, c'était plus ou moins le cas. Enfin, disons que la bouteille en elle-même n'était pas des plus dérangeante, ça peut toujours se retirer ces choses là, au même titre qu'une robe d'ailleurs. Cependant le contact avec la surface lisse du verre lui avait rappelé qu'il avait à l'origine prévu de ne pas trop la brusquer. Ce n'était pourtant pas l'envie qui lui manquait, mais bon... Allez, un truc pour se changer un peu les idées, le temps de reprendre un peu le contrôle de ses envies. Tiens, justement, il avait retrouvé sa bouteille !

« C'est à moi ça... »
lança-t-il en récupérant son bien.
Puis, après avoir allégé la bouteille d'une nouvelle gorgée, il la reposa sur l'espace des bureau qu'il n'occupait plus, avant de ramener Faith contre lui.

« Ça aussi, d'ailleurs. »
Allez savoir pourquoi il a ressenti le besoin de préciser, c'était pourtant évident, non ? De toute façon, il considère que tout ce qui en vaut la peine, allant de ce qui se situe dans son champ de vision ou ce dont il ignore l'existence même, lui appartient. Et lorsque ce n'est pas le cas, c'est simplement une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ INSCRIPTION : 15/09/2008
▬ MESSAGES : 148
▬ LOCALISATION : Hurr.


Feuille de Perso
▬ NOM : WINCHESTER
▬ CLASSE:
▬ AMOUREUX(SE) DE : Mr. Boogie


MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   Lun 8 Oct - 15:10

    La jeune femme accueillit la paume bouillante du Régnant venue s'installer contre sa nuque avec une longue plainte étouffée par ses lèvres voraces, impuissante. Légèrement apeurée par ses propres réactions face à la proximité du démon et aux nouvelles sensations qui déferlent, Faith tenta vainement de mettre fin au baiser en se redressant très doucement, presque à contrecoeur. La bouche avide du Maître des Enfers la suivit dans son mouvement, tirant par la même occasion un nouveau soupir appréciateur du fond de la gorge de la Chimère. Grisée, celle-ci frémit au contact de ses griffes cendrées qui descendaient le long de son bras frêle avec une lenteur calculée, laissant derrière elles une traînée de chaire de poule. Son maigre corps tremblait du manque d'oxygène. Lorsque la main calleuse de l'hybride passa finalement le cap de ses hanches pour ensuite glisser sur son ventre plat, Faith eu l'impression que quelque chose venait d'éclater sous sa peau. Un besoin. Une envie.

    « C'est à moi ça ... »

    Étourdie, le coeur battant à tout rompre, la petite Winchester jeta un regard confus à l'homme, les joues rougies. Mais de quoi est-ce qu'il pa-- Oh. Le Régnant venait de poser sa patte griffue sur la bouteille de Tequila calée entre ses cuisses. D'accord. C'est ce qu'il voulait depuis le début ? Est-ce que ça l'amusait, de la torturer ainsi ? C'est ça ! Qu'il la reprenne, sa foutue bouteille ! Qu'il laisse Faith mourir de honte tranquille, alors qu'elle tente désespérément de calmer son coeur affolé, ses mains chevrotantes toujours agrippées fermement à la chemise rouge de cette saleté de démon !

    « Ça aussi, d'ailleurs. »

    ... Mais c'est qu'il est doué à ce jeu là, ce con.

    La joue à présent plaquée contre le torse de Dharc, un peu confuse par ce câlin si soudain, la petite Winchester se contenta de garder le silence encore quelques secondes, enivrée par le parfum démoniaque qu'il dégageait. La pauvre, sa respiration encore un peu saccadée lui semblait bien bruyante tout d'un coup, maintenant qu'elle était blottie dans le confort des bras de son homme. Mi-embarrassée par les papillons qui s'affolaient toujours dans son ventre, mi-amusée par la possessivité du Maître des Enfers, la femme se décida enfin à rire doucement. Un adorable rire franc et sincère, malicieux à souhait.

    Depuis quand est-ce qu'il la rendait si heureuse ?

    C'était injuste. Pourquoi est-ce qu'il avait le droit de s'amuser à ces dépends, ainsi ? Elle aussi, elle voulait qu'il crève d'envie. D'anticipation. Elle aussi, elle voulait jouer ...

    Les yeux fermés et encore légèrement hors d'haleine, la créature relève délicatement la tête pour poser un tendre baiser au creux du cou du Régnant, un curieux sourire lui étirant toujours les lèvres.

    « Oui ! ... Toute à toi, Dharc. »

    Un ton joueur et tentateur. Un murmure contre la ligne de la gorge de l'hybride qui se réchauffait grâce à son souffle. Lentement, l'une des mains glacées de la Chimère remonta le long du torse de l'homme, pour ensuite terminer sa course sous sa mâchoire, le pouce caressant paresseusement la ligne parfaite que traçait celle-ci.

    Puis, sans prévenir, la seconde main de la vipère repousse très légèrement le Maître des Enfers vers l'arrière, alors que celle-ci s'installait sur les genoux de ce dernier, laissant sa bouche tiède contre sa gorge, sa pomme d'Adam. Sa peau avait un goût musqué, masculin. Elle pouvait le goûter sur chaque parcelle de son cou.

    Faith en voulait plus. Beaucoup plus.

    Mais malheureusement, son but premier se trouvait un peu plus loin que ça ... À portée de doigts, en fait, puisqu'elle tendait son bras libre vers ...

    ... La bouteille de Tequila posée derrière Dharc.

    D'ailleurs, dès que cette sale bête réussit à poser la patte dessus, ses maigres doigts glissèrent le long du visage de l'hybride pour s'emparer de son menton, l'invitant à baisser les yeux vers elle.

    ... Ou plutôt lever, puisque la petite Winchester s'était plus ou moins retrouvée à quatre pattes au dessus de lui, dans le feu de l'action.

    Un étincelle dans l'oeil, la jeune femme brandit la bouteille au dessus de son homme avant d'en prendre la dernière gorgée que celle-ci contenait, ne détachant pas une seule seconde ses jolies prunelles dorées de ses beaux yeux vairons.

    « Mais ça, c'est à moi ! ~ »

    Comme pour le provoquer d'avantage, Faith se lécha les lèvres tout en se redressant pour poser la bouteille sur un autre pupitre pas très loin, le démon toujours coincé entre ses deux genoux. Puis, lorsque cela fut fait, elle rejeta négligemment sa longue chevelure ondulée par dessus son épaule, avant d'enfin adresser un ravissant sourire à son homme, la tête légèrement inclinée sur le côté.

    Sale bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: The night is dark and full of terror [FDF]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The night is dark and full of terror [FDF]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAHORA LIVE!? :: L'école Mahora :: Salles de classe-
Sauter vers: